Le Journal du Caporal Charles Sainturettte - 1914-1918 et ses correspondances

Les événements
cliquez

Cidre Calvados René LESUR

Les petites annonces de la Godinière : cliquez

Le calendrier
cliquez

 

Plan  du  site  :  cliquez...

 

 

La Ferme de La Godinière

 

27410 Le Noyer en Ouche
Tel : 02.32.44.46.71
dernière mise à jour de cette page : 24.09.2016

Notre adresse web :  http://lagodiniere27.pagesperso-orange.fr/

Pour nous écrire : cliquez

 

Le Journal du Caporal Charles Sainturettte
1914 / 1918   et ses correspondances 1...

 

Dans les archives familiales, nous avons retrouvé divers documents :

Carnet de comptes d'achat octobre 1914, Carnet de Campagne, correspondances et Cartes Postales,

des documents d'une valeur inestimable, à la hauteur
du courage de nos ancêtres et des souffrances qu'ils ont enduré ainsi que leurs familles...
Pour ne pas oublier... car tel était son désir...

 

Charles Sainturette Caporal - Classe 1891
né le 7 février 1871 au Noyer-en-Ouche - Eure

Matricule 270 au Recrutement de Bernay
17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

 ===============================================================

Dans les bagages du Caporal Charles Sainturette, des cartes postales et des lettres envoyées
durant tout ce temps par sa Femme Aline et ses quatre filles et également des amis...
Je vous propose de les retrouver avec celles qu'il leur a envoyées, classées
chronologiquement et rassemblées parmi les pages de son carnet.

Certaines cartes ne contiennent qu'un message très court, " je suis en bonne santé "
d'autres vont donner le détail de la journée de travail. Durant certaines périodes,
ce sont trois ou quatre cartes ou lettres écrites par Charles à sa famille...
Chacune de ces correspondances est un signe de vie... et d'espoir...

Grâce à ce trésor, il nous est possible de retracer entièrement le parcours
du Caporal Charles Sainturette durant trois années ...

===============================================================

Retour à la page : Histoire de la Ferme de La Godinière

La branche SAINTURETTE dans la ligne de Charles SAINTURETTE

 

Les Hommes du Noyer-en-Ouche - Mobilisés - Morts pour la France 1914-1918

Les Régiments cités dans ce  récit

Table des noms des personnes citées dans ce récit

Table des noms de Lieux cités

Les membres des Familles Hachette- Lesur  Morts pour la France

Autres Liens utiles : cliquez

Sur les pas du Caporal Charles Sainturette : Septembre 2011 en Champagne...

Fusil Mitrailleur modèle 1915

 

Le Centenaire de La Grande Guerre

Une conférence sur le parcours du Caporal Charles Sainturette dans la Grande Guerre
en évoquant la participation de Bernay par la caserne Turreau, ses régiments
et les services de Santé Militaire dans la région a été donnée par Annie et René Lesur
 le Vendredi  6 mai 2016 de 17h30 à 19h00

 lors de la manifestation sur les deux guerres
organisée par l'Association Saint-Victor Loisirs

 du jeudi 5 mai 2016 (Ascension) au dimanche 8 mai 2016

au Château de La Houssaye à Brétigny (près de Brionne)

 

L'exposition sur les soldats du Noyer-en-Ouche Morts pour la France
était visible tous les jours

 

BRAVO aux organisateurs pour cette manifestation
de très grande qualité.
 

 

 

Trois livres étaient proposés par leurs auteurs :
Denise Pontlevoy - Plutôt mourir que faillir  1ère guerre mondiale
Andrée Dorgère Fouquet - 2 villages se souviennent 17 août 1944
Guy Duval - Ma Guerre Souvenirs 1939-1940

 

Contact : Colette CAHU  06.82.48.41.35  - colette.cahu(a)laposte.net

Stéphanie DANIEL 06.10.97.37.88 - stephanie.daniel2(a)orange.fr

Renseignements : 06.82.48.41.35 ou 02.32.45.53.72  associationsaintvictorloisirs@wanadoo.fr

Le projet et les dernières infos sont sur la page : Le Noyer en Ouche

 

1914 - 2014

 

Le projet qui me tient à coeur a reçu un avis enthousiaste de la part du Conseil Municipal du Noyer en Ouche.

L'ouvrage est sur le métier...

 

Reconstituer le parcours militaire des Poilus qui ont leur nom gravé sur le Monument aux Morts du village, ainsi que celui du Caporal Charles Sainturette, alors Maire de cette commune.

 

L'idée est de proposer cette exposition dès le 2 août 2014 aux habitants du village bien sûr, mais aussi d'y inviter les membres de leur famille, desendants, cousins, etc... et toutes les personnes intéressées par cette tranche d'histoire tragique qu'à vécu notre patrie ... aucun village n'a été épargné...

 

Il est nécessaire d'entretenir et de transmettre leurs mémoires en respect du sacrifice de leurs vies, pour une liberté dont nous sommes les héritiers.

Pour suivre l'actualité de ce projet, voir sur la page      Le Noyer en Ouche        .

 

René Lesur -

 

Mémoire des Hommes - Le nouveau site Internet - SGA MdH -

 

 A v e r t i s s e m e n t  :

Cette page en évolution constante, enrichie de correspondances, cartes, lettres,
photos et de nombreux autres documents et références... vous est proposée par René LESUR,
époux de Annie Hachette, arrière-petite fille de Charles Sainturette,

 

Elle composée de deux parties :
1 - de la Mobilisation en Août 1914 au 30 juin 1916
2 - De Juillet 1916 (début du carnet) à la fin des évènements

 

Elle fait suite à la page précédente :  Le Journal du Caporal Charles Sainturette - 1914-1918 

qui est la transcription brute de son carnet, (à voir de préférence en premier),
car du fait de l'insertion de nombreux documents, la lecture et
le sentiment qui s'en dégage sont complètement différents...

(enfin c'est comme cela que je le ressens)

 

1 - de la Mobilisation en Août 1914 au 30 juin 1916

 

Cette note fait office d'  AVIS  DE  RECHERCHE ...

 

M'intéressant à la Généalogie, dans un but d'échange, j'ai porté les noms ci-après sur mon site :
 - http://gw.geneanet.org/renelesur -  j'ai ouvert pour chacun une fiche, qui sais ?... cela peut aider un de leurs descendants à la recherche de renseignements...
ou quelque chercheur sur le sujet de la Première Guerre Mondiale... m'écrire : cliquez

 

Note particulière extraite du carnet du Caporal Sainturette :

 

A la page 42, la composition de son Escouade en décembre 1916 -

Sainturette, Caporal – Cherpitel, Vosges – Cormot, Haute Marne – Lagarde, Paris 223è – L’Hermite, Id°

Rhiaut, Sarthe 223è – Baron, Paris 223è – Tétu, Bernay 223è – Daguin, Vosges –

Masveau, Ardennes – Genire, Paris – Février , Paris –

Selon toute probabilité, ces hommes doivent être nés principalement entre 1869 et 1874 ou 1880

 

CP 16-41 – 2 déc 1916,  représentant Ligny-en-Barrois : Charles à Suzanne : Meilleures amitiés à toute la famille (259è Tal, 6èCie, SP 181 A )

Les correspondances de Charles nous permettent d'identifier clairement son Régiment :

259è Tal, 6è Cie, SP181A - MAIS ... son escouade est semble-t-il encore composée de membres du 223è...

dont faisait auparavant partie Charles...

Charles a intégré le 223è Tal le 22 avril 1916, (après avoir appartenu au 19è Tal), et le 223è Tal était à
la 101è Div Infant Territ ; il était embrigadé avec le 279è RIT.

Le 223è Tal était stationné non loin de Verdun, cantonnements à Commercy,  Kœur-la-Grande, Rupt, Maison Forestière, La Courtine.

 

de service en ligne à la Tranchée Lambla, à Pont-Neuf, au Bois-Carré, presqu'île de Bislée, non loin de Saint-Mihiel, jusqu'à fin novembre 1916

 

Le 4 déc 1916, Charles Sainturette est à Demange, puis CP 16-42 à Courville, ensuite Demange-aux-Eaux, le 18 déc 1916, toujours à Courville.

 

Pendant ce temps, le 5 déc 1916 : Le 223è Tal passe sous le commandement du Général Cdt la 7è Armée et embarque en gare de Ligny-en-Barrois. (...)


J'accepte tout renseignement...  m'écrire : cliquez

Et parmi les cartes postales :

 

Carte postale du 19 juin 1915

Voir la carte sur ce lien P 15-11.3  adressée à
Robert Sainturette, Le Fidelaire – Eure ( Père de Charles Sainturette)  -- 

Il s'agit d'une photo représentant la 2è Escouade de la 2è Cie du 19è Territorial, ( donc le 1er Bataillon ),

145è Brigade, 73è Division, 1ère armée

Signée C. Sainturette, Caporal, 2è Escouade, 2è Cie, 19è Tal, SP84.

Elle ne porte aucun nom de ses compagnons.

 

Le 16 juin 1915, il est à Dieulouard : CP 15-11  et le 25 juin, il est à Kœur-la-Grande : LTR 15-02  --

Selon toute vraisemblance, la 2è Cie fait partie du 1er Bataillon du 19è Tal -  qui est mis
le 19 fév 1915 à la disposition du Génie de la 73è Division d'Infanterie (Gouvernent de Toul) pour la réfection des routes conduisant au front.

Nous n'avons pas le journal du Caporal Sainturette concernant cette époque, seulement quelques correspondances précieuses qui, rapprochées aux JMO auraient pu nous en dire plus.

Seulement, ce n'est pas de chance, le premier Bataillon ne suit pas le reste du 19è Tal : dès le 24 août 1914, il embarque pour Reims et Compiègne.
Mieux : le JMO du 19è Tal mentionne à plusieurs reprises être sans nouvelles du 1er Bataillon (3 sept et 1er oct 1914)

Comment retrouver les hommes de la 2è Escouade de la 2è Cie du 19è Territorial ?

probablement en épluchant les JMO de 145è Brigade, 73è Division, 1ère armée ...

J'accepte tout renseignement...  m'écrire : cliquez

 

Rappel chronologique de quelques faits majeurs,
afin de se replacer dans le contexte de l'époque, tiré de la collection

" Histoire de la France et des Français"
par André Castelot et Alain Decaux, (Éditions Larousse)

et du Larousse de LA GRANDE GUERRE
Bruno Cabanes et Anne Duménil

(Tableau Fond Bleu)

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

Au cours de mes recherches, j'ai trouvé différents JMO sur le site Mémoires des Hommes.

Je propose de suivre le 17è Tal dans lequel Le Caporal Charles Sainturette a été mobilisé, de plus il passe par Radepont, mon village natal...

 

Tout le long du déroulement du récit, nous allons croiser de nombreux régiments qui ont contribué à la défense de la France.
Par exemple, Charles Sainturette à changé plusieurs fois de régiment, comme bien d'autres pour diverses raisons, ils seront cités dès leur apparition, mentionnant les JMO, ( Journaux de Marches et Opérations ) avec, pour les plus importants, un abrégé de leur historique et un lien renvoyant sur le site Mémoires des Hommes (ouverture d'une nouvelle fenêtre)

 

ATTENTION !!!    voir le fonctionnement du nouveau site sur ce lien

Mémoire des Hommes - Le nouveau site Internet - SGA MdH -

Les liens de l'ancien site Mémoire des Hommes ne fonctionnent plus !!!
 c'est comme cela que l'ont prévu les informaticiens du SGA-MdH.
Il ne me reste plus qu'à tout reprendre... Mille excuses, je n'y suis pour rien

 

nb : Quand des liens seront réactualisés, je le signalerai par un code auquel je n'ai pas encore réfléchi... dans un premier temps je vais simplement les désactiver... les cotes restent visibles, ainsi que le numéro des pages quand elles sont indiquées ( EX : Im 83 )

 

Vous pouvez accéder directement aux JMO des Régiments par ce lien nouveau :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/inventaires/ead_ir_consult.php?fam=3&id_ark_ead_les_irs=6 

Cliquer sur + Régiments et Bataillons, puis + Infanterie, puis + Régiments d'Infanterie, puis + 24è RI( par exemple), puis + JMO,

ET ENFIN TOUS LES JMO DU 24è RI
Choisir le 1er JMO, et il s'ouvre à droite, la présentation de la 1è image que l'on peut ouvrir par " Consulter les Images"
La visionneuse s'ouvre, faire défiler les vues, OK c'est bon.

 

02 Décembre 2013. René Lesur

 

Ils sont placés dans des tableaux de couleurs différentes : le 17è Tal sur ce fond vert.

 

Pour le lecteur qui ne serait intéressé que par le parcours de Charles Sainturette, aller directement sur :

Documents :  LTR = Lettre

CP N° - date – lieu expédition ou ville représentée

en sautant ces tableaux.

René Lesur

 

 

... du registre des délibérations du Conseil Municipal de : Le Noyer en Ouche - Eure :

 

19 mai 1912 : Charles Sainturette est élu Maire du Noyer-en Ouche, l'Adjoint est Bourguel Léon

26 juillet 1914 : Charles Sainturette préside la réunion du Conseil Municipal

6 août 1914 : Le Conseil Municipal se réunit sous la présidence de Léon Bourguel faisant fonction de Maire

25 oct 1914 : Charles Sainturette est présent à la séance du conseil, la réunion suivante à lieu le

14 février 1915 : Conseil présidé par Léon Bourguel, adjoint. Nous constatons que quatre membres du conseil sont absents pour cause de mobilisation : Sainturette Charles, Piéton Arsène, Vallée Arthur et Beaudoin Louis.

 

Année 1914
Aller à 1915 - 1916 - Fin Juin 1916 - Juillet 1916- 1917 - 1918 - Fin correspondance - haut de page

 

Année 1914

28 juin 1914 : L'Archiduc François-Ferdinand, neveu héritier de l'Empereur François-Joseph d'Autriche (Empire Austro-Hongrois), est assassiné ainsi que sa femme à Sarajévo par des nationalistes bosniaques.

5 juillet : L'Empereur allemand Guillaume II réunit un grand conseil autour de lui...

23 juillet à 18 heures : Le gouvernement autrichien remet un ultimatum au gouvernement serbe, Vienne lui donne 48 heures pour réfléchir, jusqu'au 25 juillet à 18 heures.

25 juillet : Le gouvernement serbe refuse l'ultimatum, l 'Autriche rompt les relations diplomatiques avec la Serbie.

28 juillet : l'Autriche déclare la guerre à la Serbie et commence à bombarder Belgrade. L'Allemagne soutient l'Autriche, et la Russie soutient la Serbie.

30 juillet : La Russie décrète la mobilisation générale.

31 juillet 1914 : l'état de "danger de guerre imminent " est proclamé en Allemagne à 13 heures. Le même soir, le Baron de Schoen, ambassadeur d'Allemagne, fait savoir que si la Russie n'arrête pas sa mobilisation, l'Allemagne mobilisera à son tour. Un ultimatum demande à la France  de faire connaître ses intentions sous 24 heures, si la France entend rester neutre, elle devra mettre en gage les forteresses de Toul et de Verdun.

Pendant toute la journée, Joffre fait pression pour que soit lancé l'ordre de mobilisation; et pendant ce temps, Jean Jaurès tente d'arracher au gouvernement une action en faveur de la paix.

Jean Jaurès rejoint quelques collaborateurs au Café du Croissant et est assassiné par Raoul Vilain.

 

Samedi 1er Août 1914 à 17 heures : Ordre de Mobilisation générale

 

 

Qui sera mobilisé ?
Voyons ci-dessous l'extrait du site de Michel Jacquot magnifiquement rédigé et documenté :

 

Organisation du recrutement des soldats :

 

Note relevée sur les archives départementales de l'Eure au sujet du recrutement :

Les archives du Recrutement dans lequel l'administration préfectorale a joué un rôle essentiel intéressent les opérations annuelles des Conseils de Révision et les listes des contingents (tableaux cantonaux de recensement et de tirage) concernant l'ensemble des conscrits. Après l'abandon du volontariat par la Constitution de l'an II (août 1795) et la création en l'an VI (1798) pour tous les Français d'une conscription de 5 et même 7 ans, la désignation des recrues de 1803 à 1905 s'est faite par tirage au sort (le système de remplacement permettant à un soldat ayant tiré un mauvais numéro de se faire remplacer par un volontaire qu'il payait pour se substituer à lui). Le service militaire devint ensuite obligatoire pour tous (loi du 21 mars 1905).

 

Au sujet du recrutement des soldats, un homme a particulièrement œuvré pendant deux ans et deux mois : le Maréchal Laurent Gouvion Saint Cyr, nommé ministre de la Guerre le 12 septembre 1817, il se consacra à redonner à la France une armée...Nous en trouvons un résumé dans le livre de Christiane d'Ainal : Gouvion Saint-Cyr,Soldat de l'an II, Maréchal d'Empire, Réorganisateur de l'armée (pages 188-204) Éditions Copernic 1981.

 

Organisation de l'Armée de Terre en 1914 : http://www.14-18enlorraine.com/1index-AT.html

 

Les régiments d'infanterie étaient soit d'active, hommes normalement sous les drapeaux à ce moment là, ou de réserve, c'est-à-dire regroupant les mobilisables ayant accompli leur service militaire ainsi que ceux qui y avaient échappé pour diverses raisons : omission, sursis, réforme, exemption etc...

Au début de la Grande Guerre, la ventilation des hommes suivant leur année de naissance était la suivante :

Armée active

1891 et 1892 (et une partie des hommes nés en 1893)

Réserve de l'armée active

de 1890 à 1881

Armée territoriale

de 1880 à 1875

Réserve de l'armée territoriale

de 1874 à 1869

Chaque régiment de réserve était rattaché à un régiment d'active dont il prenait le numéro plus 200, le régiment de réserve du 13ème R.I était le 213ème R.I.

Les lieux de recrutement et de garnison étaient les mêmes et souvent les réservistes de 1914 furent incorporés dans la réserve de leur régiment initial.

 

Cartographie 14/18 : Correspondance Régiment, Brig, Div - http://carto1418.fr/RI-DI.php 

http://carto1418.fr/  -   http://carto1418.fr/index.php 

 

Tout savoir sur la durée du service militaire

Histoire du service militaire, étude de l'académie de Rennes
http://www.ac-rennes.fr/pedagogie/hist_geo/ResPeda/paix/servicemilitaire.htm

 

Comment échapper à la conscription sous l’Empire ?

http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article1236 

 

 

Charles Sainturette est mobilisé
Dans un premier temps, je n'ai pas la date exacte, on remarque qu'il ne siège pas au conseil municipal du 6 août... La consultation de sa fiche matricule nous indique :

 

La Fiche Matricule de Charles Sainturette -

Mle 270 au recrutement de Bernay - Mle N° 4608 au corps du 28è Reg Infant

nous donne son parcours militaire

Affectations : 28è RI, 24è RI, 17è RIT, 19è RIT, 223è RIT, 259è RIT, 9è RIT, 18è RIT

 

1892 : Ajourné, Classé Bon en 1893, affecté dans l'active au 28è Régiment d'Infanterie

Active :

Parti en détachement le 14 nov 1893. Mle N° 4608 au corps du 28è Reg Infant, ( Voir le 28è RI )
soldat 2è Classe. Caporal le 1er octobre 1894. Envoyé le 8 nov 1894 en disponibilité.

Réserve de l'Active

passage dans la réserve le 1er nov 1895.

1ère période au 24è Regt Infant à Bernay, du 22 août au 18 sept 1898

2è période au 24è Regt Infant à Bernay du 24 fév au 23 mars 1902

Territoriale :

passe dans l'armée Territoriale le 1er novembre 1905

Période d'exercices au 17è Regt Infant Tale de Bernay du 23 sept au 5 oct 1907

Réserve de l'Armée Territoriale :

Passe dans la Réserve de l'armée territoriale le 20 déc 1911

 

Le site des Archives Départementales de l'Eure  --  http://archives.cg27.fr/   -- 

et le lien d'accès direct aux registres matricules  --  http://archives.cg27.fr/pleade/regmat  --

 

Bravo au Département de l'Eure !

Nous pouvons consulter les documents d'une très grande qualité, pour peu que l'on ait bien maîtrisé la navigation.

Le site a bénéficié d'une mise à jour qui nous offre des consultations jusqu'à l'année 1912.

 

 

1er août 1914 : Le tsar a rejeté l'ultimatum enjoignant la Russie d'arrêter la mobilisation.

L'ordre de mobilisation est lancé à travers toute la France.

A Berlin, le même ordre est donné à peu près en même temps. L'Allemagne enjoint la Belgique de laisser passer ses troupes à travers son territoire mais Albert 1er repousse l'ultimatum. Le même jour, l'Allemagne se considère en état de guerre avec la Russie.

2 août : Le gouvernement anglais demande à l'Allemagne de renoncer à l'invasion de la Belgique, le gouvernement du roi Albert refuse.

3 août : l'Allemagne déclare la guerre à la France. Les armées allemandes pénètrent au Luxembourg et en Belgique. Le même jour, lord sir Edward Grey affirme que l'Angleterre se portera au secours de la Belgique et apportera tout son concours à la France.

4 août : Albert 1er se met à la tête des troupes Belges. Ce même jour dans son message aux chambres, Raymond Poincarré déclare : Dans la guerre qui s'engage, la France [...] sera défendue par tous ses fils, dont rien ne brisera devant l'ennemi l'Union Sacrée...[...]

5 août 1914 : La Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Allemagne. l'Italie se déclare neutre dans le conflit.

 

Le Journal de Marche et des Opérations du

17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

 

Bernay : La caserne Turreau. L'établissement d'un dépôt d'infanterie à Bernay est envisagé à la fin de l'année 1873. L'armée impatiente d'y voir installer ses troupes, se fit pressante afin d'obtenir auprès de la municipalité un casernement pouvant accueillir 500, voire 800 hommes. Le 28 novembre 1874, dans une ambiance de fête, le 39è RI faisait son entrée à Bernay. Le dépôt du régiment, ainsi qu'un bataillon s'y installèrent. Ils sont remplacés l'année suivante par un détachement du 24è RI (l'un et l'autre alternant ou cohabitant). Les deux autres bataillons tiendront successivement garnison à Vincennes et Courbevoie.

Initialement formé à 3 bataillons, le 39è RI reçoit en 1875 un quatrième bataillon. Cette même année, le régiment prend part aux grandes manœuvres. Elles se font pour le 3è corps entre la vallée de la Risle et de la Seine, de Bernay à Vernon.

Extrait du Livre  : " Un régiment normand dans la Grande Guerre : Historique du 39è RI "

de Bruno Nion  bruno.nion@free.fr auteur
Editions Ysec - BP 405 - 27404 Louviers Cédex - Tél 02.32.50.26.74

 

Bernay, 3è Région Militaire, 163è Brigade, puis 302è Brigade,
82è Division d'Infanterie Territoriale, 3è Corps d'Armée, constitué de 4 bataillons.

En novembre 1915, l'équivalent d'un bataillon, parmi les soldats plus âgés, rejoignent le 284è régiment territorial, pour sa création.

Le 17è Tal appartient à la 82è DIT d'août 1915 à fin juin 1915, puis à la 89è DIT d'août 1916 à mars 1917, au 5è CA, puis à la 45è DI

1 citation à la Division, 1 à la Brigade

Avec l'aide de : http://www.chtimiste.com/ - Bouton Régiments -

 

Sur le lien suivant : Le JMO - Journal (intégral) de Marche et des Opérations du
 17è Régiment d'Infanterie Territoriale du 6 août 1914 au 28 avril 1915

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_776_005/viewer.html

 

Ce JMO est un historique anonyme publié en 1922. Sur la page de présentation, nous pouvons lire :
" Le présent journal (...) a été signé par nous
Lieutenant Colonel du 24è Régiment d'Infanterie, Bernay le 10 Mars 1909. " 
   

(étrange cette date, si quelqu'un peut me donner une explication... m'écrire : cliquez  )

 

24è Reg Infanterie : en 1914, Casernement : Bernay, Paris : Fort d'Aubervilliers,
11è Brigade d'Infanterie, 6è Div Infant, 3è C Armée
3 Bataillons, est à la 6è DI d'août 1914 à nov 1918

 

24è Régiment d'Infanterie : JMO du 5 août 1914 au 2 sept 1914 :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_599_001/viewer.html

24è Régiment d'Infanterie JMO du 3 au 13 sept 1914

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_599_002/viewer.html

24è Régiment d'Infanterie JMO du 14 sept 1914 au 24 mars 1915

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_599_003/viewer.html

- Voir extrait : LAMBERT Albert    -----

24è Régiment d'Infanterie JMO du 25 mars 1915 au 25 dec 1915

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_599_004/viewer.html

 

 

24è Régiment d'Infanterie JMO du 26 dec 1915 au 31 dec 1916

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_599_005/viewer.html

- Voir extrait : LAMBERT Albert    -----

 

 

 

6 août 1914 : Le 17è Régiment Territorial, mobilisé à Bernay du 1er au 6 août 1914, part de Bernay par Chemin de fer pour Rouen, Rive gauche. Le Régiment est commandé par le Lt-Cl Munnier. Le régiment est composé de 48 officiers, 245 sous-officiers, 2935 hommes du rang, 45 chevaux.

Le corps arrive au point de rassemblement le 6 août 1914. Il fait partie de la 163è Brigade d'Infanterie Territoriale, 82è Division Territoriale.

3è Armée : JMO du  août 1914 au 4 oct 1914 :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/imgviewer/26_N_29_001/viewer.html

 

La 82è Division d'Infanterie Territoriale, JMO du 2 août 1914 au 29 juin 1915  :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_409_004/viewer.html

 

 163è Brigade d'Infanterie Territoriale,

(Recherches en cours)

 

 284è Régiment d'Infanterie Territoriale,

http://www.chtimiste.com/ : Formé en Nov 1915, il se compose de bataillons des 17è, 84è et 86è Régiments Territoriaux. Casernement ou regroupement : Fontenay le Comte - Régiment de la RFB ( Région Fortifiée de Belfort). La RFB devient le 34è Corps d'Armée le 20 mars 1916 - Ce Régiment devient donc Réserve d'Infanterie du 34è Corps d'Armée jusqu'à se dissolution le 24 sept 1917.

 

( Autres Recherches en cours)

 

Le corps cantonne à Sotteville-les-Rouen où se trouvent également le Quartier Général de la Division, l'État Major de la Brigade et le 18è Territorial d'Evreux-

 

 18è Régiment d'Infanterie Territoriale,

http://www.chtimiste.com/ : Evreux, 3è région militaire, 163è Brigade, 82è Div  Inf  Territoriale, 3è CA.

A la 82è DIT d'août 1914 à juin 1915, rattaché au 2è CA, puis à la 2è DIC (21/10/1915) et à la 15è DIC d'août 1918 à nov 1918. Dissous le 10 août 1918. Voir http://www.chtimiste.com/  --

 

(Autres Recherches en cours)

 

10 août : Arrivée des équipages mobilisés à Bernay et transportés en chemin-de-fer : 5 Ss-Officiers, 58 hommes de troupe, 99 chevaux, 39 voitures.

11-16 août : cantonnement à Sotteville-les-Rouen

17 août : Le régiment part de Sotteville par chemin-de-fer et arrive à Arras le 18. Ce sont 22 trains qui acheminent la 82è Division depuis Rouen.

28 août 1914 : Le régiment est embarqué en chemin de fer sur Amiens par Abbeville

29 août : Le Régiment débarque à Amiens à 5 heures, cantonne à Montières-les-Amiens et Pont-de Metz.

30 août 1914 : Continuation des travaux de défense. Le 18è Tal vient relever la gauche du 1er Bataillon à 9 heures, le Régiment reçoit l'ordre de replier ses avants-postes et de se porter sur Boves. Au moment où il se met en marche une batterie ennemie ouvre le feu sur le village de Camon. Le Régiment peut néanmoins exécuter le mouvement sans pertes. A Boves, le Régiment reçoit l'ordre de se porter sur Rumigny, arrivé à Rumigny à 18 heures, il reçoit l'ordre de se replier sur la rive gauche de la Selle à Neuville-sous-Lœuilly, où il arrive à 23 heures et cantonne.

31 août : Le Régiment quitte Neuville-sous-Lœuilly à 4 heures du matin se dirigeant sur Poix, au moment où il arrive à hauteur du Bois de Moyencourt, il subit le feu d'une patrouille ennemie, un homme est blessé à la cuisse ( Monnier Julien, soldat 2è Cl, 5è Cie). Le Régiment bivouaque dans le Bois du Quesnoy au sud ouest de Poix.

 

7 août : L'offensive est lancée en Haute-Alsace par la trouée de Belfort. Le 8 août, le 7è corps s'empare de Thann, de Cernay et bientôt de Mulhouse, mais sont repoussés par les Allemands le lendemain. Le même jour, les Allemands prennent la citadelle de Liège, franchissent la Meuse et foncent à travers la Belgique.

10 août : Tandis que les Belges opèrent leur retraite, nous devons abandonner Mulhouse (qui sera repris le 17, puis de nouveau abandonné, nous ne garderons que Thann.

14 août : Plan XVII :  Castelnau lance armées une offensive en Lorraine vers Fénétrange et Morhange mais il doit se replier jusqu'au Grand-Couronné, ces hauteurs boisées qui dominent Nancy, et sur le col du Bonhomme. Notre première offensive a échoué.

20 août :  Les Allemands sont à Bruxelles. Mort du Paoe Pie X, à qui succède Benoît XV.

21 août : la IIIè et IVè armée française attaquent vers Arlon et Neufchâteau. Battues par l'armée du Konprinz, elles se replient sur Sedan et Montmédy. deuxième échec.

22 août : L'armée de Lanrezac avec les quatre divisions anglaises de la French attaque sur la Sambre, de Namur à Charleroi.

23-24 août : après trois jours de combats, la Vè armée de Lanzerac et les Anglais doivent se replier sur la ligne Arras-Verdun. Troisième échec, la bataille des frontières et perdue et c'est l'invasion du nord et du nord-est de la France.

Entre le 20 et le 23 août, 40 000 soldats français sont tués, dont 27 000 pendant la journée du 22.

(prudence sur les chiffres, d'un livre à l(autre, elles peuvent être différentes...)

31 août : Les Allemands franchissent la Somme et entrent à Amiens.

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

31 août : Le Régiment quitte Neuville-sous-Lœuilly à 4 heures du matin se dirigeant sur Poix. Au moment où il arrive à hauteur du Bois de Moyencourt, il subit le feu d'une patrouille ennemie, un homme est blessé à la cuisse ( Monnier Julien, soldat 2è Cl, 5è Cie). Le Régiment bivouaque dans le Bois du Quesnoy au sud ouest de Poix.

1er septembre : Le Régiment forme l'arrière garde de la Division, il va cantonner à Belleville-Blargie.

2 sept : Cantonnement à Villedieu-la-Montagne (1er et 3è Bataillon) et Formerie (2è Bataillon aux avants postes)

3 sept : Cantonnement à Bois-Guilbert, La Quaisne (1er et 2è Bat) et Bosc-Asselin (3è Bat aux avants postes)

4 sept : Cantonnement à Croisy-sur-Andelle (2è et 3è Bat) Les Hogues (1er bat aux avants postes)

5 sept : Cantonnement à Bourg-Beaudoin (1er bat) Vandrimare (État Major et 2è Bat) Gournets - Avants postes au Pont d'Andelle , Fleury-sur-Andelle et Radepont (3è Bat), mise en défense des points occupés.

11 sept : Les 1ères et 2è Cie entrent dans la composition d'un détachement qui, sous le commandement du Commandant Quatrehomme du 1er Bat est envoyé à Fleury-sur-Andelle pour Beauvais avec 2 Cies du 18è Tal

Pourquoi le 17è Territorial est-il venu dans ce coin de Normandie ?

Y a-t-il une relation avec l'aventure du Commando Tiling ? ( Revue Tranchées N° 14, 3è Trim 2013, article signé par Yves Buffetaut),
pas sûr car les dates ne concordent pas vraiment... j'en rapporte un extrait :

 

En septembre 1914, alors que vient de s'achever la bataille de la Marne, le front allemand est relativement proche de la Normandie. Les bases britanniques installées au Havre et à Rouen sont transférées en catastrophe dans le Grand Ouest et les vieux forts du Havre sont remis en état de combattre. Les vieux souvenirs de 1871 reviennent à l'esprit des Normands. L'invasion menace !

Profitant de la confusion qui règne au front, des pionniers allemands, sous les ordres du Hauptmann Tiling, de la 4. Kompanie, Pionier Bataillon 18, qui ont pris place dans quatre grosses automobiles, se proposent d'aller faire sauter les ponts d'Oissel, au sud de Rouen. Ceux-ci ont une importance stratégique, surtout celui de chemin de fer, qui se trouve sur la ligne Paris - Rouen - Le Havre.

L'affaire démarre le 16 septembre 1914, le maréchal des logis-chef Jules Crosnier, commandant de la brigade de gendarmerie de Gournay-en-Bray, alerté,se rend à La Rougemare en forêt de Lyons pour tendre une embuscade au commando avec ses deux gendarmes et l'instituteur du village .

Il est tombé sous les balles ennemies avec ses deux gendarmes, après avoir ouvert le feu sur la sentinelle prussienne qui fut tuée.

L'aventure se termina à Sotteville-sous-le-Val après avoir traversé la vallée de l'Andelle , Tourville-la-Rivière.

Après le combat de la Rougemare, les gardes-voies sont en alerte et accueillent le commando composé de 2 voitures et de cavaliers à coups de fusil. Le Capitaine Tiling est blessé, il y a 2 tués et onze hommes ont été capturés - la date n'est pas précisée dans l'article -

 

Les Gardes-voies - GVC - Voir le site qui traite le sujet plus loin

 

Cette aventure est relatée dans différents articles :

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pages1418/forum-pages-histoire/kommando-allemand-eure-sujet_122_1.htm

http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr/liens.html

 

Une photo du monument de la Rouge Mare est visible sur les sites :

http://perso.nordnet.fr/mariefrance.laine/lessimons/index.htm 

http://liberty-jeep.info/st%C3%A8les-monuments/ 

 

13 sept : La 82è Division se porte à Saint-Omer en Chaussée. Constitution d'une première section de mitrailleuses

14 sept : La 82è Div se porte sur Crèvecœur-le-Grand.

21 sept : Le Régiment prend part à une opération avec une Brigade de la 84è Division. Il se rassemble à 7h30 au sud du Bois de Hangard; (...) Dans la matinée une patrouille de la 10è Cie est reçue à coups de carabine par un peloton de cavalerie ennemie. Un homme blessé (Moulin, 10è Cie)

23 sept : Le Régiment évacue Gentelles et Cachy pour faire place aux troupes du 20è Corps d'Armée

24 sept : Marche vers le Nord

25 sept : Le Régiment forme l'avant-garde de la Brigade : cote 150 entre Thiepval et Grancourt et vers la cote 132 entre Coucelette et Miraumont

26 sept : Vers Lesbœuf, attaque de l'Infanterie ennemie qui occupe Morval (62). Au cours de cette opération : 7 officiers blessés, 9 morts, et 184 blessés et 90 disparus.

27 sept : Le régiment va occuper Ligny, Tilloy et ses abords

28 sept : Le Régiment quitte Authuile pour aller se rassembler à l'est de Courcelles aux Bois. Vers la cote 143, après Beaumont-Hamel, le 2è bataillon tombe sous le feu de l'artillerie ennemie, Le 3è Bat arrive à Miramont, est pris par une fusillade et se replie sur Beaucourt.  Bivouac à Serres.

1er oct : Le Régiment est rassemblé à 5 heures à l'ouest de Puisieux,

 

1er septembre 1914 : la situation des armées Allemandes : La 1ère, par Bruxelles, a effectué un mouvement tournant et marche vers Paris; la IIè s'est insérée entre Soissons et Reims et marche vers la Basse-Marne. Elle est soutenue par la IIIè dont l'axe général passe à l'est de Reims; la IVè et la Vè cherchent à envelopper l'armée française qui tient solidement les Hauts de Meuse et Verdun. La VIè est en Lorraine.

 

5 septembre : début des combats de la 1ère bataille de la Marne, la VIème armée avance vers l'Ourcq, mais se trouve en difficulté et reçoit des renforts venus de Paris, les fameux Taxis de la Marne transportent des milliers d'hommes.

8 septembre : après trois semaines de résistance, Maubeuge est tombé.

9 septembre : Le soir du 9, toute l'armée allemande recule vers l'Aisne de 60 kilomètres. Joffre en est le vainqueur.

15 septembre : Le font se stabilise sur l'Aisne, car nos troupes sont épuisées et n'ont pu s'emparer des défenses fortifiées que les Allemands ont pu établir au nord de la rivière et le long du Chemin des dames. Début du bombardement sur Reims, la cathédrale est touchée.

 

15 sept 1914 : Le Général Gouraud reçoit le commandement de la 10è Division d'Infanterie :
  --   http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article1938  --

Le Général Gouraud est à l'origine de la création de

la sonnerie :  « Aux Morts »     http://champagne1418.pagesperso-orange.fr/recit/recit4.htm

 

18 sept-15 oct : Course à la mer des deux forces en présence pour  contrôler les ports du Nord de la France.

22 septembre : Les Allemands tentent une offensive à l'est de Verdun et en Argonne. Ils échouent mais parviennent à créer dans cette région et jusqu'à Saint-Mihiel, un saillant qui met entre leurs mains la route, la voie ferrée et le canal permettant de ravitailler Verdun.

 

Au sujet de Saint Mihiel : http://gjgg.free.fr/priv/guerr14_18/chap13.htm
( une page de En passant par la Lorraine )

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

1er oct 1914 : Le Régiment est rassemblé à 5 heures à l'ouest de Puisieux, au sud de la cote 106. Les 10è et 12è Cies sont envoyées à la lisière sud est de Puisieux avec la section de mitrailleuses. Tous les autres éléments passent la nuit dans leurs tranchées.

2 oct : à 13h30, l'artillerie ennemie commence à bombarder le village, causant des pertes. Le régiment évacue et se retire vers Hébuterne, et arrive au bivouac entre Puisieux et Bucquoy à 21 heures.

4 oct : Cantonnement à Courcelles-aux-Bois ou Sailly

17oct : le 3è Bat cantonne à Bus-en-Artois

21 oct : le 2è Bat occupe les tranchées à la lisière du village de Bieuvillers

3 nov : Le 1er Bataillon détache une section à Vauchelles-les-Authie pour la garde du parc d'aviation

8 octobre 1914 : Chute d'Anvers.

15 oct - 17 nov : Bataille de l'Yser et d'Ypres.

 

Le Front Ouest en 1914 : http://www.atlas-historique.net/1914-1945/cartes/FrontOuest1914.html

 

Aller à 1914 - 1915 - 1916 - Fin Juin 1916 - 1917 - 1918 - Fin correspondance - Haut de page

 

Caporal Charles Sainturette, 17è Territ au Mesnil Gal – groupe1 – Poste 1-
Service des Voies et Communications

 

Documents :  LTR= Lettre

CP N° - date – lieu expédition ou ville représentée : objet =Carte postale Famille        (CP= Amis)

Toutes ces cartes ont été retrouvées dans les mêmes archives, je les intègre chronologiquement dans les carnets, donnant ainsi un historique plus complet qui retrace son parcours de Poilu.

 

Charles a un frère : Arthur Sainturette qui a été mobilisé le 27 septembre 1914

 

CP 14-01- 30 oct 1914, Bernay 

Charles – 43 ans -
à son épouse Alice 

Je pars demain par le train de 9h45 pour retourner sur la voie
au Mesnil Gal, groupe1, poste1,
je te récrirai quand je serai arrivé.
Je vous embrasse bien tous
 (Ch Sainturette, 17è Tal, Caporal, groupe1, poste 1 )

 


C'est la première correspondance que nous possédons de Charles Sainturette.
Il doit abandonner sa famille, et sa ferme sera dirigée par son épouse Aline.


De toute évidence, si il retourne au Ménil Gal, sa mobilisation doit être antérieure...
la réponse est sur sa fiche matricule militaire conservée aux archives départementales...

 

La correspondance suivante retrouvée est de décembre 1914.

 

 

Carnet de comptes d’achat de nourriture.

Ce petit carnet de notes ne contenant que quelques pages donne les noms des hommes et la liste des achats pour période. Il contient aussi le Chant du Poste de Mesnil Gal en 8 couplets, sur l'air : Le clairon de Déroulède.

 

Samedi 31 Octobre 1914

Les hommes du Poste 1 – Groupe 1  sont :

Sainturette, Caporal

Alexandre, Bénard, Bessin, Carpentier, Durand, Daviron, Gauthier, Guérin, Lermeroult, Loutrel, Rever, Terrier, Torquety

 

Le 1 et 2 Novembre 1914 :

Lermeroult, Bunel, Guérin, Alexandre, Legrix, Sainturette, Carpentier, Pellerin, Vallée, Loutrel, Torquety, Gauthier, Besnard, Roussel, Revert, Terrier, Daviron, Durand, Bessin, Pilette (probablement Raoul, voir page 11)

 

Mardi 3, Mercredi 4 et Jeudi 5 Novembre 1914 :

Pilette, C Sainturette, Lhermeroult, Guérin, Bunel, Roussel, Alexandre, Legris, Campagny, Carpentier, Pellerin, Loutrel, Torquety, Gauthier, Bénard, Daviron, Revert, Terrier, Durand, Bessin, Desperrois (Arthur?),

 

Plus loin, après le 17 novembre, sans date :

Desperrois, Bunel, Roussel, Revert, Compagnon, Durand, Gauthier, Pellerin, Carpentier, Bénard, Daviron, Sainturette, Bessin

 

encore après :

Carpentier, Durand, Bénard, ?, Bessin, ?, Daviron, Revert, Guérin, Carpentier

 

( Note : parmi tous ces noms, quelques patronymes bien connus dans la région du Noyer en Ouche, mais en l'absence de prénoms, il est difficile de les identifier, Ex : Vallée ... )

 

M'intéressant à la Généalogie, dans un but d'échange, j'ai porté les noms ci-dessus sur mon site :
 - http://gw.geneanet.org/renelesurj'ai ouvert pour chacun une fiche, qui sais ? cela peut aider un de leurs descendants à la recherche de renseignements... m'écrire : cliquez

 

Autres petites notes sur le carnet :

Piéton Arsène 17è Tal, 2è Cie, 1er Bat, 9è Escouade - (un ami de Charles, qui lui envoie une carte le 28 novembre 1914)

Guilleune à Tilbeuf (?)

 

Un site dédié aux GVC - Gardes des Voies et Communications  : http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr/

Ce site, bien que n'étant qu'en construction, est déjà très documenté et donne beaucoup d'informations sur les GVC. C'est le résultat d'un travail de recherches en profondeur, dans un domaine jusqu'ici peu exploré, c'est sans doute ce qui stimule son auteur... son objectif :

 

IDENTIFIER PAR LES PLANS D'ORGANISATION
DU SERVICE DES GVC à la mobilisation
d'août 1914
identifier le lieu de localisation d'un poste de GVC et son numéro (de section de groupe et de poste)
d'après l'organisation détaillée du service de garde des voies de communications, présentée par région militaire
puis accéder à des fiches d'informations détaillées pour chaque poste de GVC

http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr/Identifier.html

 

Nouveautés : 30 octobre 2013... Mise en ligne de la 3è Région Militaire :
http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr/Identifier/Identifier03eRegionMilitaireGVC.html

 

Inutile pour moi d'essayer de mettre un aperçu, autant se rendre directement sur le lien ci-dessus... je ne dirai qu'un mot : Génial.

Néanmoins, je vais faire une petite description du poste en bonne place, pour donner l'eau à la bouche pour des visiteurs locaux....

 

Quelle somme de travail pour arriver à un tel résultat ? Bravo.

Je me suis mis en contact avec l'auteur de ce site, pour lui dire ma satisfaction, et lui ai communiqué le Carnet du Caporal Sainturette avec le noms de ses équipiers du Groupe 1, Poste 1.de la 1è Subdivision de Bernay. Nul doute qu'il saura en faire bon usage....

 

Je vais essayer de rapprocher ma liste de noms à des dates précises et le travail de Yannick qui consiste à rechercher toutes les fiches matricules de la subdivision de Bernay qui indiquent une affectation aux GVC, les classes 1887, 1888, 1889 et 1890 sont déjà relevées... Connaissant la composition numérique de l'effectif du groupe1, Poste1 et l'origine des hommes, je vais tenter d'identifier les compagnons du Caporal Charles Sainturette originaires du canton de Beaumesnil.

 

L'Instruction du Service des GVC, Bernay 1907 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6116914q/f1.image.r=

 

Mesnil Gal : Pourquoi et où ?

De toute évidence, a un endroit stratégique, et sur une voie ferrée..
Mesnil Gal est un lieu-dit qui se situe sur la commune de Sainte-Marthe dans l'Eure.

Sur ce territoire, passe à l'époque, une ligne de Chemin de Fer portant le numéro 398 000, mise en service le 5 novembre 1866 et longue de 33,1 km.

Elle relie la ville de L'Aigle (Laigle) dans l'Orne à la ville de Conches dans l'Eure, en passant par Saint-Martin d'Ecublei, Rugles - Bois Arnault, puis Ambenay, Neaufles-sur-Risle pour atteindre Le Fidelaire.

La ligne continue vers Sainte-Marthe pour se raccorder sur la ligne Évreux - Bernay ( Paris - Cherbourg ) sur laquelle se trouve Conches. Le raccordement permettant d'aller vers Conches est situé après la bifurcation de Sainte-Marthe.

 

Cette bifurcation de Sainte-Marthe précède une autre nommée Bifurcation de Mesnil-Gal qui envoie vers le raccordement de Mesnil-Gal, distant de 2.075 mètres et permettant de se diriger vers Bernay, via Romilly-la-Puthenaye et Beaumont-le-Roger.

 

Ci-dessous une vision de l'organisation du poste

Local occupé par le poste : km 130.300 - maison de garde au MESNIL-GAL ; 1 chambre au rez-de-chaussée et 1 chambre au 1er étage
Points vulnérables :
Services à fournir :

1 patrouille du km 129 au km 130

1patrouille du km 130 au km 131

Chaîne de commandement dans le service des GVC :
Chef du groupe 1, sergent-major Chéron à la gare de Romilly-la-Puthenaye, à 2 km 600

Chef de la section D, commandant l'ensemble du service de GVC de la subdivision, capitaine Lebourg du 17e régiment territorial d'infanterie, à Bernay, à 28 km

Agents des compagnies de chemins de fer avec lesquels le chef de poste doit se tenir en relation :
Chef de gare de Romilly-la-Puthenaye à 2 km 600
Chef de la 5e section à Evreux (M. Leblanc) 30 km
Chef du 3e district à Beaumont-le-Roger (M. Delagoutte) à 10 km 500
Chef de l'équipe N° 15

 

Cette description du Poste et de l'organisation ne saurait en aucun cas se substituer à la page

 http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr/Identifier/Identifier03eBernaySDG1P1Collandres.html 

et n'a que pour objectif d'essayer de se situer sur le terrain, et d'inciter à aller la visiter.

René Lesur

 

En consultant la carte, on peut aisément deviner que c'est un endroit qu'il faut surveiller pour le bon fonctionnement des communications ferroviaires.

Nous trouvons la description de cette ligne sur ce lien :

 

Ligne Saint-Martin-d'Écublei - Conches

nb. Ce lien envoie sur Wikipédia, dans le cas où il n'aboutirai pas avec comme réponse : Wikipédia ne possède pas d'article avec ce nom, faites Mesnil-Gal dans la fenêtre de recherche Wiki et allez à l'article dans la page

 

De nos jours, cette voie ferrée est désaffectée et la partie située entre la bifurcation de Sainte-Marthe et le raccordement de Mesnil Gal n'existe plus. La section de l'ancienne voie entre Le Fidelaire et Conches a été réhabilitée en voie verte.

 

Le Poste de Mesnil Gal -

par Armand Ménil (...?)

nb. Ménil ou Mesnil est un patronyme courant dans le secteur de Beaumesnil...

air : Le clairon de Déroulède

 

1 - L'air est pur, la route est large
Les copains n' sonn' pas la charge
Au poste de Ménigal
La consigne est très sévère
Dans le métier militaire
Mais çà leur est bien égal
 
2- On prend la garde, on se r'elève
Le jour et la nuit sans trêve
Au poste de Ménigal
On s' balad le long des lignes
Le train passe, on fait des signes
Et l'on gueule : ? le journal !
 
3 - L'sergent s'amèn' en sourdine
Et dit : faut pas qu'on s' débine
Au poste de Ménigal
Mais quand on cherch' un bonhomme
Pas moyen d' trouver sa pomme
Il est tellement matinal...
 
4 - Les uns ronflent sur la paille
Et ne foutent rien qui vaille
Au poste de Ménigal
Mais les poilus se démanchent
Et font des cabanes en planches
Sous l' regard du caporal
 
5 - Britteville chant' sa petite romance
Et la parti' d' cartes commence
Au poste de Ménigal
Guillard, Dollmam et Malhappe
Empoch' et Nez dit j' me tape
Quel guignon phénoménal
 
6 - L' cuisinier ne se fait pas de bile
Le ventre au feu, il est tranquille
Au poste de Ménigal
Ragoûts, rôtis, et gibelottes
Il se fout de c' qu'on boulotte
Autant qu'avaler un cheval
 
7 - Quand c'est jour de grande laclette
Panchout dit am'nez vos têtes
Au poste de Ménigal
Il taille, il rase, il savonne
C'est à ne plus r'connaître personne
On est chouette comme pour le bal
 
8 - On rit et souvent on rêve
Quand la longue journée s'achève
Au poste de Ménigal
On songe aux batailles lointaines
A nos troupes souveraines
A l'amour triomphal
 

 

Musique et Paroles originales du chant Le Clairon sur ce lien

 

 

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

3 nov 1914 : Le 1er Bataillon détache une section à Vauchelles-les-Authie pour la garde du parc d'aviation

6 nov : Violent bombardement des tranchées en avant de Bieuvillers. Le Régiment compte 52 Officiers et 2714 hommes

21 nov : Le 3è Bat est dans les tranchées d'Hannescamps, Bieuvillers, Monchy, Berles . Les éléments de service sont relevés tous les 2 jours par les éléments cantonnés

28 nov 1914 : CP 14-02   La 2è Cie du 17èTal est à Louastre : village de l'Aisne, arr. de Soissons, cant. de Villers-Cotterets, à 15 km de Soissons, 43 km de Laon.

1er déc 1914 : Effectifs : 55 officiers, 2601 hommes, 174 chevaux

8 déc : Arrivée d'un détachement venant du dépôt de Bernay

12 déc : Décès du Lieutenant Cl Munier Cdt le régiment (Im N° 20 du JMO)

 

15 novembre 1914 : Les Allemands s'emparent de Dixmude. Toute la Belgique est entre leurs mains à l'exception d'une mince bande de territoire qui entoure Nieuport et Ypres. Le front se stabilise de la mer du Nord aux Vosges et sur le front est, du Niémen aux Karpates.

8 décembre : Joffre, malgré la terrible saignée de la Marne ( 313 000 tués ou disparus), donne à Foch l'ordre d'attaquer dans la direction de Cambrai pour dégager la région de Soissons.

 

CP 14-02 – 28 nov 1914,

Le Roi d’Angleterre Georges V causant aux officiers avant le départ;

Arsène Piéton -  17è Tal, 2è Cie, 8è Div
demeurant au Noyer en Ouche,

 ami de Charles -  à Charles Sainturette, 

de Louastre :
 

Je suis en bonne santé et désire que vous soyez de même, mes meilleures amitiés ainsi qu’à  votre famille

 

Voir la La Fiche Matricule de Arsène Piéton et son parcours

 

Louastre : Village de l'Aisne, Arr. de Soissons, Cant. de Villers-Cotterets, à 15 km de Soissons, 43 km de Laon.

CP 14-03 – 27 déc 1914, Bernay : Charles à sa Femme,
Je suis arrivé à Bernay ce soir par le train 4H (caporal, 17è Tal)

La correspondance suivante retrouvée est datée du 11 mars 1915, faisons le point :

 

La Fiche Matricule de Charles Sainturette nous donne son parcours militaire

 

Rappelé à l'activité ( Mobilisation Générale ) le 1er août 1914 (SVC).

Renvoyé dans ses foyers le 6 sept 1914. Rappelé à l'activité le 25 oct 1914.

Passé au 19è Tal d'Infant le 16 janv 1915.

 

Donc Charles a bien été mobilisé dès le début des opérations, il est revenu chez lui pendant quelques temps, pour ensuite être rappelé le 25 oct 1914, il retrouve le Service des Voies et Communications et part le 27 déc 1914 vers sa nouvelle affectation...

 

1914 : Les Hommes Morts pour la France

LATARD Joseph - LELASSEUR Raphaël - DEHAYS Auguste - DELAQUERRIERE Charles -

 

Année 1915  - 
Aller à 1914 - 1916 - Fin juin 1916 - Juillet 1916- 1917 - 1918 - Fin correspondance - haut de page

 

Janvier 1915 : La guerre des tranchées : la guerre de position ont succédé à la guerre de mouvement. La victoire de la Marne a arrêté l'ennemi mais une partie du territoire français est envahie avec Lille et le bassin houiller du Nord et la totalité du bassin métallurgique de Briey.

15 février 1915 : La 1ère armée (de Langle) enlève les premières lignes allemandes en Champagne mais nos troupes se heurtent à une défense élastique des Allemands.

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

12 déc 1914 : Décès du Lieutenant Cl Munier Cdt le régiment (Im N° 20)

21 déc : Le Lt Cl du Paty de Clam prend le commandement du régiment.

22 janvier 1915 : les 10è et 11è Cies quittent Berles à 16h30 et vont cantonner à Humbercamp ainsi que l'E.M du régiment. Le 23, ils vont à Saulty, le 24 à Flesselles

26 janvier : Le 1er Bat quitte Gombremetz et La Herlière en automobile pour aller cantonner à Villers-Bocage, Montonvilliers et Flesselles.

27 janvier : Vaccination antithyphoïdique.

 

28 Janvier : Le Gal Castelnan Cdt la 2è armée passe en revue le 17è Tal à la sortie nord de Flesselles.

12 février : Le Régiment quitte Flesselles pour Daours, Vecquemont et Bussy-les-Daours.

13 fév : Il quitte Daours pour Morcourt et Méricourt s/ Somme et vont occuper les tranchées de Fouvaucourt - Herleville et Fontaine-les-Cappy

16 fev 1915 : l'Etat-Mjor et le 3è Bat quittent Morcourt pour Proyard (Image 25), le reste du régiment travaille aux tranchées, beaucoup d'activité, et des blessés.

1er mars : Le Secteur de Fontaine s/-Cappy est réorganisé en deux sous-secteurs, le sous-secteur d'Herleville est attribué au Régiment sous les ordres du Chef de Bataillon Quatrhomme, Cdt le 1er Bat.

11 mars 1915 : L'E.M, les 1er et 3è Bat viennent cantonner à Villers-Bretonneux, le 2è bat à Warfusée-Abancourt.

11 mars 1915 : Le général Vigy commandant la 82è Division cite à l'ordre de la division la 4è Division du 17è Tal

13 mars : Le Régiment est transporté en automobile à Hédauville

16 mars : Il va occuper le secteur Auchonvilliers-Hamel et va cantonner à Mesnil

23 mars : Le régiment est relevé par le 18è Tal. L'E.M et le 2è Bat vont cantonner à Forceville, le 1er à Varennes, le 3è à Hédeauville

30mars : Le Régiment remplace le 18è Tal dans le secteur d'Auchonvilliers-Hamel

29 février 1915 : Début de l'opération franco-anglaise des Dardanelles

 

Le Front Ouest en 1915-1916 : http://www.atlas-historique.net/1914-1945/cartes/FrontOuest1915-16.html

 

14 Février 1915 : Le Maire du Noyer en Ouche informe que les enfants de l'école ont exprimé le vœu que la somme de 60F inscrite au budget de 1915 pour achat de livres de prix soit versée à La croix rouge de Bernay

 

CP 15-01 – 11 mars 1915, Arnaville 54, La Frontière : Charles à Suzanne, J’espère que tu vas toujours à l’école et que tu te conduis bien et que tu apprends bien aussi. Je t’embrasse bien tendrement. ( 19èTal, 2è Cie, SP 84) (73è Div Infant) - 73è Division d'Infanterie

(Arnaville se situe à 13 km au nord de Pont-à-Mousson, nous ne savons pas où il est exactement, il faut se référer au SP 84, mais la carte postale est un indice dont Charles ne se prive pas, et la censure n'a pas encore d'effet... )

 

Le Caporal Charles Sainturette a changé de Régiment,
il est maintenant au 19è Territorial, 2è Cie... donc 1er Bataillon

Comme le confirment sa fiche matricule ainsi que la photo du 19 juin 1915 représentant
la 2ème Escouade de la 2è Cie du 19è Territorial, 145è Brigade, 73è Division, 1ère armée

(Nous allons néanmoins continuer de suivre le parcours du 17è Tal de Bernay)

 

Le JMO du 19è Régiment d'Infanterie Territoriale

Sur ce lien : Le JMO - Journal intégral de Marche et des Opérations du 13 août 1914 au 11 février 1916

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_776_017/viewer.html

 

Le 19è Tal est composé de 3 Bataillons comprenant chacun 4 compagnies, il fournit semble-t-il des hommes pour le service des étapes et convois. ( la 2è Cie est au 1er Bat )

Ci après quelques dates et lieux pour suivre le 19è Tal...

 

16 août 1914 : Dans la nuit du 15 au 16 août, le Régiment a été enlevé de Falaise par voie de fer en 3 éléments... le soir il est à Compiègne , les cantonnements sont à Margny et Venette près Compiègne.

L'Etat Major compte 16 Officiers et Sous-Officiers, plus 3 à la tête de chaque Cie, soit 36,
et 3087 hommes de troupe, 31 chevaux

24 août 1914 : le 1er Bat s'embarque pour Reims

31 août : les 2è et 3è Bat vont dans la région de Rouen

3 sept 1914 : le 2è Bat est débarqué à Ponthieu (Sarthe), Aucune nouvelle du 1er Bat embarqué le 24 pour Compiègne.

4 sept : le 3èBat est au service de la voie ferrée à Sotteville-les-Rouen.

17 sept : Le 3è Bat s'embarque pour Le Bourget (Seine)

1er oct 1914 : Le 2è Bat est cantonné à Villeneuve Saint-Georges (S & O), Aucune nouvelle du 1er Bat

8 oct : Le 1er Bat ( Cdt Padieu) fait connaître qu'il est à St Gemmes (Marne) où il assure le service des étapes (5è Armée)

14 oct : Le Rgt a reçu l'ordre de verser tous ses fusils Mle 86 pour toucher en échange des fusils Mle 74.

16 oct : Le 2è Bat revient à Sotteville-les-Rouen

26 nov 1914 : Le 1er Bat qui était vers Reims doit s'embarquer pour Noisy-le-Sec, il cantonne à Levallois-sous-Bois et reste à la disposition de la 5è armée.(Service des étapes)

10 déc 1914 : 2è Bat : 3 Cies partent vers Le Havre, Abbeville, Boulogne, la 8è Cie reste à Sotteville.

 

 La 145è Brigade d'Infanterie, JMO du 2 aout 1914 au 13 juin 1916

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_534_005/viewer.html

3 août 1914 : La 145è Brigade de réserve est composée des 346è, 353è et 356è Rég

Le 4 mars 1915, (Im 60)  la Brigade est dans le secteur du Bois le Prêtre

19 mars 1915 (Im 61) Les coups longs des canons allemands arrivent aux maisons de Maidières

 

Charles Sainturette est passé au 19è Tal d'Infant le 16 janv 1915.

27 janvier 1915 : Le 1er Bat du 19è Tal a quitté Pavillon-sous-Bois pour la destination d'Ys-sur-Tylle (Côte-d'Or) à la disposition de la 3è armée

1er fév (Im 20) : le 1er Bat est cantonné à Noncourt, près de Neufchâteau (Vosges)  (Neuchâteau est à 30 km au nord-Ouest de Contrexéville )

19 fév 1915 (Im 21)  : le 1er Bat est mis à la disposition du Génie de la 73è Division d'Infanterie (Gouverneur de Toul) pour la réfection des routes conduisant au front

 

Comme nous l'avons noté précédemment, Charles a bien été mobilisé dès le début des opérations, il est revenu chez lui pendant quelques temps, pour ensuite être rappelé le 25 oct 1914, il retrouve le Service des Voies et Communications et part le 27 déc 1914 vers sa nouvelle affectation...

Il est passé au 19è Tal d'Infant le 16 janv 1915.

 

De Bernay, il est allé à Pavillon sous Bois, il reste à cet endroit jusqu'au 27 janvier et part pour Ys-sur-Tylle ( Côte d'Or ). Il cantonne à Montcourt,( à vérifier, Noncourt ? voir ci dessus) et part avec son bataillon le 19 fev 1915 pour le Génie de la 73è DI.

Nous en avons confirmation par la carte du 11 mars...

 

CP 15-01 – 11 mars 1915, Arnaville 54, La Frontière : Charles à Suzanne, J’espère que tu vas toujours à l’école et que tu te conduis bien et que tu apprends bien aussi. Je t’embrasse bien tendrement. ( 19èTal, 2è Cie, SP 84) (73è Div Infant) - 73è Division d'Infanterie

(Arnaville se situe à 13 km au nord de Pont-à-Mousson, nous ne savons pas où il est exactement, il faut se référer au SP 84, mais la carte postale est un indice dont Charles ne se prive pas, et la censure n'a pas encore d'effet... )

 

 

 

La 73è Division Infanterie, Génie, JMO du 3 août 1914 au 11 déc 1916  :

La 73è DI est composée ses 145è et 146è Brigades d'Infanterie

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_401_001/viewer.html

A la mobilisation, les unités du Génie faisant partie de la 73è DI sont :
La Cie divisionnaire 26/1mobilisée par le 10è Régiment du Génie ; la Cie de Parc 26/21 ; un détachement de Sapeurs télégraphistes ;

Dimanche 14 février 1915 (Im 36) : Reconnaissance avec les Lieutenants Gelot et Riondel d'une organisation défensive de soutien, en arrière des ouvrages de droite du Bois-le-Prêtre, appuyée à droite aux Mélèzes, et se reliant à gauche d'une part aux ouvrages V1 et V2, d'autre part aux ouvrages à l'Ouest de Bonberger.
Le soir, tournée aux aux ouvrages de l'Auberge Saint-Pierre pour se rendre compte de la capacité en abris de la ligne organisée entre le Bois-le-Prêtre et le Bois dit le Brûlé ainsi que de ses communications.

19 février 1915 ( Im 36)  : Visite d'une foreuse électrique à Maidières. Instructions données pour son installation au Bois-le-Prêtre.

Mardi 2 mars (Im 38) : Visite du Gal Lecruier du G.Q.G. et du Colonel Pons commandant le Génie de l'A aux sapes du Quart de réserve où l'on active l'installation d'une perforatrice électrique

Dimanche 7 mars ( Im 38) : Pluie, Visite du Colonel du Génie aux baraquements de Saint Jean, de Gézoncourt, et de la route de Griscourt. Dans la nuit, ouverture (ébauchée) de la parallèle P3

Mardi 9 mars (Im 39) : Gelée, moins 7 à 7h du matin. Mise en chantier de 500 travailleurs militaires sur le chemin à créer entre  Mamey et le Bois dit le Brûlé.

 

Samedi 13 mars 1915 : (Im 39 ) : le soir, tournée au chantier de la route de Griscourt, Forêt de Lunéville, et au chantier des baraques démontables de Gézoncourt et de Martincourt.

Dimanche 14 mars 1915 : (Im 39 ) : Brouillard épais.

Lundi 15 mars 1915 : (Im 39 et 40 ) : Tournée au chantier de la route entre Mamey et le bois dit Le Brûlé. Le travail comporte la construction d'un passage au dessous de la route nationale 58 de Saint Dizier à Metz, c'est-à-dire une galerie de 3mx3m de section et de 25 à 30 m de longueur. Cette galerie a été commencée dans la matinée de ce jour.

Attaque allemande au Quart de Réserve, trois ouvrages ont été bouleversés par des fourneaux de mines et récupérés par nous en fin de journée

23 mars 1915 : (Im 41 ) : Tournée sur les routes en construction de Saint Jean à Mamey et de Mamey à Bois dit Le Brûlé.

 

26 mars 1915 : (Im 41 ) : La température est de + 4° à 9 heures. La Division est dans le secteur de Lérouville, Rogéville, Gezoncourt, 4 Vaux... des travaux importants sont en court... constructions de routes, chemins.. des Perforatrices électriques Thévenot sont utilisées... Reconnaissances :
1° - avec le Lieut Grillet de la Cie 23/1 de l'emplacement du 2è dépôt de matériel et d'outillage vers les 4 Vaux à proximité de la galerie en cours d'exécution sous la route de Metz
2° - avec le Capitaine Commandant la 1è Cie du 19è Tal des travaux à exécuter pour l'amélioration du Chemin Rogéville Gézoncourt.
Le Caporal Charles Sainturette se trouve ici .

Ordre N° 47 concernant les opérations prochaines contre le Quart en réserve et les hauteurs de Fey-en-Haye. En vue de ces opérations, la 73è Div est renforcée du 29è Régiment d'Infanterie, de deux Bataillons du 42è Tal, de 4 groupes de 75, de la Cie 20/2 T du Génie. Deux autres groupes de 75 et un autre régiment seront envoyés ultérieurement.

27 mars 1915 ( Im 41-42 ) : Le parc du Génie d'Armée (section Dieulouard) approvisionne le dépôt de l'Auberge Saint Pierre

29 mars (Im 42) : Le QG se transporte à Dieulouard avec tous les services

 

30 mars 1915 : (Im 42) : Une des Compagnies du 19è Tal qui cantonnait à Gézoncourt et travaillait aux routes Rogéville-Gézoncourt et tranchée du milieu est envoyée à Noviant à la disposition de la 146è Brigade qui va être rattachée au 31è Corps. Elle y rejoint une autre Cie du 19è Tal occupée à l'exécution des routes du secteur de cette brigade. Elle est remplacée par des chantiers de route par la Cie du 19è Tal cantonnée à Griscourt . La 4è Cie reste provisoirement à Mamey - (Michelin 65, CD25) - Il n'y a plus en définitive que deux Cies du 19è Tal à la disposition de la 73è DI. pour les travaux de route dans le secteur de la zone comprise entre Mamey et La Moselle (...) par déduction, ce sont deux compagnies qui sont désormais à la 146è Brigade
( Il s'agit à n'en pas douter des compagnies du 1er Bataillon , tout près de Dieulouard au sud de Pont-à-Mousson,  il y a donc au 2 Cies envoyées à la 146è Brigade à Noviant : probablement les 1è et 3è Cies, car la 4è est restée à Mamey et la 2è Cie qui est celle de Charles Sainturette comme en témoignent ses correspondances à venir... il est toujours au Secteur Postal 84 qui correspond bien à la 73è Division d'Infanterie.. )

 

1er Avril 1915 (Im 42) : L'attaque de la ligne VIII et son prolongement, commencée le 30 mars à 7 heures se poursuit sur la ligne C de l'ennemi et aux abords du village de Fey-en-Haye qui a été enlevé la veille .../...  Visite au Bois Le Prêtre.

13 avril (Im 45) Une Cie du 19è Tal qui était employée aux travaux d'assainissement du terrain des opérations récentes vient cantonner à Dieulouard, et sera employée à partir de demain à l'entretien de la route de Griscourt à Dieulouard.

16 Avril (Im 45) : La moitié de la Cie du 19è Tal qui est employée à l'exécution de la route de Griscourt reçoit l'ordre de se mettre ce soir à la disposition de la brigade Active pour travaux d'assainissement du champ de bataille.

 

Le bureau de payeur et le secteur postal n° 84 ont desservi la soixante treizième division d'infanterie de réserve durant toute la guerre. Le secteur postal fut supprimé le 30 mars 1919.

Les Secteurs Postaux : http://cartesfm1418.pagesperso-orange.fr/obliterations/secteurpostal/SP.htm

 

 1ère Armée :

(Recherches en cours)

 

21 mai 1915 : un détachement de renfort de 100 hommes est arrivé de Falaise

 

CP 15-02 – 16 mars 1915, Pont-à-Mousson, Le Barrage : Charles à Suzanne, Je t’envoie une carte pour te remercier de tes nouvelles. J’espère que tu fais toujours des progrès à l’école. Tu embrasses toute la famille pour moi et le bonjour à  Emile Hervieu  (Beau frère de Mary Lamare)... Ton père qui t’aime bien et qui viendra bientôt te revoir avec la barbe qui pousse

 

CP 15-03 – 28 mars 1915, Varennes Somme : (Entre Albert  15 km, et Doullens 30 km)

Arsène Piéton à Suzanne, Souvenir de Varennes

 

28 mars 1915 : Secours pour les Soldats Belges.

Suite à la demande du Comité des Amis de la Belgique, section de la Sarthe, le Conseil Municipal du Noyer en Ouche fait un don en faveur des Soldats Belges cantonnés au Camp d'Auvours et dans les communes voisines

 

CP 15-04 – 7 avril 1915, Pont-à-Mousson : Charles à son épouse Aline : J’envoie à toute la famille mes amitiés. Je suis toujours en bonne santé et espère pour vous de même. ( 19è Tal, 2è Cie SP84 )  (73è Div Infant) écrirai dans quelques jours

 

CP 15-05 – 15 avril 1915 :

Alice à Charles :

Je t’envoie de loin mes meilleurs baisers, et je t’embrasse
bien fort espérant bientôt te serrer dans mes bras avec une grande joie.

Mme Piéton  t’envoie ses meilleures amitiés et t’embrasse
de tout cœur et te disons à bientôt, nous n’avons pas de nouvelles de toi depuis longtemps.

Je te souhaite cher Père une bonne santé, moi cela va très bien maintenant je suis guérie, je vais aujourd’hui au Fidelaire avec maman et mes sœurs dîner chez bon papa.

Ta petite mignonne qui t’embrasse de tout cœur.

 

 

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

30mars : Le 17è Régiment remplace le 18è Tal dans le secteur d'Auchonvilliers-Hamel

2 avril 1915 : 97 hommes de renfort venus de Bernay. (Image 28)

10 avril : Dans la nuit, attaque allemande sur Hamel

13 avril : Le régiment relève le 18è Tal, Euglebelmer, Auchonvilliers, Hamel, Mesnil, Bois d'Avelny, Maillet et de Mailly

23 avril : Le 3è Bat est relevé et va cantonner à Hédauville, l'E.M vient cantonner à Forceville. ( Image 30)

28 avril : toujours mêmes travaux.(Image 31)

La fin de ce JMO du 17è Tal donne les noms des victimes, blessés ou tués

Rappel du lien :  Journal intégral de Marche et des Opérations du 6 août 1914 au 28 avril 1915

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_776_005/viewer.html

 

19 avril 1915 : Joffre prépare une seconde offensive, en Artois, avec le concours des Belges et des Anglais afin de libérer les mines du nord.

22 avril : Première utilisation des gaz asphyxiants à Langemarck (près d'Ypres)

Fin avril : Le débarquement sur les deux rives du détroit des Dardanelles par les troupes françaises et celles de l'Empire britannique (des Australiens) est ardu et coûteux.

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

sur ce lien :  Journal intégral de Marche et des Opérations du 29 avril 1915 au 17 juin 1916

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_776_006/viewer.html

29 avril 1915 : Le 3è Bat quitte Hédeauville et va cantonner à Englebelmer-(Somme).  Le 2è Bat va occuper le sous-secteur Auchonvillers (Somme) sud. Le 1er Bat rentre sous le commandement du Colonel Courut Cdt la 163è Brigade.

7 mai : Le Régiment est relevé par le 18è Tal.

17 mai : Le Régiment ( 3 Bataillons) relève le 18è Tal.

31 mai : Le Lt Cl Quatrehomme prend le commandement du 17è Tal en remplacement du Lt Cl Paty de Clam remis à la disposition du ministre.

9 juin : Bombardement sur les tranchées et le village d'Auchonvillers

29 juin : la 82è Division Territoriale et la 163è Brigade sont dissoutes. Le Régiment 17è Tal passe sous le commandement du Général de Teyssière, Cdt la 41è Brigade ( 21è Division d'Infanterie)

Les travaux continuent au réduit d'Auchonvillers, et Bois de Mailly - Maillet

 

 41è Brigade d'Infanterie Territoriale,

(Recherches en cours)

 

 21è Division d'Infanterie Territoriale,

(Recherches en cours)

 

 

La 73è Division Infanterie, Génie, JMO du 3 août 1914 au 11 déc 1916  :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_401_001/viewer.html

 

16 Avril (Im 45) : La moitié de la Cie du 19è Tal qui est employée à l'exécution de la route de Griscourt reçoit l'ordre de se mettre ce soir à la disposition de la brigade Active pour travaux d'assainissement du champ de bataille.

 

26 Avril (Im 46) : Bombardement de Dieulouard à partir de 17 H et toute la nuit toutes les heures.

27 avril (Im 46) : Épisode de la guerre souterraine :

8 mai (Im 48) : Reçu instructions au sujet de l'organisation des deuxièmes lignes de défense dans le Bois Le Prêtre

9 mai (Im 48) : les deux journées ont été particulièrement mouvementées en ce qui concerne la lutte souterraine. Notre progression continue malgré l'infériorité dans laquelle nous nous trouvons au point de vue des explosifs.

13 mai (Im 49) : Une partie des tranchées prises hier a été récupérée par l'ennemi

15 mai : nouvelle répartition des unités du Génie

18 mai : Le QG de la Division vient s'installer à Marbache (2 km sud de Dieulouard)

20 mai 1915 (Im 49) : Reconnaissance au voisinage de la Fontaine du Père Hilarion

8 juin ( Im 51) : Exécution de l'attaque, les fourneaux de mines explosent dans les conditions prévues, sauf un, les sapeurs qui en étaient chargés sont mis hors combat. Les tranchées conquises sont conservées malgré les contre-attaques ennemies

Les Secteurs Postaux

http://cartesfm1418.pagesperso-orange.fr/obliterations/secteurpostal/SP.htm

 

Le JMO du 19è Régiment d'Infanterie Territoriale

21 mai 1915 : un détachement de renfort de 100 hommes est arrivé de Falaise

10 juillet 1915 : Un peloton de la 9è Cie est envoyé à Trigny-en-Valois pour le service d'ordre pendant les permissions, il revient à Drancy le 17 août.

9 mai-18juin : Deuxième offensive française en Artois

23 mai : L'Italie (jusqu'ici restée neutre), déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie aux côtés des alliés.

 

CP 15-06 – 18 avril 1915 : Arsène Piéton à Suzanne,

CP 15-06.2 – 22 avril 1915, Reprise de Raon-l’Etape Vosges : Charles à Suzanne, Je t’embrasse de tout cœur ainsi que toute la famille, ton père qui t’aime ( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ) 

 

CP 15-07 – 19 mai 1915, Blénod les Pt-à-Mousson : Charles à Suzanne, Je t’embrasse de tout cœur et embrasse ta mère et tes sœurs pour moi. J’attends une carte de toi, tu sais que j’ai toujours mon bouc,, tu ne me reconnaîtrais pas, quand je reviendrai, je te rapporterai une baïonnette boche que j’ai depuis plus d’un mois. Ton père qui t’aime tendrement (caporal 19è Tal, 2è Cie, SP 84 ) (73è Div Infant)

 

CP 15-07.2 – 19 mai 1915, Rouen :  Auney à Charles Sainturette ( 19è Tal,2è Cie, SP 28 ) : Mon Cher ami, reçu vos deux cartes. Merci. Nous vous souhaitons bonne santé et bonne chance. Je vous serre la main.

nb. Auney est l'Instituteur du village.

CP 15-08 – 24 mai 1915, Dieulouard : Charles à Suzanne, Je te remercie de tout cœur de la belle carte que tu m’a envoyée. Je t’embrasse bien fort. Ton père qui t’aime tendrement.

CP 15-08.2 – 1er juin 1915, Pont-à-Mousson-Dieulouard : Charles à Suzanne, Je t'envoie mes meilleurs amitiés et t'embrasse de tout coeur, embrasse ta mère et tes soeurs ( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ) (73è Div Infant)

 

CP 15-09 – 6 juin 1915, Dieulouard : Charles à Suzanne, Je t’embrasse bien fort de loin, embrasse ta mère et tes sœurs pour moi. ( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ) (73è Div Infant)

 

LTR 15-01- 7 juin 1915, : René Lucas – 38 ans -  à Hélène sa nièce : ( René Lucas est le beau frère de Charles – marié avec Angèle Guérin, sœur d’Aline, Passé au 20è Tal le 8 fév 1915,  ) : de Saint Cyr l’Ecole, Je suis en retard à te répondre, je te dirais que j’ai eu beaucoup de dérangement, nous avons changé de place, il a fallu déménager, aussi bien pour mon officier, que le bureau en un mot il a fallu tout déranger, nous ne sommes même pas encore réinstallés. Je te remercie de ta chanson que tu m’a envoyée ainsi que la lettre de Suzanne, je n’ai pas reçu de lettre de ton papa depuis une douzaine de jours, je lui ai écrit hier, il n’y a rien de drôle que je n’ai rien reçu, ses lettres sont de douze à quinze jours pour me parvenir. Si tu veux me voir, viens dimanche je serai à la maison

 

CP 15-10 – 16 juin 1915, Pont-à-Mousson: Charles à Suzanne, Je t’embrasse te tout mon cœur et embrasse bien toute la famille pour moi ( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ) (73è Div Infant)

CP 15-11 – 16 juin 1915, Dieulouard : Charles à sa Femme Aline, Ainsi que je te l’ai promis, je t’écris
de D----d où je suis arrivé lundi soir sans encombre, hier étant de garde de police, je n’ai pu t’écrire, nous allons être ici pour huit jours de repos, et je crois que l’on retourne encore à M----l  Lundi prochain, enfin c’est toujours une semaine d’écoulée et l’on voudrait bien que ce soit la dernière. J’espère que toute la famille est toujours en bonne santé, tant qu’à moi, cela va bien toujours avec beaucoup de chaleur. J’espère que par ce temps tu vas pouvoir faner. Je t’embrasse de tout cœur ainsi que les enfants.
Bonjour de la part de Vigot et Massieu,
( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ) (
73è Div Infant)  t’écrirai demain en après-midi.

 

 

 

 

 

CP 15-11.3 – 19 juin 1915, D… ( Dieuloard) : de Charles à Robert Sainturette, son père, au Fidelaire,
Photo de la 2è Escouade, 2è Cie, 19è Tal, 145è Brigade, 73è Div, 1è Armée SP84

 

note : les endroits de lieu sont écrits sommairement ou bien peut-être gommés ? - le nom du pays représenté par la carte est rayé,
il ne faut pas dire l’endroit où il se trouve, et il est parfois assez difficile de le situer avec précision, d'ailleurs,
dans le JMO du 19è Tal, il y a peu de nouvelles du 1er bataillon dont la 2è Cie appartient.

Mais de temps à autre il laisse le message : D----d pour Dieulouard et ensuite il est à K l G : Kœur-la-Grande.

A la maison, les siens peuvent quand même le suivre sur la carte de France... il n'est pas très difficile de comprendre
les motivations de ces correspondances : soutient moral de part et d'autre avec le souci de faire savoir
sa dernière position en cas d'absence de courrier.

Nous comprenons ce que cela signifie...

Suzanne est motivée par la collection de cartes postales et Hélène chargée de noter son emploi du temps.

 

Cette photographie est la seule qui représente le Caporal Charles Sainturette en habit militaire. Nous y voyons bien le gallon de Caporal et une décoration dont j'ignore la signification. J'ai demandé conseil à des spécialistes en la matière et il en ressort comme conclusion :

La médaille ressemble à une médaille fictive, c'est courant sur les photographies de soldats, soit des médailles en carton ou papier découpé, soit dessinées à la craie sur la veste, est ce que c'est une médaille "pour rire" avec des mentions humoristiques dessus, ou bien a t'il été vraiment décoré mais il n'a pas encore reçu la vraie médaille ? difficile à dire...

 

Les deux petites lignes horizontales blanches près de ses boutons sont son grade de caporal, normalement rouge, a ici été passé à la craie pour mieux se voir sur la photo noir et blanc, et petit détail très intéressant visible sur l'agrandissement il porte encore sur son képi le numéro rouge du 24e régiment d'infanterie et non le N° blanc du 19e territorial, ce qui veut dire que sur cette photo il porte encore le képi qu'il a perçu comme GVC de la subdivision de Bernay (qui selon les instructions devaient percevoir leurs effets du 24e RI).

 

Je n'ai pas connaissance de décoration, et les JMO de cette période ne révèlent aucun élément probant.


Merci à Vincent Le Calvez, spécialiste du 28è RI, qui a retracé la vie et le parcours d'Adolphe Orange, Arrière Grand-père de son épouse Marie, à voir sur son site magnifiquement documenté -  http://vlecalvez.free.fr/   -

et à Yannick -  http://gvc.14-18.pagesperso-orange.fr/ - de GVC, que nous avons vu au moment de la mobilisation -

 

 

 

 

La 73è Division Infanterie, Génie, JMO du 3 août 1914 au 11 déc 1916  :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_401_001/viewer.html

21 juin 1915 (Im 53 ) : Tournée à La Fontaine du Père Hilarion, Construction d'un lavoir, un pédiluve et un abreuvoir. Établissement de deux canalisations pour élever l'eau de cette fontaine à la tranchée de Fey (Fey-en-Haye) et à la tranchée de Vilcey (Vilcey-sur-Trey, 54) avec création de trois réservoirs en ces deux points.

note : Entre ces deux villages se trouve La Croix des Carmes, au Bois-Le-Prêtre, le déroulement des évènements fera vivre en cet endroit des moments tragiques...

23 juin 1915 (Im 53) : Visite du chantier d'installation d'alimentation en eau du Père Hilarion et de la perforeuse électrique pour les attaques à la mine. la perforeuse est alimentée par un groupe électrogène installé près de la tranchée de la Croix de Carmes.

 

100 ans plus tard...

Au Col de la Chapelotte dans les Vosges, entre le Donon et Raon l'étape, près de Badonviller, pour avoir une vision des travaux de mines , visite du site par des randonneurs :

http://www.randoalsacevosges.com/2015/02/le-col-de-la-chapelotte-champ-de-bataille-de-14-18.html

et la Butte du Vauquois dans la Meuse :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/lorraine/2015/06/06/histoires-14-18-il-y-cent-ans-la-guerre-des-mines-741133.html

et  le Spéléo Club de Metz nous emmène à Varennes-en-Argonne :

http://www.speleo-club-metz.fr/guerre-des-mines-14-18-visite-des-galeries-le-2504/

 

mai - juin 1915 : Les Allemands lancent des attaques dans le massif forestier d'Argonne et s'emparent du nord du massif afin d'investir Verdun.

 

LTR 15-02- 25 juin 1915 : Charles à Hélène : Je suis en ce moment à K l G jusqu’à lundi prochain, cela va bien, c’est assez calme pour l’instant, il fait un peu moins chaud, il a tombé depuis plusieurs jours de l'eau et ce matin assez fort, j’ai mouillé un peu, j’ai parti à 4H du matin pour mes équipements et j’ai rentré à huit heures et demie, alors il y avait une heure  qu’il pleuvait, j’ai été à la Fontaine du Père Hilarion d’où j’ai cueilli ces quelques feuilles que je t’envoie comme souvenir de la Fontaine.

Au sujet de ton certificat, je regrette que tu ne sois pas reçue, du moment que tu as fait de ton mieux, je t’en fais pas de reproche. Je demande pas mieux que tu retournes à l’école afin de l’avoir plus tard puisque cela te fait plaisir. Tu souhaiteras bien le bonjour à Mme MOREL et à tous ceux qui s’informent de moi. M et Mme LEGRAND et tous les amis, je ne cite pas les noms car j’en oublierais. Tu feras toutes mes amitiés et embrasseras toute la famille pour moi. Bonne santé à tous. Ton père qui t’embrasse de tout cœur. ( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ) (73è Div Infant)

 

CP 15-12 – 29 juin 1915: Charles à Suzanne, Je t’embrasse bien fort et embrasse bien ta mère et tes sœurs pour moi, et le bonjour à ÉmileDrouet et Albert. Ton père qui t’embrasse tendrement

CP 15-13 – 30 juin 1915: Charles à Suzanne, Souvenir de la Campagne 1914-1918 (caporal 19è Tal, 2è Cie, SP84 )
 

CP 15-14 – 4 juillet 1915
Vos Paquets

Charles à sa Femme Aline :
J’espère que toute la famille est en bonne santé, tant qu’à moi cela va bien.
Mes meilleures amitiés à toute la famille.
Je t’embrasse bien fort ainsi que les enfants.

 

CP 15-14.2 – 4 juillet 1915 : Arsène Piéton à Aline Sainturette : J’ai reçu votre lettre il y a huit jours qui m’a fait plaisir et de vous savoir en bonne santé, tant qu’à moi, cela va bien. Ce soir nous allons dans les tranchées mais je reste au village. Depuis trois jours il fait beau et faut espérer que cela va continuer. J’ai eu des nouvelles de Charles il y a quelques jours, il allait bien. Je finis en vous embrassant de loin, je ne sais à quand il viendra de le faire de près. Embrassez vos enfants pour moi. Bonjour à Émile et Drouet. Votre ami dévoué.

 

 Arsène ne mentionne pas d'endroit, mais, d'après le JMO, le 17è Tal est dans le secteur d'Auchonvillers - http://www.paysducoquelicot.com/auchonvillers.htm   - Canton d'Albert - Somme.

Un Parc Mémorial a été aménagé,

Le Cimetière  http://www.todayisfree.com/360-48-Auchonvillers-Military-Cemetery  et

http://www.picardie1418.com/fr/decouvrir/cimetiere-communal-d-auchonvillers.php

Un poilu : http://themasq49.free.fr/index_fichiers/MonOncleAndre/page_01.htm

 

13-14 juillet : Les Allemands continuent à lancer des offensives locales en Argonne.

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

24 juillet 1915 : Le 1er Bat est relevé dans la tranche sud d'Auchonvillers à 21 heures par l' "Essex Bataillon" et le 2è Bat par le " Kingss Ossn" Bataillon, des troupes britanniques, ainsi que les sections de mitrailleuses

28 juillet : Le 3è Bat et la Cie de mitrailleuses quittent Varennes pour Montigny ainsi que le 1er Bat (1ère et 2è Cies). Le 2è Bat, la CHR, et les 1è et 4è Cies quittent Hédauville (Somme) pour Beaucourt sur l'Hallue (Somme).

30 juillet : Le Régiment s'est rendu à Castel et Rouvrel (Somme) et passe sous les ordres du Général Cdt la 151è DI (11è CA)

Le Front Ouest en 1915-1916 : http://www.atlas-historique.net/1914-1945/cartes/FrontOuest1915-16.html

La 73è Division Infanterie, Génie, JMO du 3 août 1914 au 11 déc 1916  :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_401_001/viewer.html

4 juillet 1915 (Im 54) : Attaque allemande qui nous fait perdre le quart en Réserve presque entier. L'équipe de la Cie 20/1bis qui travaillait aux ruines R1 à R10 est prise, ou tuée ou enterrée

9 juillet 1915 (Im 54-55 ) : Entre la tranchée de Fey et Bon Berger... Une des Cies du 19è Tal a été envoyée sur la 2è ligne où elle a commencé l'ouvrage PL du Pillement... Visite du Général du Génie sur la 2è ligne le lendemain.

15 juillet 1915 (Im 55 ) : Pluie toute la matinée.

 

 

Pont-à-Mousson, l’Hospice Civil sur le recto : Que j'ai vu brûler ces jours ci.

Supplément de nourriture pour le 14 juillet, l’Hospice civil de Pont-à-Mousson

CP 15-15 – 14 juillet 1915,
Charles à sa Femme Aline ;

 

Je fais réponse à ta lettre reçue hier soir pour te dire que je suis toujours en bonne santé et espère que la présente trouvera toute la famille de même. Je suis toujours au … l’on a pas reparti cette fois au repos vu les évènements qui se sont passés.

On fait beaucoup de tranchées nouvelles dans un terrain très pierreux, il est même venu beaucoup de vieilles troupes nous renforcer au travail, enfin cela ne va pas mal, faut espérer que les Boches ne recommenceront pas à vouloir avancer, cela leur a coûté trop cher mais il faut mieux prendre ses précautions (coin de carte détérioré) (…) toujours à bombarder le pays. L’on commence à donner des permissions (…) Calvados qui devaient partir les premiers, notre tour viendra probablement (…) pourra alors revoir la famille, mais pour le secteur, ce sera (…) d’anciens, enfin tout le monde doit bien comprendre que quand on pose (…) je n’ai pas besoin d’argent pour l’instant mais dans une dizaine de jours tu pourras m’en renvoyer un peu pour me servir à ma permission si j’en ai une, car le voyage est (…) Il est tombé beaucoup d’eau cette nuit, il fait humide (…) Mes meilleurs amitiés et embrasse toute la famille,

 

CP 15-15.2 –  date ?, Pont-à-Mousson : Charles à Suzanne

CP 15-15.3 –  date ?, Pont-à-Mousson : Charles à ?  Carte Détériorée

 

CP 15-16 – 24 juillet 1915, Pont-à-Mousson : Charles à sa Femme Aline, Je viens de recevoir ta carte et la lettre d’Yvonne, je vous remercie. Je vous dirais qu’il fait mauvais temps en ce moment, il tombe de l’eau tous les jours. Les opérations sont assez calmes sauf qu’il y a eu un bombardement de Pont-à-Mousson et où nous sommes tuant et blessant plusieurs personnes et incendiant plusieurs maisons que j’ai vu brûler. Je t’embrasse de tout cœur ainsi que les enfants . vous avez le bonjour de la part de Vigot et Massieu

Note : Vigot... Au Noyer en Ouche, il y a Zéphir Vigot né le 14 sept 1872. Il est marié avec Marie Célestine Vallée, native du Fidelaire. Nul doute qu'ils se connaissent au pays, nous aurons confirmation avec sa Fiche Matricule.

Néanmoins, le recensement de 1906 donne Vigot Zéphir et son épouse, demeurant à La Conaillette au Fidelaire, nous avons la bonne personne comme le confirme la carte suivante du CP 15-27 - 18 nov 1915, disant que Vigot du Fidelaire est rentré au pays pour bûcher en forêt de Lyre. Vigot à un an de moins que Charles...

 

CP 15-16.2 – sans date : Suzanne à Charles , Mon cher papa, Espérons que ma carte t'envoie la vérité et que bientôt je pourrai me promener en tenant par la main. En attendant cet heureux jour je t'embrasse bien des fois.

Ta petite Suzanne qui parle de toi tous les jours Suzanne Sainturette

 

CP 15-17 – 25 juillet 1915, Pont-à-Mousson : Charles à sa Suzanne : Je viens de recevoir ta gentille carte ainsi que celle d’Albert. Je te remercie bien, j’espère que bientôt j’irai me promener avec toi, je serai bien content et toi aussi. Je te prie d’embrasser ta mère et tes sœurs pour moi et souhaite le bonjour à Albert et à Émile et Drouet pour moi. Ton père qui t’aime bien et t’embrasse de tout cœur.

 

LTR 15-02.2- 27 juillet 1915, : Nelly Sauvage à Hélène : Julien est venu Dimanche dernier ( 224è Infant, 25è Cie Bernay-Eure)

 

CP 15-18 – 27 juillet 1915, Pont-à-Mousson : Charles à sa Suzanne : J’embrasse bien fort ma petite Suzanne et embrasse ta mère et tes sœurs pour moi

 

Le JMO du 19è Régiment d'Infanterie Territoriale

19 août 1915 : Le 3è Bat est embarqué pour Troyes (Aube)

22 août : Un détachement de la 10è Cie est dirigé sur Valentigny pour être mis à la disposition du Génie.

26 août : 10è Cie : 1 Sergent et 10 hommes dirigés sur La Neuville-au-Pont pour le service de ravitaillement, il revient à Troyes le 11 octobre

27 août : 10è Cie : un détachement de 56 hommes dirigé sur Russy-le-Château (Marne) pour assurer le service des trains de R.A

30 août : La 11è Cie part pour Valmy, et va assurer les ravitaillements aux gares de : Dampierre-sur-Aure, Gizancourt, La Chapelle St Marc et Onize.

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

13 août 1915 : Le régiment se rend par route à Conty (Sud d'Amiens) où il est embarqué pour Witry-la-Ville puis Coupeville (Marne) et enfin

17 août : Dampierre-le-Château où il cantonne. Il est chargé d'effectuer des travaux de tranchées et boyaux dans le secteur du 1er CA Colonial, (5è Brigade d'Infanterie Coloniale), cote 202, en passant par Valmy et Courtemont

5 sept : Arrêt des travaux en raison du départ du Régiment pour Sainte Menehould et Braux-Ste-Cohière. Il passe aux ordres de la 151è D.I.

7 sept : Le régiment arrive à Neuville-au-Pont et Claude-Fontaine. Travaux de nuit des boyaux au sud de Ville-s/-Tourbe

12 sept : Le 3è Bat va cantonner au Bois d'Hauzy pour occuper les tranchées de 1ère ligne. Le reste va à La Ferme du Moulinet.

 

CP 15-19 – 6 août 1915, Pont-à-Mousson : Charles à Suzanne : J’embrasse ma petite Suzanne qui embrasse sa mère et ses sœurs et souhaitera le bonjour aux domestiques en leur payant un coup de cidre à ma santé, signé Un Poilu

CP 15-20 – 7 août 1915, Construction d’un Pont de Bateaux sur la Meuse – Bois d'Ailly ( Bois d'Ailly a été le théâtre de violents combats,situé  entre Saint-Mihiel et Commercy, au nord de Pont sur Meuse ) : Charles à Suzanne, Je suis toujours en bonne santé, et il fait toujours chaud. Je pense bien que vous allez faucher du blé et que tu vas t’occuper du ménage

CP 15-21 – 24 août 1915, Escadre Franco-Anglaise aux Dardanelles : Charles à sa Femme Aline : Reçu ta carte avec plaisir, je vois que les travaux de la moisson avancent, je vous souhaite continuation du beau temps, car où je suis il fait beau en ce moment. Rien de nouveau à te dire que cela va toujours bien. Bonne santé à toute la famille. Je t’embrasse de tout cœur ainsi que les enfants. Bonjour de la part de Vigot et Massieu ( 19èTal, 2è Cie, SP 84 ) (73è Div Infant)

 

LTR 15-03- 27 août 1915, : Charles à Hélène : Je réponds à ta lettre que je viens de recevoir à l’instant, toujours avec plaisir d’avoir des nouvelles de la famille, tant qu’à moi, çà va toujours bien, aussi il fait très chaud où je suis, j’espère que vous allez avoir bientôt terminé vos avoines ainsi que rentré le blé chez nous comme chez les voisins, je pense que ta mère aura envoyé du monde chez Mme Piéton pour lui rentrer son blé. Enfin je vous souhaite que le beau temps continue afin de finir plus vite. Je n’ai rien de nouveau à te dire que c’est toujours la même chose, on travaille toujours aux tranchées et l’on a été beaucoup salué ces jours ci par les boches, mais ils n’y ont perdu rien, cet après-midi, au moment où je t’écris les boches envoient beaucoup d’obus à côté de nous et pas des petits sur Pont-à-M. , Blénot et les alentours mais nos pièces leur répondent doublement et à pleine mitraille, cela va les dresser un  peu et il va en avoir plus d’un qui ne va pas avoir besoin de soupe ce soir. Bonjour à Madame Morel et embrasse bien ta mère et tes soeurs ainsi que la famille

 

10 septembre 1915 : Parution du premier numéro du Canard enchaîné.

2 septembre : Joffre envisage une vaste offensive en Champagne, en Argonne et en Artois.

Le JMO du 19è Régiment d'Infanterie Territoriale

14 sept 1915 : Un détachement de 52 hommes va à la gare de Jessains pour assurer le service des permissionnaires, il rentre à Troyes le 8 octobre.

20 sept : un Bataillon Territorial de Travailleurs destiné à être employé au service des étapes est formé

14 octobre :  Un détachement de 57 hommes va assurer le service des permissionnaires à la gare de Jessains.

16-28 septembre : Contrariée par le mauvais temps, l'offensive échoue. Les pertes sont énormes : 100 000 français, 60 000 Britanniques, 65 000 Allemands mis hors de combat par les offensives de septembre.

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

1er oct : Tranchées de Villes/ Tourbe, Bois d'Hauzy, tranchée du Drapeau,

24 oct : Le Régiment va cantonner à Verrières

2 nov : L'E.M. et la CHR cantonnent à Somme-Bionne. Le 2è Bat est cote 202,

 

 

Bataille de la Marne du 6 au 12 sept 1914

Heiltz-le-Maurupt – Rue de Rennes-Le Temple protestant respecté par les Allemands sert aujourd'hui d'école

CP 15-22 – 10 sept 1915

B. l P. : Charles à Suzanne : B. l P (Bois le Prêtre) ; 3 h du soir. Je t’embrasse bien fort et te prie d’embrasser ta mère et tes sœurs pour moi. Je compte sur toi pour m’envoyer des nouvelles du pays. Souhaite à la Famille Amiot et Morin et Martin bien le bonjour de ma part. Ton père qui t’embrasse tendrement ( B le P -19è Tal, 2è Cie, SP148 )

 

CP 15-23 – 10 sept 1915, Maurupt - Marne : Charles à Aline, Vendredi, 3h du soir, B. l P. Ainsi que je l’ai promis hier dans la carte d’Yvonne, je t’écris ces quelques lignes dans une tranchée du Bois … P en surveillant mon équipe de travailleurs pour te dire que j’ai bien reçu la carte d’Yvonne et ta lettre avec son contenu. Je te remercie beaucoup. Tu me dis qu’il fait mauvais temps chez toi, j’espère que le beau y est revenu. Où je suis il fait temps superbe,  très froid la nuit. Rien de nouveau où je suis, c’est calme, je t’expliquais dans une lettre précédente notre travail et comment que l’on vivait, en somme on est pas bien malheureux, c’est plutôt long d’être une journée ainsi. Bonne santé à toute la famille que j’embrasse avec toi de tout coeur ( B le P -19è Tal, 2è Cie, SP148 ) (82è Div Infant Territoriale)

 

 82è Division d'Infanterie Territoriale,

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/ead.html?id=SHDGR__GR_26_N_I

JMO du 2 Août 1914 au 29 juin 1915 :

Im 27 : 25-29 juin 1915 : La 82è Div Inf Territoriale est dissoute. Les effectifs sont répartis entre la 21è Div et la 22è Division d'Infanterie.

 

LTR 15-03.2- 12 sept 1915 : J. Sauvage (ami de Charles demeurant La Houssaye) à Hélène : J’ai été chez nous en permission de fenaison. Je pensais bien aller vous voir mais j’ai reçu une feuille 10 jours avant l’expiration de ma permission pour me rendre immédiatement. Je suis toujours en bonne santé et souhaite que la présente te trouve de même ainsi que tes parents et sœurs, tu voudras bien me donner des nouvelles de ton père et lui souhaiter le bonjour pour moi,tu lui diras que je voudrais bien nous retrouver pour trinquer ensemble, enfin espérons que cela ne va pas tarder et que nous serons débarrassés de cette guerre. Où je suis nous ne trouvons rien du tout, nous trouvons un peu de vin et on le vend 2F50 la bouteille, le fromage 1,50 et pas comme on veut, nous sommes dans le milieu de la forêt comme si nous étions dans la forêt de Beaumont. Aujourd’hui nous avons eu la messe en plein air. Je ne connais plus rien autre chose  à te dire pour le moment que de souhaiter le bonjour chez toi, et Émile et Mme Morel et Mme Piéton et surtout donne mon adresse à ton père pour qu’il m’envoie la sienne. J. Sauvage, 82è d’Infanterie, 9è Cie, 1ère section,  SP9.

J’attend la fin avec impatience et je l’espère pour bientôt pour cette année toujours et beaucoup comme moi

 

 82è Régiment d'Infanterie  En 1914, constitué de 3 Bataillons, casernement Montargis, Troyes, 17è Brigade d'Infanterie, 9è Division d'Infanterie d'août 1914 à nov 1918, 5è Corps d'Armée,

 

17è Brigade d'Infanterie,

(Recherches en cours)

 

SP9 : a desservi la 9ème division d'infanterie durant toute la guerre.

 9è Division d'Infanterie ,

(Recherches en cours)

 

CP 15-24 – ? sept 1915 : Charles à Aline, Je viens de recevoir ta seconde lettre à laquelle je m’empresse de répondre pour te dire que j’ai bien reçu celle d’hier soir et que je t’ai répondu ce matin, maintenant il faut toujours mettre secteur 148. Je n’ai rien à te dire de nouveau depuis la lettre de ce matin, je vous souhaite toujours le beau temps pour finir de rentrer les récoltes ainsi que chez les voisins, rentrez ceux à M. Piéton pour lui faire plaisir, je compte sur vous. A ce sujet il fait beau temps aujourd’hui, nous avons de nouveaux soldats arrivés cette nuit, classe 90, 91, 92 pour remplacer le même nombre de 89 venant du Havre. Bonne santé à toute la famille et bonjour à tous ceux qui s’informent de moi ( le SP est 148 ) (82è Div Infant Territoriale)

 

19 septembre 1915 : Le Conseil Municipal du Noyer en Ouche vote une subvention de 50F pour les  Paysans des régions envahies.

 

CP 15-25 – 20 sept 1915, Dieulouard : Charles à Aline : Rien de nouveau à t’apprendre que notre secteur change encore et redevient le 84, c’est parce que la division qui porte ce numéro est revenue tandis que la division qui avait 148 est partie, alors récris moi secteur 84, cela va encore mettre du retard pour nos lettres, car hier soir il y en avait pas une à la Cie et cela va durer plusieurs jours, et pour nous autres aussi, il fait beau temps et très froid, cela va bien. Bonne santé à tous. Je vous embrasse de tout cœur. ( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ) (73è Div Infant)

Note : Le JMO de la 73è DI, à la date des 18 et 19 septembre 1915 ( Im 61 ) relate ce changement : la 16è DI est relevée par la 73è DI.

La 73è DI doit se tenir prête à participer à une action offensive sur son secteur ( Régniéville )

 

CP 15-25.2 – 21 sept  , Strasbourg : Charles à Aline , Maintenant, j’espère que toutes tes deuxièmes coupes vont être rentrées, il fait toujours beau et froid la nuit. En ce moment il y a fort et violent bombardement sur P à M. Je t’ai dit aussi que notre secteur doit redevenir l’ancien c’est à dire 84 au lieu de 148. Plus rien à te dire que cela va toujours bien, j’espère que toute la famille est de même. Je t’embrasse de tout cœur et les enfants. Ton mari qui t’aime tendrement.  Surtout ne te contrarie pas au sujet du retard des permissions, faut espérer que cela ne durera pas longtemps ( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ) (73è Div Infant)

 

CP 15-25.3 – 14 Oct 1915 : Alice à Charles : C’est avec plaisir que nous attendons de tes bonnes nouvelles, surtout que tu sois toujours en bonne santé et que tu n’aies pas trop à souffrir des malheurs de la guerre. Je vais toujours bien ainsi que Nelly, nous avons reçu des nouvelles  de Monsieur Piéton avant hier, il allait toujours bien. Aujourd’hui Émile charrie du fumier à la maison. C’est moi qui fait le ménage et la cuisine et je voudrais bien que tu reviennes le plus tôt possible en manger. Je termine ma lettre en t’embrassant de tout mon cœur. Nelly se joint à moi pour t’envoyer toutes les deux nos meilleures amitiés de loin. Ta petite fille chérie qui t’aime tendrement.

 

La 73è Division Infanterie, Génie, JMO du 3 août 1914 au 11 déc 1916  :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_401_001/viewer.html

21 octobre 1915 (Im 63-64 ) : Nouvelle répartition des Cies.../... Travaux de 2è ligne depuis la route de Montauville jusqu'à la lisière Ouest de Bois le Prêtre.

29 octobre 1915 (Im 64 ) : Reconnaissance de la 3è position entre Jezainville et Dieulouard.

14 Novembre 1915 (Im 64-65 ) : Visite du Président de la République avec le Général Dubail.

 

JACQUET Marc - CP - Photo groupe-1er nov 1915 :
Souvenir de Marc Jacquet,
Campagne de 1914 et 1918, Secteur Postal 3
(peut être originaire de Bosc-Renoult en Ouche Eure, Recherches à compléter)

 

Le bureau de payeur n° 3 desservit le quartier général
de la 5ème armée, 2ème groupe de la Direction
des Étapes et Services.

Le secteur postal n°3 remplaça le bureau de payeur n°3 et desservit le quartier général de la 5ème armée, 2ème groupe puis en janvier 1917 le commandement d'étapes de la 5ème armée, les bataillons d'instruction de la 5ème armée en 1918 d'Epernay puis de Chartres avant d'être supprimé le 9 mars 1919.

 

 

 

 

CP 15-26 – 10 nov 1915, ( carte ci-contre, lire légende )
Dieulouard : Charles à Suzanne :
Je t’embrasse de D. mes meilleurs vœux et te dis d’embrasser
ta mère et tes sœurs pour moi, mon voyage de retour s’étant très bien passé.
Ton père qui t’aime bien tendrement ( 19è Tal, 2è Cie, SP 84 ) (
73è Div Infant)

 

 

 

Le JMO du 19è Régiment d'Infanterie Territoriale

3 nov : La 12è Cie relève la 11è Cie ( partie le 30 août )  aux mêmes lieux, elle assurera en plus le ravitaillement à la gare de St Rémy-les-Bussy

15 nov : Le 19è Tal doit envoyer des hommes aux corps de l'avant, cette relève se fera en quatre détachements mis en route les 17, 21, 25 et 29 nov à destination de Dampierre sur Aure, Tryes sur Somme-Suippe,

16 novembre 1915 : La France lance son premier emprunt de guerre. Un autre suivra en octobre 1916, puis un troisième en novembre 1917 et un quatrième en novembre 1918. Ils rapportent près de 22 milliards de francs.

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

2 nov : L'E.M. et la CHR cantonnent à Somme-Bionne. Le 2è Bat est cote 202,

4 déc : Le régiment est relevé dans le secteur de la 301è Brigade et embarqué en automobile à Somme-Tourbe à 9 heures et transporté dans la zone de rafraîchissement : St Quentin les Marais, Vitry-en-Perthois

23 déc 1915 : Départ pour Somme-Suippes

 

 

CP 15-27 – 18 nov 1915 : Charles à Suzanne : Je t’envoie ces deux mots pour te dire que je suis en bonne santé et espère que toute la famille est de même. Je compte sur toi pour m’écrire et me dire si tout le monde travaille bien et si les pommes s’avancent à ramasser et si il y en a d’autres de vendues, enfin fait moi un petit rapport de tout cela. Tu diras à ta mère que Vigot du Fidelaire est rentré dans son pays pour bûcher en forêt de Lyre. Tu embrasses ta mère et tes sœurs pour moi et bonjour à Albert et Émile et la famille Drouet

Note : Vigot... Au Noyer en Ouche, il y a Zéphir Vigot né le 14 sept 1872. Il est marié avec Marie Célestine Vallée, native du Fidelaire. Nul doute qu'ils se connaissent au pays, nous aurons confirmation avec sa Fiche Matricule.

Néanmoins, le recensement de 1906 donne Vigot Zéphir et son épouse, demeurant à La Conaillette au Fidelaire, nous avons la bonne personne comme le confirme la carte suivante du CP 15-27 - 18 nov 1915, disant que Vigot du Fidelaire est rentré au pays pour bûcher en forêt de Lyre. Vigot à un an de moins que Charles...

En effet, la fiche matricule de Zéphir Vigot indique qu'il entre au 19è Reg Inf Territ le 16 janv 1915, détaché le 3 nov 1915 à la Maison Hirsch à La Neuve Lyre. Il ne sera démobilisé que plus tard, le 16 janvier, mais l'année est incertaine, date raturée --

 

CP 15-28 – 20 nov 1915, Montauville : Charles à Suzanne : Plus rien à te dire que cela va toujours bien, notre situation étant toujours mauvaise, s’est tout de même un peu améliorée, mais c’est le mauvais temps qui est à craindre. On part le matin à 6h 1/4 et l’on revient à 4h30 et l’on mange sur le terrain dehors ou à l’abri quand on peut en trouver, enfin on n’en mourra peut-être pas. Je t’embrasse de tout cœur. Bonjour aux ouvriers. Je t’envoie mes meilleures amitiés, embrasse bien ta mère pour moi. Ton père qui t’embrasse de tout cœur. ( 19è Tal, 2è Cie, SP 84 ) (73è Div Infant)

CP 15-29 – 28 nov 1915 : J. Drouet à Charles : Mes amitiés de notre part

 

CP 15-31 – 30 nov 1915,
Maidières, La rue Saint Pierre
:
Charles à Suzanne,
Je t’envoie de Pont-à-M.
( Pont-à Mousson ) mes meilleures amitiés. Embrasse bien ta mère et tes sœurs pour moi.
Ton père qui t’embrasse très fort et qui attend de tes nouvelles.
Tu souhaiteras le bonjour aux domestiques pour moi

 

CP 15-32 – 1er déc 1915 : Suzanne ( 8 ans ) à Charles : Je te dirai que j’ai reçu ce matin avec un grand plaisir ta carte, en ce moment c’est moi qui fait le ménage. Il n’y a plus d’école pour ceux qui ont des pommes à ramasser. Je fais l’ouvrage pendant que Maman et mes sœurs (15 ans, 14 ans, et 12 ans) en ramassent. Maman se joint à moi pour t’embrasser bien des fois. Ta petite fille qui t’aime bien.

 

CP 15-33 – 2 déc 1915 : Alice à Charles :  Je profite de te faire savoir par ces quelques lignes que je suis en bonne santé et désire de tout mon coeur que la présente te trouve de même. Aujourd'hui il fait meilleur, il faudrait que cela continue. Je t'embrasse de tout mon coeur ainsi que toute la famille. Émile ne veut pas venir brasser chez nous car il n'a trouvé personne et Nelly est bien désolée. Ta petite fille qui t'aime

 

CP 15-34 – 3 déc 1915 : A. Piéton à Suzanne : J’ai reçu votre lettre toujours avec plaisir d’avoir de vos nouvelles et de vous savoir en bonne santé, pour moi cela va bien. Depuis deux jours, il tombe de de l’eau, les boyaux s’écroulent, les abris idem, on a de la boue jusqu’aux genoux et ce soir nous devons être remplacés et aller quelques jours au repos. Nous allons être frais pour partir d’un temps pareil. Tout le monde va très bien chez moi. Mes meilleures amitiés et cordiales poignée de main. Bonjour aux camarades que je connais ( Infirmier 17è Tal, 2è Cie, secteur 163 )

 

CP 15-35 – 5 déc 1915 : Suzanne à Charles, En réponse à ta carte d'hier, je te dirai que je t'ai envoyé 2 cartes, que j'ai retourné à l'école il y a 3 jours, mais à ma grande satisfaction je vois qu'il n'y a pas que moi qui a manqué, toutes mes camarades ramassaient des pommes. Chez nous c'est bientôt fini. Ta petite Suzanne qui t'aime bien fort ainsi que maman.

CP 15-36 – 5 déc 1915, Croix des Carmes au Cimetière du Pétand : Charles à Suzanne : Je suis toujours en bonne santé, je t’envoie toutes mes amitiés ainsi qu’à toute le famille que j’embrasse avec toi de tout cœur. Ton père qui t’aime tendrement. Bonjour à Émile et Albert et Drouet.

CP 15-37 – 7 déc 1915, Cimetière du Pétand :
Charles à Suzanne
 :
Reçu ta carte avec plaisir et te remercie bien. Je vais en trouver une belle si je peux à PäM.
( Pont-à Mousson ) pour te l’envoyer dans quelques jours. Je voudrais bien manger de ta cuisine.
Embrasse ta mère et tes sœurs pour moi. Celui qui t’aime tendrement
( Sur la carte, nous distinguons clairement trois lettres écrites par Charles : BLP, au dessus de la cime des arbres... Il montre l'endroit où il se trouve : Bois-le-Prêtre )

 

7 Déc 1915 : Le Conseil Municipal du Noyer en Ouche souscrit à l'emprunt national pour quarante francs de rente.

23 Déc 1915 : Souscription pour la journée du Poilu

 

CP 15-38 – 31 déc 1915 : A. Piéton à Charles : J’ai reçu hier votre carte avec plaisir et de vous savoir en bonne santé, tant qu’à moi, cela va bien. Je vous remercie de vos souhaits de nouvelle année. Je vous ai écrit il y a deux jours, et plus vite que nous pourrons trinquer ensemble. Bonjour aux camarades si j’en connais. Je vous envoie mes meilleures amitiés et poignée de main d’un ami sincère.

 

1915 : Les Hommes Morts pour la France

GUERIN Emile - HENRY Georges - HIRTZ Jean Louis - MAILLOT Georges - POREE Raymond -

HELLOT Armand - THOUROUDE Léopold - DESMONTS Georges - HENRY Georges - LOISEL Jules -

 

 

Le JMO du 19è Régiment d'Infanterie Territoriale

18 déc 1915 : La 10è Cie va relever la 12è Cie à Anve, Dampierre, Gizancourt, La Chapelle St Marc et St Rémy-les-Bussy

30 déc (Im 42) : 2 sergents, 2 caporaux, 88 soldats pères de 5 enfants et veufs pères de 4 enfants provenant du 11è Corps d'armée sont affectés au 19è Tal, ils sont arrivés le 29 déc à 23 heures.

3 janv 1916 : 30 hommes sont dirigés sur Somme-Suippes à destination du 17è Tal

4 janv : Le 3è Bat va occuper de nouveaux cantonnements Aux Noës à 2 km au N.O de Troyes

6 janv 1916 (Im 43) : De nombreux détachements partis en mission rentrent Aux Noës. De nombreux détachements partiront de Troyes, pour des destinations diverses jusqu'au 10 février 1916.

 

Fin décembre 1915 : bilan peu satisfaisant, les offensives coûteuses n'ont pas permis la percée. L'expédition des Dardanelles  a échoué, Joffre songe a une nouvelle offensive pour la fin de l'hiver 1916... L'institution des permissions maintient le moral des soldats et "les civils tiennent" selon le mot célèbre de Forain

 

Janvier 1916 : Entre Belfort et Verdun, le général allemand Falkenhayn choisit : Verdun, dont la position dans un saillant où, entre Sainte-Menehould et Saint-Mihiel, les Allemands occupent trois des côtés est favorable à une attaque. Il dispose de 14 voies ferrées et de bonnes routes alors que pour atteindre Verdun, les Français n'ont plus qu'un chemin de fer à voie étroite, le Meusiem, et la route de Bar-le-Duc.

Dès la fin de décembre, Joffre a donné ordre aux Généraux d'armées de préparer l'offensive d'été.

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

20 janvier 1916 : Continuation des travaux : Tranchée de Hambourg, Ouvrage Emery, Ouvrages Journès et Souris-Lavergne, Bois des Perdreaux, Boyau Blücher,

24 fév : Une Cie du 2è Bat devient disponible et assure un roulement pour que chaque Cie ait un jour de repos sur 4.

 

Le Front Ouest en 1915-1916 : http://www.atlas-historique.net/1914-1945/cartes/FrontOuest1915-16.html

 

Année 1916  - 
 
Aller à 1914 - 1915 - Fin Juin 1916 - Juillet 1916- 1917 - 1918 - Fin correspondance - haut de page

 

16-00-Une carte du 311è RI ( en date du 9 juin 1915, mais le régiment est toujours au même endroit, voir lettre du 20 mars 1916 ) nous montre le secteur où se trouve Charles, c'est-à-dire dans le triangle Pont-à-Mousson - Dieulouard - Fey-en-Haye donc proche du Bois-le-Prêtre.

CP 16-01 –  jan 1916 : Charles à Suzanne : Je t’envoie mes meilleurs souhaits de bonne année. Je t’embrasse de tout cœur ( 19è Tal, 2è Cie, SP 84 ) (73è Div Infant)

CP 16-02 – 4 jan 1916  : Charles à ses filles, Je vous remercie bien toutes de m’avoir envoyé vos vœux de nouvelle année, je vous en serai bien reconnaissant, je ne puis vous envoyer chacune une carte, on ne peut plus en trouver. Mes meilleures amitiés, et vous embrasse toutes de tout cœur. Embrassez votre mère pour moi. J’ai reçu plus de 40 lettres au jour de l’an, et il m’en arrive encore, je suis plutôt ennuyé pour répondre à tout cela )

 

LTR 16-01- 4 janvier 1916, Lettre  de Fernand Lesueur, ami de la famille ?  (retrouvée parmi toutes les autres, n’ayant pas de rapport avec Charles) adressée à ? marraine ? :  Chère Demoiselle, C’est avec plaisir que j’ai reçu votre gentille lettre et surtout de vos bons souhaits. Je les accepte et je vous transmet les miens de tout cœur pour la bonne action que vous avez entreprise à confectionner des lainages pour les pauvres camarades qui sont sur le front exposés à le rigueur du froid comme l’année passée.

Je serais bien heureux aussi que cette terrible guerre soit finie, que chacun puisse rentrer dans ses foyers sans être exposé à risquer sa vie tous les jours. Je vais bientôt quitter l’hôpital pour aller en convalescence mais malheureusement je n’ai pas de famille et je serai forcé d’aller dans un dépôt de convalescents pour finir de me rétablir avant de rejoindre mon dépôt qui est à Bernay.

Recevez chère Demoiselle mes meilleurs vœux pour la nouvelle année. Fernand Lesueur. Hôpital mixte, Salle C. Bernay

 

CP 16-03 – 5 jan 1916, Le Noyer  : A. Piéton à Charles, Caporal au 19èTal, 2è Cie, SP 84  : Du Noyer je vous envoie cette carte pour votre anniversaire en espérant que l’an prochain de vive voix, Demain je vous écrirai une lettre. Mes meilleures amitiés et cordiale poignée de main.

 

CP 16-03.2 - Jeudi 12 jan 1916 : Arthur Sainturette (Frère de Charles) à ses nièces : En vous remerciant des aimables cartes que vous m'avez envoyées à l'occasion du nouvel an, je vous donne de mes nouvelles de ma santé qui sont bonnes pour le moment. Ayant été pris de pointes de côté la semaine dernière, j'ai été deux jours à l'infirmerie pour me reposer un peu. Le major m'a envoyer passer 15 jours de convalescence au Château de Menneval, on est très bien, le temps passe trop vite. J'ai reçu des nouvelles de votre père qui m'a dit qu'il va bien aussi. Vite la fin pour tout le monde. Je vous embrasse bien fort ainsi que toute la famille. Votre Oncle.

Arthur Sainturette, 17è Tal, Dépôt de convalescents du Château de Menneval, Bernay Eure

 

LTR 16-01.2 - 15 janvier 1916, : Charles à Hélène : Reçu ce soir ta lettre datée du 9 janvier, Je vois que tu as été au premier de l’an chez tes grands-pères, cela leur aura fait plaisir, mais ils auraient préféré qu’il n’y ai pas de manquants, nous espérons que l’année prochaine nous serons là probablement beaucoup plus tôt je l’espère. Le temps est toujours humide, surtout ce soir, car il tombe de l’eau et les routes sont couvertes de boue et l’on souffre beaucoup du froid aux pieds, c’est ce qui est le pire. Au moment où je t’écris, les boches viennent de nous envoyer quelques fusants près de notre logement n’occasionnant aucun accident. Bien le Bonjour à Clémence et aux domestiques. Embrasse ta mère et tes sœurs ( 19è Tal, 2è Cie, SP84 ). (73è Div Infant)

 

LTR 16-02- 19 jan 1916 : Charles à Hélène : Il y a beaucoup de retard dans les lettres, en ce moment le temps est assez bon, quoique humide mais plutôt doux pour la saison. Tu ne me dis pas que Lamarre, c’est peut-être bien celui de Fouesnard qui est en permission. Je vois que vous êtes tous en bonne santé, tant qu’à moi, cela va toujours bien. Embrasse toute la famille pour moi.
(note : Les Lamarre sont nombreux dans le secteur du Noyer, Il a son ami Mary Lamarre  de Thevray qui est parti, ils seront ensemble à Lambla…)

 

CP 16-04 – 29 jan 1916, Montceaux Aube : Paul Cottin à Charles, Caporal au 19èTal, 2è Cie, SP 84 :
J’ai reçu ta carte avec plaisir que tu soies en bonne santé, moi je suis toujours de même, je vois que notre congé se continue toujours, la fin de cette terrible guerre ne vient pas vite, vivement la fin que l’on retourne prendre un bon coup de cidre de Normandie.

On est changé de commune, nous sommes cantonnés près de la forêt, à présent on ne va plus en automobile. Mon vieux copain, je t’envoie une cordiale poignée de main. Ton ami, Paul Cottin, Sapeur 1er génie, Cie d’étapes P3 (ou F3 ?), à Montceaux par Saint Parres les Vaudes.  (Sud de Troyes) On doit changer de pays vers le 15 février.

 

La 73è Division Infanterie, Génie, JMO du 3 août 1914 au 11 déc 1916  :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_401_001/viewer.html

9 Janv 1916 : (Im 69) Une Cie du 3è groupe de travailleurs est mise en route sur Saizerais où elle va aménager un terrain d'aviation. Visite de la 2è position de Haut de Rieupt au Père Hilarion

11 Janv 1916 : (Im 69) Visite de la ligne de soutien en construction en avant du village de Fey

5 fev 1916 : (Im 71) : les 2è et 4è Cies du 19è Tal passent à la 65è Div

8 fev 1916 : (Im 71) : Reconnaissance des ponts sur la Moselle de Frouard à Pont-à-Mousson et des passerelles sur l'Ache de Jézainville à Griscourt
 

Fey-en-Haye, auberge Saint-Pierre, vestiges militaria : http://humanbonb.free.fr/indexFey.html

Bois-le-Prêtre : http://www.histoire-genealogie.com/spip.php?article1728

 

La 65è Division Infanterie de Réserve, Génie,

A la Mobilisation, composée de la 129è et de la 130è Brigade, qui sont composées elles-mêmes en février 1916 :

129è Brigade : 302è RI, 311è RI, 312è RI, 34è Inf Coloniale, 46è Bataillon de Chasseurs, 64è Bat de Chasseurs , 67è Bat de Chasseurs

130è Brigade : 304è RI, 341è RI, 203è RI, 38è Inf Coloniale, 47è Bat de Chasseurs, 63è Bat de Chasseurs.

Régiments d'Artillerie : 55è, 6è et 2è

 

JMO du 16 août 1915 au 31 oct 1916  :

29 Janvier 1916 : (Im 40)   Le QG de la 65è Div est à Domèvre-en-Haye 

2 Février 1916 : (Im 42)   Le calme qui règne dans le secteur depuis une dizaine de jours est exceptionnel, on cherche à se rendre compte des motifs de ce calme.

3 Février 1916 : (Im 42)   Nuit calme, quelques torpilles sur le Redan et son boyau (Sud de Mort-Mare). Dans la matinée, une cinquantaine d'obus sur les tranchées à l'Est de Remenauville

7 Février 1916 : (Im 43)   De 14h à 16h, bombardement par torpilles à l'Est de Regniéville

11 Février 1916 : (Im 43)   Les Allemands profitent de la facilité d'observation que donne la neige pour régler quelques coups sur nos batteries et sur les crêtes où se trouvent les points de passage.

16 Février 1916 : (Im 44)   Un champ de tir pour avions est installé entre Nanoncourt et Tremblecourt. Des bruits souterrains entendus des tranchées de 1ère ligne ont fait craindre que l'ennemi ne fit des travaux de mine. Le Général veut absolument éviter la guerre de mines et donne des instructions dans ce sens.

18 Février 1916 : (Im 45)   De nombreuses torpilles ont causé des dégâts matériels au Sud-Est de Remenauville et vers Grignon

20 Février 1916 : (Im 45)   Bombardement assez violent, quelques obus sur Limey et le Ravin de Limey

21 Février 1916 : (Im 45)   Environ deux cents obus de gros calibre sont tombés sur Jolival et le Bois Brûlé. Tout le secteur de la 130è Brigade a été violemment bombardé .
Cette activité coïncide avec l'attaque allemande sur Verdun.

Note : Le Magazine N° 24 de Tranchées - www.tranchees.fr - sous la plume de Franck Beauclerc explique dans un article de 14 pages la bataille de Verdun et le Hors-série N° 10 les tentatives d'encerclement 1914-1915.

1er mars 1916 : (Im 48)   Notre artillerie lourde a bombardé la gare de Thiaucourt. L'ennemi avait riposté en tirant une quarantaine d'obus sur Noviant, Mamey et Martincourt, notre artillerie lourde a bombardé Viéville .

5 mars 1916 : (Im 50)   A la suite d'un télégramme reçu du GAE Groupe des Armées de l'Est commandée par le Général Dubail, le Général de Division a établi un projet d'attaque sur Remenauville, ce projet ne sera pas adopté par le Général Commandant la 1ère Armée. Cette opération dépasse le cadre qu'a fixé le Général Joffre.

10 mars 1916 : (Im 51)   La 129è Brigade prépare un coup de main sur un poste d'écoute situé devant le Bois de Frière.

12 mars 1916 : (Im 51)   Activité très marquée de notre artillerie qui a éteint le feu de deux batteries ennemies au Nord de la Ferme d'Ansoncourt et bombardé Vieville. L'ennemi a réagi vigoureusement

15 mars 1916 : (Im 52)   Martincourt a été bombardé avec du 105 en représailles de notre tir sur Vieville

30 mars 1916 : (Im 54)   L'ennemi a lancé des obus lacrymogènes sur la partie Nord de la Forêt de Puvenelle. Le vent venant du Nord, l'action des gaz s'est fait sentir jusqu'à Jonc-Fontaine.

2 avril 1916 : (Im 54)   Les cantonnements de Rosières-en-Haye et de Jaillon vont être enlevés à la 65è Division pour être donnés à la 73è. La 65è Division disposera des nouveaux cantonnements de Francheville et de Villey Saint-Etienne, ce dernier recevra aussi un groupe d'A.L.

11 avril 1916 : (Im 57)   Grande activité de l'artillerie ennemie, 2000 obus, Régniéville a beaucoup souffert et ne sera plus bientôt qu'un amas de ruines

21 avril 1916 : (Im 58)   Une offensive doit pouvoir être exécutée à partir du 1er juin sur le front de la 65è Division dans la direction générale de Thiaucourt

23 avril 1916 : (Im 58)   La 3è Cie du 19è Territorial rejoint le gros du Bataillon dans le secteur de la 65è Division - Le QG de la 65è Div est toujours à Domèvre-en-Haye 

16 mai 1915 : La 65è DI sera prochainement relevée dans son secteur par des troupes du 33è Corps d'Armée - le 279è RI relève le 2è bataillon du 311è RI le 18 mai 1916.

21 mai 1916 : la 65è DI devient division encadrée et passe au 31è C.A. Le 31è C.A. ( 64è et 65è DI ) se rend au camp de Saffais ( M et M ) en vue de la reprise de l'instruction.

 

Le JMO de la 65è Division donne un état des pertes chaque fin de mois. Nous trouvons les :  311 RI , 312è RI et 302è RI  ( 129è Brigade) - 203è, 304è RI et 341è RI ( 130è Brigade) -

1er RIT et 128è RIT - 55è et 26è  Reg d'Artillerie - 6è Reg A.Pied. - 132è Bat de 80 L.M du 32è d'artillerie. - Cie 15/11 et 15/61 du 7è Génie -  11è Regt de Hussards - 82è section de projecteurs -

 

Charles Sainturette est passé au 223è Tal le 22 avril 1916, (Décision du Général commandant la 3è Région du 18 avril 1916)

Il était bien dans ce secteur car il parle du 311è RI et du 1er RIT dans sa lettre du 20 mars 1916

 

 

Le JMO du 311è RI du 20 mai 1915 au 2 juin 1916, (caserné à Antibes en 1914) nous indique que le régiment est dans le secteur de Régniéville-en-Haye entre Thiaucourt et Pont-à-Mousson, et nous offre une carte à la date du 9 juin 1915.

Le JMO du 311è RI mentionne à la date du 21 août 1915 (Im5), l'arrivée d'un bataillon du 1er Régiment Territorial à la 65è DI. Il est réparti entre les deux Brigades. Nous savions que le 1er RIT de Lille avait été fait prisonnier  ( sauf erreur de ma part ) lors de la Bataille de Maubeuge en 1914,  a-t-il été reconstitué ? - http://chtimiste.com/regiments/territoriale1-50.htm   -

 

Ce JMO du 311è RI est particulièrement remarquable, bien que ne décrivant succinctement, mais avec précision les évènements, dans la mesure où il dénombre les pertes en indiquant les noms et prénoms des hommes, le grade, le dépôt où il ont été mobilisés et leurs matricules, le bureau de recrutement et la classe, le lieu de naissance et la nature de la perte : mort ou blessure et classés par Compagnies. Il est extrêmement rare de voir un JMO si détaillé !!!

Le 19 mars 1916, le cantonnement du 311è RI est Martincourt, le 21 mars 1916, l'EM du 311è RI est à Rosières-en-Haye

Le 22 mars 1916, l'artillerie allemande bombarde violemment le village de Régniéville et les premières lignes où se trouve le 311è RI

 

Le JMO du 311è RI nous gratifie d'une carte sur laquelle est positionné le secteur qui lui est affecté (en date du 9 juin 1915, vue 11), mais le régiment est toujours au même endroit en 1916. C'est aussi le secteur où se trouve le Caporal Charles Sainturette, cette affirmation se confirme dans sa lettre du 20 mars 1916...( en fait, c'est à partir de celle-ci que j'arrive à cette conclusion) René Lesur.

 

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/inventaires/ead_ir_consult.php?fam=3&id_ark_ead_les_irs=6

 

 

 

CP 16-05 – 14 fév 1916, Touring-Club de France : Charles à Hélène : J’ai reçu aujourd’hui ta lettre avec plaisir d’avoir de bonnes nouvelles de la famille, tant qu’à moi, je suis toujours en bonne santé. Je suis resté au pays que je t’ai indiqué, on fait le même travail qu’avant, mais c’est un sale patelin, le temps est meilleur aujourd’hui. Nous avons touché des colis venant du Touring-Club de France. Il y avait plus d’une dizaine de choses dedans, du tabac, du chocolat, sucre, briquets, de la moutarde et O. J’irai peut-être en permission dans le mois de mars. Bonjour à Clémence et aux domestiques. Mes meilleures amitiés à toute la famille. Embrasse bien ta mère et tes soeurs pour moi ( 19è Tal, 2è Cie, SP112 )

 ( Selon le colonel Deloste, le bureau de payeur et le secteur postal n°112 desservirent la 65è Division d'infanterie de réserve durant toute la guerre.

Selon M. Sinais, le bureau de payeur 112 a desservi la soixante seizième division d'infanterie de réserve. Le secteur postal 112 aurait été l'ancien bureau de payeur 156. Il desservit la soixante cinquième division d'infanterie de réserve. Il se trouva en Italie de fin octobre 1917 au 26 mars 1918. Cette division devint la deuxième division marocaine puis en automne 1918 la deuxième division polonaise. Il fut supprimé le 29 avril 1919 au profit du secteur 303.)

 

 

Le JMO du 19è Régiment d'Infanterie Territoriale

10 fév 1916 (Im 45) : L'Etat Major et la C.H.R. du 19è Tal d'Infanterie sont supprimés à la date du 11 février. Le drapeau sera confié à l'un des Bataillons du Régiment. Les Bataillons seront constitués sur le type du bataillon détaché (...)

24 février 1916 (Im 46) : Le drapeau du Régiment est confié au 1er Bataillon : Le drapeau,  Lieutenant Bonnier porte drapeau, les sapeurs formant la garde du drapeau sont partis le 24 février par le train de 10h45 à destination du 1er Bataillon.

( La destination n'est pas indiquée, mais où est donc ce 1er Bataillon ? )

La réponse est peut-être dans les JMO de la 73è Div Infant ou de la 145è Brig Infant...

Rappel du lien : Le  Journal intégral de Marche et des Opérations du 13 août 1914 au 11 février 1916

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_776_017/viewer.html

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/inventaires/ead_ir_consult.php?fam=3&id_ark_ead_les_irs=6

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/[...]=6

 

Note : Depuis la rédaction de cet article, les études des JMO des 73è et 65è Divisions, ainsi que celui du 311è RI, ont permis de situer l'emplacement du 1er bataillon du 19è RIT - voir les notes ci dessus - les compagnies y étant clairement citées.

Rappelons également que le JMO du 19è RIT signale le 1er octobre 1914, n'avoir aucune nouvelle du 1er bataillon... !!! (Im 12). Le 26 novembre (Im 16), le JMO indique qu'il était dans la région de Reims, reçoit l'ordre d'embarquer pour Noisy-le-Sec et reste à la disposition de la 5è Armée (service des Étapes). Le 27 janvier 1915, le 1er bataillon embarque pour Ys-sur-Tille (Côte d'Or) à la disposition de la 3è Armée (Im 20).

9 févr 1916 : Service militaire obligatoire en Angleterre

14-18 février 1916 : Foch est chargé de préparer l'offensive franco-britannique de rupture dans la Somme sur un front large de trente kilomètres.

21 février : Début de la bataille de Verdun (21-2 au 15-12), l'offensive sur Verdun se déclenche par le tir de plusieurs millions d'obus sur les premières et deuxièmes lignes françaises. Malgré le déluge de feu, des soldats français sortent des décombres - «Debout, les morts ! » - et résistent. A la fin de la première journée, le bois d'Haumont, le bois de Ville et la plus grande partie de celui des Caures sont perdus.

22-24 février : Nous abandonnons ceux de la Wawrille et Herbebois, Samogneux sur notre gauche. Les Allemands, débordant par Samogneux s'emparent de la cote 304 et avancent jusqu'à Louvement et la cote de Poivre

25 février :  Joffre constitue une nouvelle armée et envoie sur place Castelnau qui donne pour instruction formelle de défendre Verdun sur la rive droite de la Meuse. Pétain va organiser les transports vers les champs de bataille : la voie sacrée de Bar-le-Duc à Verdun.

Le même jour les Allemands s'emparent du fort de Douaumont et sont à 5 km de Verdun.

29 février : Pétain a installé son quartier général à Souilly sur la route de Bar-le-Duc à Verdun. Il organise pour le transport des troupes une chaîne montante et descendante de camions qui fonctionne jour et nuit sur cette artère vitale du front : La Voie Sacrée, les pertes sont considérables : 25 000 Allemands, 24 000 Français.

29 février-4 mars : Les Allemands enlèvent la position d'Hardaumont, le bois de la Caillette, le bois de Chauffour et le village de Douaumont. Les Français défendent le terrain pied à pied. Des troupes fraîches ne cessent d'arriver des autres points du front.

2 mars 1916 : Le Capitaine Charles de Gaulle est blessé et fait prisonnier à Douaumont.

6-10 mars : La cote 304 et le Mort-Homme résistent à l'offensive allemande.

 

CP 16-06 – 16 fév 1916Touring-Club de France, Charles à Hélène,

Charles donne une indication du lieu où il se trouve : M.........T. Reprenons la carte du 311è RI, M....T ? à n'en pas douter, c'est Martincourt, à l'Est de Dieulouard et au Nord de Domèvre-en-Haye.

J’ai reçu aujourd’hui ta lettre du 13 février, toujours avec plaisir d’avoir des bonnes nouvelles de la famille, tant qu’à moi cela va toujours bien aussi malgré le mauvais temps, car il tombe de l’eau aujourd’hui à verse et la rivière de l’Ache déborde partout, enfin depuis que l’on est à ce pays, il tombe de l’eau ou de la neige tous les jours, c’est déplorable, et je pense bien que c’est chez vous pareil, enfin espérons que le beau temps va revenir. Question travail, on travaille sur la route ou dans les cuisines, moi je m’occupe du rechargement des routes, on n’est nullement en danger, toujours mal logés et nourris. Aujourd’hui, on a été trempés jusqu’aux os. Ainsi que je l’ai dit, le pays est absolument vilain, vieilles maisons très sales, et une boue épouvantable. Je vois que beaucoup de camarades sont en permission, je pense aussi y aller vers le mois de mars. mais je ne suis pas certain, car on s'attend à une suspension de permission à ce moment, vu probablement les opérations militaires, enfin faut espérer que j'en aurai peut-être tout de même.
Mes meilleures amitiés à toute la famille, embrasse ta mère et tes sœurs pour moi, meilleure santé, Je t'embrasse de tout cœur. Bonjour à Clémence.
Charles Sainturette, Caporal, 19è Tal, 2è Cie, SP112

 

Note : La rivière de l’Ache porte plusieurs noms dans le temps, Aix, Asche, Esse, Eische, Esche, pour  enfin se nommer l’Esch, cette rivière coule dans les départements de la Meuse et la Meuthe-et-Moselle.
C’est un affluent de la Moselle en rive gauche. Elle traverse entre autres les villages de Lironville, Martincourt, Rogéville, Gézoncourt, Villers-en-Hate, Griscourt, Dieulouard, Jézainvile, Blénod-lès-Pont-à-Mousson et Pont-à-Mousson. Charles se trouve dans ce secteur.  

 

CP 16-07 – 26 fév 1916, Montceaux - Jeugny Aube : Paul Cottin à Charles : Mon vieux camarade, Je suis toujours en bonne santé et j’espère que la mienne  te trouvera de même. Je débite toujours des bois. Aujourd’hui, repos par force, il retombe de la neige. Nous sommes aussi dans un sale pays, on couche dans des étables, ce n’est pas le rêve. Moi, je m’attendais à aller en permission vers la fin de mars ou avril mais il vaudrait mieux avoir la grande perme mon vieux. Je te donnes une cordiale poignée de main.

 

LTR 16-03 - 9 mars 1916 : Charles à Hélène : Il y a du retard dans les lettres… car elles sont arrêtées en route vu les opérations militaires. Je me doute bien que chez nous le temps a été aussi mauvais qu’où je suis,… depuis hier et toute la journée d’aujourd’hui il tombe de la neige en quantité, c’est rien pour nous, mais c’est bien malheureux pour nos braves soldats qui combattent à V. (Verdun). Enfin espérons des jours meilleurs. Rien à te dire des affaires militaires c’est punissable de prison. Nous resterons je pense où nous sommes, toujours au même travail. Question de permission, ainsi que je vous l’ai fait savoir, malheureusement vous n’avez pas reçu ma lettre en temps voulu, elles sont suspendues depuis le 21 février, mais j’ai entendu dire qu’elles seront peut-être rétablies prochainement, je le souhaite car je serai dans les premiers à partir, ce qui me fera plaisir.

Pour le garçon à Houdemer, je le connais bien, je suis heureux qu’il est décoré de la médaille militaire, mais je lui souhaite qu’il ne soit pas blessé trop grièvement, quand tu me récriras, si tu le sais, donne moi des renseignements. Question des accidents de Arsène, je le sais, je te remercie des nouvelles du pays, mais bien malheureux par ce sale temps, faut espérer que le beau temps va revenir et que la guerre finira bientôt. Je n’ai pas reçu d’argent, je suis forcé de me serrer la ceinture un peu plus fort. Bien le bonjour à Clémence. Embrasse la famille ( 19è Tal, 2è Cie, SP112 )

La Fiche Matricule de Léon Houdemer né le 20 novembre 1890 à Ajou et demeurant au Noyer-en-Ouche, ouvrier boulanger chez Me Lucas à La Ferrière-sur-Risle en 1913, indique qu’il a été blessé très grièvement le 11 février 1916 à Tahure, plaie cranio-encéphalique par éclat d’obus, Médaille Militaire et Croix de Guerre avec palme. Il a survécu à ses blessures. Rentré au dépôt le 5 juillet 1916, réformé le 16 octobre 1916 pour perte de substance crânienne de la région fronto-pariétale droite. Proposé pour une pension temporaire à 50%,  pour crises d’épilepsie traumatique, perte de connaissance, blessures et infirmité. A obtenu une pension de 1200F à compter du 8 février 1927. Décédé après janvier 1936.

 

LTR 16-04- 20 mars 1916 : Charles à Hélène : … toujours plaisir d’avoir des nouvelles de la famille tant que cela va toujours bien. Le temps est toujours magnifique, plutôt chaud, j’espère que chez nous c’est pareil et que vous allez bientôt faire de l’avoine et jardiner. Merci de tes bonnes nouvelles, Mr Leroux va être content d’être rentré, et c’est préférable que le fils Mérimée soit prisonnier que d’être mort.

Je pense quitter le 19è prochainement pour aller je ne sais où, 40 camarades par Cie dont 2 de mon escouade sont versés au 279è Tal à Commecy puis Pt M…(Pont à Mousson).. peut-être pas pour y rester, alors on attend notre tour prochainement, je te le ferai savoir à temps, et demain de mes nouvelles. Toujours bombardés, plus de 25 morts hier soir et de nombreux blessés au 311è Regt d’Infant  ( 311è RI - 129è Brig - 65è Div ) et au 1er Tal. On travaille toujours un peu sur la route, mais il n’y a pas beaucoup d’avions, aujourd’hui je suis de jour, je me repose.
Massieu d’Epinay est parti d’aujourd’hui au 279è Tal, au 19 et au 1er Tal est partant 250 hommes.

Bonjour à Clémence. Ne parlons pas de permissions à ce moment, rien ne vaut la grande. Embrasse bien ta mère et tes sœurs. J’attends une lettre de Suzanne. Ton père qui t’aime et t’embrasse bien fort.

 Ce n’est pas MASSIEU Valéry d’Epinay, sa Fiche Matricule indique Campagne contre l’Allemagne du 20 mars 1915 au 20 août 1915.  

 

 

LTR 16-05- 23 mars 1916 : Charles à Hélène : J’ai reçu avec plaisir de tes bonnes nouvelles, je suis également en bonne santé et le temps est toujours bon, quoique il a tombé de l’eau cette nuit. J’espère que chez toi il fait beau temps aussi et que Émile va en profiter pour faire de l’avoine, c’est le moment de s’y mettre. Je suis content que vous recevez beaucoup de mes nouvelles. Je savais bien que ton Oncle Achille n’était plus à Vernon, mais c’est à Caen qu’il est je crois, et non à Rouen.

J’ai eu encore des nouvelles de ton Oncle Arthur, il est toujours au même endroit. Nous avons encore été bombardés hier soir, il y a eu quatre blessés pas trop gravement à la 4è Cie du 19è Tal qui loge près de nous. Rien de nouveau au sujet de notre départ. Mes meilleures amitiés à toute la famille. Ton père qui t’embrasse tendrement. ( 19è Tal, 2è Cie, SP 112 )

 

CP 16-08 – Dimanche 26 mars 1916 : Suzanne à Charles : J’ai reçu hier en rentrant de l’école ta lette qui m’a fait bien plaisir. J’espère que pour la distribution des prix tu seras renté, et tu verras que je ne serai plus dans les petits. En attendant cet heureux jour, je t’embrasse bien des fois de loin. Ta petite Suzanne qui t’aime bien.

 

LTR 16-06- 27 mars 1916 : Charles à Hélène : Le temps est devenu pluvieux et froid, faut espérer que le beau temps va revenir tout à fait.. J’ai eu des nouvelles de ton Oncle Arthur et il allait bien, il est du côté de Commercy près de M/M, il m’a dit qu’il pensait rejoindre son bataillon. Pour Georges Lhomme, je le sais bien, mais je ne savais pas qu’il était blessé à la tête, ……. Rien de nouveau à t’apprendre, que je suis toujours en bonne santé et souhaite la pareille à toute la famille. Bonjour à Clémence. Je t’embrasse de tout cœur. Je te félicite de ton écriture.

 

LTR 16-07- 30 mars 1916 : Charles à Hélène : J’ai reçu ta lettre aujourd’hui avec plaisir de me donner de tes bonnes nouvelles. Le temps, après avoir été un peu pluvieux et froid ces jours ci était magnifique aujourd’hui, quoique qu’il va encore geler cette nuit. J’espère que chez toi le temps va redevenir aussi beau et que vous allez pouvoir jardiner et faire de l’avoine, il est grand temps de commencer. Morin a de la veine d’avoir été en permission, peut-être mon tour viendra aussi, faut l’espérer, je t’ai mis dans une de mes dernières lettres que j’avais vu le président passer devant nous, où nous sommes. Je sais également qu’entre la Hollande et l’Allemagne, il y a mal entendu ensemble, et que cela va mal, c’est comme avec le Portugal.

Je sais bien également que si j’allais avec Massieu, j’irai avec ton Oncle Arthur, j’y compte en partie, ou bien j’irai au 279è qui font brigade ensemble, probable que l’on se verra, jusqu’à présent je n’ai encore rien connaissance au sujet du départ, ce doit être que commencement d’avril, je te le ferai savoir. Tu embrasses bien ta mère et tes sœurs… ci joint quelques violettes de Meurthe et Moselle

CP 16-09 – 2 avril 1916 : Suzanne à Charles : Je te remercie bien des fois de ta lettre et de ton bouquet de violettes. Moi je t’en envoie de ton pays natal cueillies déjà bien avant, j’espère qu’elles te feront plaisir. Maman et mes sœurs se joignent à moi pour t’embrasser. Ta petite Suzanne qui t’aime et t’embrasse bien des fois.

 

La 73è Division Infanterie, Génie, JMO du 3 août 1914 au 11 déc 1916  :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_401_001/viewer.html

4 Avril 1916 : (Im 76) :  à faire

 

 LTR 16-08- 6 avril 1916 : Charles à Hélène : Merci de tes bonnes nouvelles, tant qu’à moi cela va toujours bien, et je suis toujours resté au 19è Tal. Jusqu’au 20 courant s’il n’y a pas de changement. Tous les camarades sont partis hier et remplacés par ceux de la classe 90, ils sont au 223è …. (manque un morceau de la lettre…)

 

9 avril : Violentes attaques sur les deux rives de la Meuse. Pétain peut proclamer : « Courage, on les aura ! ». Mais la peine des hommes est atroce. La pluie ou la neige, la boue, la faim accablent le soldat de Verdun. La mort est partout. Pas de lignes de tranchées. Le soldat se terre dans des trous d'obus. Que de blessés attendent la mort sur le sol déchiqueté...

2 mai : Pétain est remplacé à Verdun par Nivelle et son adjoint Mangin.

 

CP 16-10 – 12 avril 1916 : Yvonne à Charles : Je suis toute seule en ce moment car Maman et Hélène sont parties chercher Bibi le poney qui est chez Mme Piéton car les hommes sont partis faire de l’avoine et n’auraient pas de place pour mettre le poulain. Le temps est toujours bon, mais l’air est très froid. Je t’embrasse de grand cœur ainsi que Maman, Hélène et Suzanne qui est partie à l’école.

 

CP 16-11 – 13 avril 1916 : A. Piéton (17è Tal, Infirmier, 2èCie, SP 163) à Mme Sainturette Charles : Je suis en bonne santé et espère que la présente vous trouve de même ainsi que vos enfants. Je pense que les avoines vont se faire assez vite vu le temps assez bon. Je vous embrasse de tout cœur ainsi que votre famille. Bonjour à Emile et Drouet

 

LTR 16-09- 14 avril 1916 : Charles à Hélène : Reçu ta carte avec plaisir d’avoir de bonnes nouvelles de la famille, tant qu’à moi cela va toujours bien. Je sais bien qu’Alice va mieux, elle m’a écrit aujourd’hui. Le temps est toujours beau et j’espère que chez toi aussi, vous allez pouvoir faire de l’avoine et jardiner.

Je vois que tes Oncles ont de la chance d’avoir des permissions aussi souvent, tant qu’à moi et ceux qui sont dans notre secteur, il faut s’en passer. C’est bien malheureux mais c’est comme cela, cela reviendra peut-être tout de même. Bien le bonjour à Clémence et à ceux qui s’informent de moi. Tu embrasses bien fort ta mère et tes sœurs pour moi. Bonjour aux domestiques. J’ai reçu une lettre de Morin, il est toujours à la même place, mais est changé de secteur, c’est maintenant 190.

 ( Le bureau de payeur n°190 desservit la huitième division d'infanterie.  Le secteur postal n°190 fut créé en avril 1916 pour desservir la soixante sixième division d'infanterie avant d'être supprimé le 2 mars 1919.)

 

LTR 16-10- 17 avril 1916 : Charles à Hélène : Je suis toujours en bonne santé, le temps est déplorable et froid aujourd’hui, espérons que cela ne va pas durer, car, autrement cela vous dérangerai pour faire les avoines. Le fils de M. Auney a de la chance d’avoir une permission, c’est qu’il se trouve dans un meilleur secteur tandis que de mon côté c’est très mauvais, on ne peut faire de trains de permissionnaires, vu les opérations de V… (Verdun) qui vont bien… cela cogne un peu moins en ce moment, ils vont peut-être bien se lasser, ils en ont bien des milliers de bombes sur le terrain, l’on voudrait qu’ils y passent tous, enfin il ne faut pas désespérer. Bien le bonjour à Mme Morel. Tu embrasses bien toute la famille pour moi. Je pense changer de régiment jeudi 20, s’il n'y a pas de changement. Plus rien à te dire, je t’embrasse de loin et bien fort.

 

La Fiche Matricule de Charles Sainturette nous donne son parcours militaire

Passé au 223è Tal le 22 avril 1916, (Décision du Général commandant la 3è Région du 18 avril 1916)

 

Charles Sainturette a changé de Régiment : 223è Tal, 10è Cie, SP51

 ( Le bureau de payeur puis le secteur postal n°51 desservirent le quartier général du huitième corps d'armée pendant toute la guerre.)

 

223è Régt Infant Territoriale est constitué à Caen le 15 mai 1915,
embrigadé avec le 279è RIT, il est à la 101è Div Infant Territ de mai 1915 à nov 1916

 

 101è Division d'Infanterie Territoriale
Recherche en cours

 

Le JMO du 223è Reg Infant Tale du 15 mai 1915 au 25 sept 1917 :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_801_011/viewer.html

 

Nous avons vu que :

Le JMO du 19è Régiment d'Infanterie Territoriale

10 fév 1916 : L'Etat Major et la C.H.R. du 19è Tal d'Infanterie sont supprimés à la date du 11 février. Le drapeau sera confié à l'un des Bataillons du Régiment. Les Bataillons seront constitués sur le type du bataillon détaché (...)

24 février : Le drapeau du Régiment est confié au 1er Bataillon : Le Lieutenant Bonnier porte drapeau et les sapeurs formant la garde du drapeau sont partis le 24 février à destination du 1er Bataillon.

( La destination n'est pas indiquée, mais où est donc ce 1er Bataillon ? )

Rappel du lien : Le  Journal intégral de Marche et des Opérations du 13 août 1914 au 11 février 1916

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_776_017/viewer.html

ce qui explique le nouveau changement de régiment de Charles.

 

Le JMO du 223è Régiment d'Infanterie Territoriale
et petit retour en arrière avant l'arrivée de Charles :

27 déc 1915 : Le 1er Bat, l'E.M.et la CHR vont à Commercy. Le 2è Bat quitte Ménil-la-Horgne et cantonne à Chonville. Le 3è Bat quitte ses positions et va cantonner 9è à Mécrin, 10è Cie à La Commanderie, 11è et 12è à La Croix Saint-Jean. La CMR va à Vignot.

28 déc 1915 : E.M, CMR et 1er Bat à Commercy, Instruction.

à partir du 3 janv : Instruction et occupation des tranchées par roulement : Ravin du Bois Mulot, Avancées de Brassette,

9 janvier 1916 : Le  2è Bat quitte ses positions et va à Commercy (Oudinot)

20 janv : Transformation de la 6è Cie en Compagnie de Travailleurs dans laquelle sont versés les pères de 5 enfants ou veufs pères de 4 enfants.

Un détachement de 4 sous-officiers et 43 hommes arrive de Lisieux pour renforcer l'effectif du régiment.

21 janvier : 54 hommes arrivent de Caen comme renfort.

23 janvier : Le 1er Bat va relever, nuit du 22 au 23, à la Zone III, ( Bois Mullot ) le 2è Bat du 279è Tal.

Les 5è, 7è, 8è Cies vont occuper respectivement Croix Saint Jean, Mécrin, La Commanderie.

24 janv : 1è et 3è Cies : Ravin du Bois Mullot, 2è Cie Brasseitte, 4è Cie : Avancées de la Meuse, 6è, 9è, 10è, 12è Cies Ménil-la-Horgne. 11è Cie à Chonville avec E.M et CHR

27 janv : E.M quitte Chonville pour Kœur la Grande. 1è et 3è Cies vont relever à Pont-Neuf R.D et à La Courtine le 131è Tal.

29 janvier 1916 : 118 hommes arrivent en renfort de Falaise et Bernay.

4 février 1916 : La 5è Cie vient de Courcelles occuper Bois Carré, 1è à La Courtine, 3è Mont-Meuse, 4è Pont-Neuf.

 

6 février 1916 ( Im 20 ) : 1è Cie Courtine, 2è P.N, 3è Mt Meuse, 5è Bois Carré, 4è Cie en réserve à Kœur,

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_801_011/viewer.html

A 8h30, le Lieutenant LAMBLA Georges est tué à l'ennemi à Bois Carré,

le s/Lieut Gaussière est blessé au bras droit à Bois-Carré.

 

10 février 1916 : La 7è Cie quitte Courcelles le soir pour aller relever à Bois-Carré la 5è Cie qui va à Courcelles.

 

12 fév 1916 (Im 21 ) : 1è Cie Mt Meuse, 3è Cie P.N, 4è Cie Courtine, 7è Cie Lambla, 2è Cie en réserve à Kœur,

A 2 heures du matin, l'ennemi commence le bombardement général de nos lignes. Le tir d'abord espacé s'accentue et atteint son intensité à 5 heures du matin. En même temps deux mitrailleuses ouvrent le feu sur nos tranchées et sous la protection de ses attaques des patrouilles s'avancent sur nos réseaux et nos postes extérieurs. Ces patrouilles dispersées par notre tir reviennent en force et cherchent à atteindre nos postes extérieurs avec des grenades, ces patrouilles sont repoussées par nos contre-patrouilles et le tir des tranchées. Le bombardement gros et moyen calibre dure de 2H à 5 H, il cesse sous l'action de la réponse de notre artillerie.

Durant cette opération : 15 blessés, 4 tués...

 

Le nom de la tranchée Lambla apparaît pour la première fois
dans le JMO du 223è Tal ce 12 février 1916, elle porte comme bien souvent
le nom d'un homme victime : Le Lieutenant Lambla...

 

16 fév 1916 (Im 21) :   Retour à la note sur la Tranchée Lambla

Le Lieutenant Lambla Georges et le Sous Lieutenant Gaussière Adrien
sont cités à l'ordre de l'Armée

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_801_011/viewer.html

 

22 fév : La 4è Cie du 223è Tal est citée à l'ordre de la Brigade

5, 6 mars 1916 : La 10è Cie en réserve à Kœur et à Bislée

7, 8, 9, 10, 11 mars : la 10è Cie est à Pont-Neuf. 45 hommes du 18è Tal, 40 du 24è Tal et 67 du 17è Tal arrivent en renfort à Lambla le 9 mars

12 mars : La 3è Cie du 279è Tal relève la 10è Cie du 223è qui va à Chonville

13 mars : Les 9è et 10è Cies cantonnées à Chonville sont dirigées sur Commercy pour exécuter les travaux prescrits.

3 avril 1916 : à Bislée, le Soldat pionnier HACHETTE Charles est blessé par éclat d'obus ( par curiosité : la famille de mon épouse est Hachette, peut-être rien à voir avec la famille, mais... je note )

 

5 avril : la 10è Cie et la 12è Cie quittent Commercy pour relever à Mécrin et à Rouval les 7è et 8è Cies.

16 avril : 10 hommes arrivent en renfort du dépôt de Caen.

22 avril 1916 : 94 hommes viennent de la 65è Division pour remplacer des hommes de la classe 1890.

22 avril 1916 : Arrivée de Charles Sainturette au 223è Tal, 10è Cie

23 avril : 102 hommes de la classe 1890 sont dirigés sur la 65è Division en échange de ceux arrivés la veille. La 7è et la 8è Cies de Commercy vont relever la 1è er la 2è à Mécrin

 

 

CP 16- 12, Chonville – date ? : Charles à Suzanne : Reçu ta lettre avec plaisir. Je vois que tu travailles bien à l’école, je t’en félicite, tu me diras cela quand j’irai en permission, bientôt je l’espère. Je t’envoie une carte de mon pays où je loge. Embrasse bien ta mère et tes sœurs pour moi. Bonjour à Émile et aux amis. Ton père qui t’embrasse de tout cœur. + Muguet venant des bois de Lérouville ( 223è Tal, 10è Cie, SP 51 ) (près de  Commercy)

CP 16-13 date ? Chonville : 2 cartes

 

LTR 16-11- 5 mai 1916 : Piéton Arsène à Hélène : Reçu ta lettre il y a une huitaine de jours avec plaisir et de vous savoir tous en bonne santé, tant qu’à moi cala va bien. Je suis en ce moment aux tranchées je pense pour vingt jours, cela bombarde continuellement, enfin on s’en tire peut-être encore pour cette fois sain et sauf. J’ai reçu des nouvelles de ton père il y a plusieurs jours, il allait toujours bien, quand tu me récriras, tu me diras si Yvonne a reçu la carte que je lui avais envoyée un peu avant celle de Suzanne. Il fait toujours un temps magnifique de note côté. Je finis en t’embrassant bien fort ainsi que ta mère et tes sœurs. Bonjour à Emile et Drouet. A. Piéton, ( 17è Tal, infirmier, 2è Cie, Secteur 117)   ( Le bureau de payeur et le secteur postal n°117 desservirent la treizième division d'infanterie durant toute la guerre avant d'être supprimé en mars 1919.)

 

LTR 16-12 – 8 mai 1916 : Charles à Hélène : Reçu ta lettre, je n’ai rien de nouveau à t’apprendre que je suis toujours au même pays, on s’attend tous les jours à partir rejoindre nos Cies mais cela ne vient pas vite, et c’est une fois arrivé que l’on nous donnera peut-être des permissions, en attendant on s’en passe. Le Frère de la bonne à Leroyer s’appelle Lefebvre, il était à la 47è Cie du 19è, mais le connais bien, il était venu avant nous il y a plus d’un mois à la Cie d’instruction, c’est pourquoi il y a plusieurs semaines qu’il est rentré à la Cie et qu’il a été en permission. Je suis toujours en bonne santé et espère que toute la famille est de même. Embrasse bien ta mère et tes sœurs pour moi. Bonjour à Mme Morel ( 223è Tal, Cie d’instruction ou 10è Cie, SP 51 )

 ( Le secteur postal n°51 desservit le quartier général du huitième corps d'armée pendant toute la guerre.)

 

Le JMO du 223è Régiment d'Infanterie Territoriale (suite)
 

10 mai : Le peloton d'instruction de Chonville est dissous. Tous les hommes le composant rejoignent diverses compagnies.

14 mai 1916 : Mêmes travaux et service. Les 2è et 3è Cies quittent Commercy pour Courcelles (Courcelles en Barrois)

15 mai : La 1è Cie se rend de Commercy à Kœur ; les 2è et 3è Cies quittent Courcelles et vont aux tranchées de Lambla et Pont-Neuf.
             De Croix Saint-Jean la 9è Cie se rend à Courcelles et la 10è Cie à Kœur.

16 mai : La 4è Cie quitte Commercy pour Courcelles ; la moitié du Train de Combat va à Courcelles et la 2è C.M.R. se rend de Chonville à la Maison Forestière

17 mai 1916 (Im 27) : La 4è Cie va de Courcelles à la Courtine, la 9è Cie de Courcelles à Mont-Meuse ; la 5è de Croix Saint-Jean à Courcelles ;
             la 11è Cie de Mesnil-la-Horgue à Tricauville ; la 10è Cie va de Kœur à Bislée.  La seconde moitié du T.C. gagne Courcelles, et le T.R Baudremont.

18 mai 1916 (Im 28) : La 5è Cie se rende Courcelles à Village-Nègre ; la 6è de Croix Saint-Jean à Courcelles ; la 11è Cie de Tricauville à La Maison Forestière ; la 12è Cie de Ronval à Courcelles.
            La 1è Cie se trouve à Kœur ; la 10è à Bislée, la 9è à Mont-Meuse, la 2è Cie à Lambla, la 4è Cie à La Courtine, la 3è Cie à Pont-Neuf R.D.

19 mai 1916 (Im 28) : (...) La 10è Cie est à Bislée (...)

 

21-26  mai 1916 : La 10è Cie est en ligne à Pont-Neuf.

Le 24 mai, le secteur a subi une transformation : il est devenu Sud Bislée- Chauvoncourt  - Paroches, (N° 51)  Commandé par le Général Fraisse  ( 201è Brigade Territoriale ) relevant directement du 8è CA.

 

 

LTR 16-13 – 18 mai 1916 : Charles à Hélène : Reçu ta lettre avec plaisir d’avoir des bonnes nouvelles de la famille, tant qu’à moi, çà va toujours bien et avec le beau temps. Je pense que chez nous de même, question de permission je pense toujours en avoir une prochainement je l’espère, je ne pense rien dire comme date. En ce moment nous sommes tout près des Boches, mais pas encore en ligne, à travailler dans les tranchées, et ce n’est pas bien terrible, la campagne est assez belle et en temps de paix ces pays doivent être prospères. Question de maisons, il en reste pas une debout, plus que quelques pans de murs, c’est pitoyable de voir cela. Je n’ai plus rien à te dire, que t’envoyer à toute la famille mes meilleures amitiés et te prie d’embrasser ta mère et tes sœurs pour moi. Ton père qui t’embrasse de tout cœur. Quand tu m’écriras, envoie moi du papier à lettres car il est impossible de s’en procurer. Bonjour à Clémence et à Bientôt je l’espère. ( 223è Tal, 10è Cie, SP 51 )

 

LTR 16-14 – 23 mai 1916 : Charles à Hélène : Reçu ta lettre aujourd’hui avec plaisir, je suis toujours en bonne santé et j’attends toujours après ma permission qui viendra bientôt je l’espère, car on ne vous prévient pas davantage, on vous dit vous partirez demain.

C’est plutôt ennuyeux car on a pas beaucoup de temps pour s’apprêter du moment qu’il faut partir le matin pour prendre le train le soir et il y a très loin des tranchées.

Il faut faire 3 km de boyaux  (depuis les tranchées Lambla, la Courtine ou Mont-Meuse  ) pour se rendre à B…   (Bislée  )   ensuite traverser la Meuse sur la passerelle et aller à K…  (Kœur  )    à 2 km, après aller à la maison forestière, 3 km, au rassemblement des permissionnaires, de là on va à R….  (Rupt )    8 km et l’on prend des camions auto qui nous conduisent à L…. (Lérouville )    et ensuite le train vers B. le D.  (Bar-le-Duc ( Meuse ).

Dans les tranchées, il y fait très chaud, car c’est profond de 1,80 m pour le  moins, et c’est très sec et très propre car il y a des hommes de corvée pour balayer, il faut qu’il n’ai rien qui traîne car le commandant passe tous les jours.

J’ai reçu également il y a plusieurs jours des nouvelles de ton Oncle Arthur, il a fait un beau voyage, déjà à l’autre fois il avait été à Toulouse.

Plus rien à te dire que je suis toujours en première ligne (La 10è Cie est à Pont-Neuf du 21 au 25 mai ) et serons relevés vendredi la nuit pour faire trois jours au pays ( 1è et 10è Cies  en réserve à Kœur et à Bislée )     et après reprendre six jours dans un autre secteur  ( La Courtine du 31 mai au 4 juin  )  .

Ton père qui t’aime et qui t’embrasse bien fort.

 

LTR 16-15 – 28 mai 1916, Bislée : Charles à Hélène : Reçu ce soir ta lettre…….. Je suis également en bonne santé et espère toujours aller te voir, je ne sais encore rien jusqu’à présent. Nous sommes revenus au pays au cantonnement et travaillons toujours et demain soir on remontera aux tranchées. Aujourd’hui j’ai travaillé toute la journée avec dix hommes mais je vais me reposer cette nuit tandis que toute la Cie va travailler à partir de six heures du soir à 3 heures du matin, on va leur porter du thé à onze heures et moi je vais dormir.

Tu me surprends en me disant que ton oncle Arthur est déjà en permission, il a fait vite, tant mieux pour lui, s’il avait seulement la chance de rester au dépôt… je lui souhaite. Plus rien à te dire……. En attendant le plaisir d’aller vous voir, je te prie d’embrasser toute la famille pour moi. Bien le bonjour aux domestiques. Mes félicitations pour ton écriture, le temps est redevenu meilleur ( 223è Tal, 10è Cie, SP 51 )

 ( Le secteur postal n°51 desservit le quartier général du huitième corps d'armée pendant toute la guerre.)

 

22 mai : Sur la rive droite de la Meuse, les Français tentent de dégager Douaumont sans succès.

31 mai-9 juin : Les Allemands savent qu'une offensive se prépare sur la Somme. Ils veulent en finir avec Verdun. A Verdun, après une résistance désespérée, le commandant Raynal capitule, le fort de Vaux est pris le 9 juin. Pétain demande que l'offensive de la Somme soit lancée et encourage les soldats de Verdun à tenir.

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

24 fév : Une Cie du 2è Bat devient disponible et assure un roulement pour que chaque Cie ait un jour de repos sur 4.

17 juin 1916 : Toujours mêmes travaux

Fin du JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay du 29 avril 1915 au 17 juin 1916

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_776_006/viewer.html

 

Le JMO du 223è Régiment d'Infanterie Territoriale (suite)
 

27 mai 1916 (Im 28): (...) 1è et 10è Cie en réserve à Kœur et Bislée

30-31 mai, 1è, 2, 3, 4  juin : (...) 10è Cie en ligne à La Courtine

 

 

 

LTR 16-16  1er juin : Charles à Hélène : (note : transcription littérale de cette lettre qui va créer  l’étonnement…comme le lui fera remarquer Suzanne dans sa carte du 7 juin.)

 

Ma chère Hélène, raisu ta laite aveque plésir et je te remaircie de bien de tais bones nouvel ou que ge sui le tant ais bo assez. Ta mère ma aisri quemil eter malad fo espairé qu’il va mieu procheneman ge lui qonseile de voir le maidesin et de bien ce soingnait ai il ce gairira. Chez ton oncle Achile je voi que la famile ca grandi, di je trouve que ca petite file a un genti non a mon idez je me doutte bien qu’il va venir an permision, à ce sujet ton oncle Arthur osse profite dune bonne perm, il ont aité hereus de fère un ossi bo voiage, je lui sous aite de raister au dépots le plus lotant possible, a se moment je m’arite pour mangé la soupe et je recomense. Je souaitte que Lissot ne soi pas blessai gravemen. Bien le bonjoure à Mme Morel. J’aicrirai demain, j’anvoie ma laite de suite à B. (Bislée) par les homes qui vont cherche des grenade. Jambrase toute la famile de tou cœur (CS 223è 10è SP51)  J’apprend à l’instant que je dois partir le 3 jusqu’au 15 pour l’instruction du fusil mitrailleur à C. CS.  A  demain de mes nouvelles 

(évidemment c’est une surprise, l’écriture ressemble à la sienne, on peut penser que Charles l’a faite écrire…, on en a la confirmation avec le ps. Ainsi que dans les lettres suivantes où tout est rentré dans l’ordre, il devait être bien occupé, mais il fallait absolument donner des nouvelles….
quand on analyse la situation, quelque part dans sa tête, on peut aisément deviner ses pensées, il faut que cette lettre parte à tout prix, Émile est malade, Achille a un sixième enfant - une chance peut-être... de rentrer plus vite à la maison, Arthur a une permission, et Charles en attend mais ne voit rien venir, il semble ne plus y croire, et si c'était la dernière lettre ? )  )

 

LTR 16-17 -  B. 5 juin 1916  : Charles à Hélène : Bien reçu avec plaisir ta lettre du 1er juin, tu l’avais adressée par erreur à la 2è Cie et m’est revenue aujourd’hui. Nous sommes redescendus des tranchées cette nuit, cela s’est bien passé. Je vous avais écrit que mon départ pour l’instruction du fusil mitrailleur était retardé mais cela n’a pas tardé à revenir, car je vais partir dans une heure pour aller coucher à C. ( Chonville ? ) et demain à Cy (Commercy) . Ainsi que je l’ai déjà écrit, ce doit être pour une quinzaine de jours c’est toujours autant de tiré des tranchées, c’est à seize km du front. J’étais inscrit le premier à partir comme permissionnaire mais ce sera à mon retour maintenant il fait un temps déplorable, il vient de tomber un orage pourvu que cela cesse pour nous en aller ( moi et le sergent ). Je vous écrirai de C.Y. je suis heureux que Lissot va mieux, faut espérer qu’il s’en guérira assez vite. Mes meilleurs amitiés à tous. Embrasse bien ta mère et tes sœurs pour moi. Ton père qui t’aime et t’embrasse bien fort (223è 10è Cie, SP51 )

 

CP 16-13 – 7 juin 1916 : Suzanne à Charles : Je t’envoie cette carte qui est l’expression de mes pensées tous les jours, je parle de toi avec maman, nous allons bien toutes et nous voudrions bien qu’elle te trouve de même. Nous avons reçu une lettre de toi hier et nous attendons une aujourd’hui. Ici nous sommes surprises qu’il y ait tant de fautes d’orthographe, nous t’embrassons bien toutes. Ta petite Suzanne qui t’aime bien. Mr Legrand est venu en permission 4 jours

 

3 juin 1916 - 15 juin 1916 : Le Fusil Mitrailleur -  Comme annoncé dans sa lettre du 1er juin, Charles est parti à l'instruction du Fusil Mitrailleur à C.

Dans les Archives, Hachette-Sainturette, nous avons retrouvé le Carnet d'instruction pour le Fusil Mitrailleur Modèle 1915 dit Chauchat. Ce carnet 7,5 cm x 11,5 cm de 76 pages a perdu sa couverture, il contient la description de l'arme jusqu'au plus petit ressort, jusqu'à l'équipement du tireur. Il y avait un second carnet comme l'indique la mention : à suivre sur l'autre livre ( non retrouvé ) et, en dernière page :

 

les participants au Cours d'instruction du Fusil Mitrailleur qui commence le 6 juin,

Caporaux : 1ère Cie : Castanel - 2è Cie : Penet - 3è Cie : Vasseur - 4è Cie : Suret - 5è Cie : Dumont -

6è Cie : Froidevaux - 7è Cie : Bellamy - 8è Cie - Salichon - 9è Cie : Moncomble - 10è Cie Sainturette -

11è Cie : Gantrelot - 12è Cie : Courtel -

Canoniers : Lassur et Dupont

 

CP 16-14 – 7 juin 1916, Commercy, le Château :
Charles à Suzanne :
J’espère que toute la famille est en bonne santé, tant qu’à moi cela va toujours bien.
Embrasse bien ta mère pour moi. ( 223è Tal, 10è Cie en subsistance au dépôt de la 15è Division, SP 53 )

 

 

 

CP 16-15 , Commercy, Caserne Oudinot

 

 

Le JMO du 223è Régiment d'Infanterie Territoriale (suite)
 

5,6, 7 juin 1916 : A La Courtine : 4è Cie. (...)  Les 1è et 10è Cie est en réserve à Kœur et Bislée.(...)

8, 9, 10,11, 12, 13 juin : 10è Cie en ligne à Pont-Neuf

 

14, 15, 16 juin (Im 30) : Les 1è et 10è Cie est en réserve à Kœur et Bislée.(...)

17, 18, 19, 20, 21, 22 juin : 10è Cie en ligne à Courtine. Le 19 juin 1916, les soldats Marais Charles (1è Cie), Gérin Louis (3è Cie) sont cités à l'ordre du régiment

 

23, 24, 25 juin : Les 1è et 10è Cie est en réserve à Kœur et Bislée.(...)

26, 27, 28, 29, 30 juin (Im 31) :  10è Cie en ligne à Pont-Neuf

 

CP 16-16 – 9 juin 1916, Bislée-Meuse : Charles à Suzanne : Mes meilleures amitiés à toute la famille que je te prie d’embrasser. Ton père qui t’aime et qui t’embrasse bien fort. Carte à conserver, c’est le pays où nous allons au repos en descendant des tranchées et où on fait nos cuisines.

CP 16-17 – 13 juin 1916,
Fête des tranchées
 :


Charles à Suzanne :

Reçu aujourd’hui ta belle carte, je te remercie bien.

J’espère aller te voir dans la vingtaine du mois.
Le temps est toujours très mauvais.

Il tombe de l’eau tous les jours surtout aujourd’hui toute la journée.

Je n’ai pas encore reçu de lettres adresses à ma nouvelle adresse au 51.

Embrasse tes sœurs pour moi.

Ton père qui t’embrasse de tout cœur.( 223è, 10è Cie ; SP51 )

 

 ( SP 51 : quartier général du huitième corps d'armée pendant toute la guerre.)

CP 16-18 – 16 juin 1916 : Charles à Suzanne, Je te prie d’embrasser ta mère et tes sœurs pour moi. Ton père qui t’aime et qui t’embrasse fort.

CP 16-19 – 17 juin 1916, Commercy : Charles à Suzanne : Mes meilleures amitiés à toute la famille

 

Charles aura-t-il sa permission ?

les correspondances ne nous le diront pas.... en effet la prochaine lettre retrouvée est datée du 6 juillet 1916.... entre temps, rien dans les archives familiales....
SAUF ... un petit carnet qui semble être écrit par Charles...  il y a comme un mystère autour de celui-ci... pour l'avoir lu et relu... une incertitude subsiste sur la personne qui l'a écrit....

L'étude du JMO du 223è RIT nous donne :
8 juin 1916, En ligne , la 10è Cie est à Pont-Neuf- jusqu’au 13 juin
14, 15, 16 juin 1916, 1è et 10è en réserve à Kœur et à Bislée
17 juin 1916, En ligne , la 10è Cie est à La Courtine jusqu’au 22 juin
23, 24, 25 juin 1916, 1è et 10è en réserve à Kœur et à Bislée
26 juin 1916, En ligne , la 10è Cie est à Pont-Neuf- jusqu’au 1er juillet
6 juillet 1916, la 10è Cie est à Commercy ( pas de renseignement depuis le 2 juillet )

 

JMO 201è Brigade Territoriale : 16 juin  1916,une escadrille d’une vingtaine d’avions ennemis franchit nos lignes à 20 heures et va bombarder Bar-le-Duc

JMO 201è Brigade Territoriale : 17 juin  1916, une autre escadrille passe nos lignes à 14h et va sur Bar-le-Duc

JMO 201è Brigade Territoriale : 29 juin  1916, Un bataillon du 223 et un du 279 seront employés pour des travaux par la 40è DI. La relève doit être terminée le 5 juillet au matin

Le 3è bataillon du 150è ne comprend plus que 3 compagnies, la 12è est supprimée. La 11è Cie occupe le village des Petites Paroches, la 9è la tranchée de Châlon, la 10è a un peloton au PC de Bois des Paroches, l’autre au Ravin des Cuisines.

 

JMO 40è DI          Carte situation 40è DI -  (16-20 - 26_N_337__003__0048__T  carte Commercy 40èDI-21 juin 1916)               ----

 

JMO 201è Brigade Territoriale : 30 juin  1916,Les troupes de l’active étant remplacées autant que possible pas des troupes de territoriale dans les tranchées de 1è ligne par ordre du Général Cdt la 1è Armée

 

 

 

40è Division Infanterie, Général Leconte  – 32è C.A.

Situation au 1er janvier 1916 :

QG à Matouges

79è Brigade Infanterie : 154 et 155è RI

80è Brigade Infanterie : 150 et 161è RI

145è Territorial ( 8 Cies )

A.D. 40 : 3 groupes Artillerie Divisionnaire

Génie : 9è Génie Cies 6/2 et 6/52

Service de Santé : Amb 3/6 et 3/54

GBD 40

Le 4 janvier, la 40è DI se porte au S.E de Châlons. Le 145è Ter est à Matouges.

Du 7 janvier au 14 février 1916 : période de repos et d’exercices

 

JMO 40è DI - 1er juin 1916 : Relève,

la  69è DI est Zone Combles-Saurupt, 79è Bgde : 154è RI à Ippécourt et 155è à  Julvécourt

  254è RI à Brillon-Combles

 

2 juin 1916 : Le Général Leconte Cdt la 40è DI passe le commandement du Mort-Homme au Général Trouchaud Cdt de la 41è DI.

Il descend du Fort de Bois Bourrus à Froméréville et se rend à Julvécourt puis le 5 juin à Combles

 

8 juin, situation de la 40è DI au Repos :

QG à Combles

79è Bde à Rupt-aux-Romains et Brillon

80è Bde à Fains, Vancy, Combles, Saudrupt

279è Tal ( voir 26 juin)

 

15 juin, la 40è DI est dans la région de Commercy

20 juin 1916, commencement de la relève de la 15è DI par la 40è DI, 4 bataillons en 1è ligne : Tranche Rabier, Tête à Vache, Croix St Jean, Bois Mullot

Le 3è Bat du 150è est détaché à la 201è Brigade Territoriale (Général Fraisse) et concourt à la relève dans le secteur de Chauvoncourt

Le CVAD 1/32 vient à Commercy

 

Le QG se rend à Lérouville (1er échelon) et Commercy (2è échelon)

 

Du 30 juin au 7 juillet 1916 : Relèves La tranche de St Aignant n’appartiendra plus à la 40è DI (Forêt d’Apremont) et passera à la 101è Div Territoriale (Secteur des Etangs)

Le 132è Tal qui tient………

 

5 juillet 1916 : Travaux d’ordre offensif ( tranchées et boyaux nouveaux) Tranche Meuse et Bois Mullot : une parallèle reliant l’antenne Nord des Ouvrages de la Meuse à la tranchées des Mélèzes en passant au Nord du Bois des Bouleaux et un boyau doublant le boyau 56

(Correspond  à la description du carnet au 31 juillet… à suivre)

 

22 juillet, Sous-Secteur Ouest, Tranche Meuse : bombardement de Kœur-la-Petite à 2h45. 9 obus de 150 venant de la direction de Bois d’Ailly.

Relève du 1er bat du 131è Tal par le 2è bat du 132è Tal

 

30 juillet : La 9è Cie du 223è Tal relève au Camp Levêque la 10è Cie du 279è Tal qui va à Chonville

31 juillet : Les 10è, 11è et 12è Cies du 223èTal relèvent les 9è, 11è et 12è Cies du 279è Tal à la Croix-Saint-Jean et au Camp Saulnier

(Correspond  à la description du carnet au 31 juillet… )

 

4, 5 et 6 août 1916 : La 40è DI est embarquée en chemin de fer pour la région de Baccarat pour relever la 45è DI secteurs de Neuf-Maisons et Brouville

 

+++++++++++++++++++++++++++++++++++

 

Carnet de Campagne de Charles Sainturette

Commencé le 2 juillet 1916 (doit probablement faire suite à un premier ??)

Page 1

Retour de permission 2 juillet  1916     (Probablement depuis le 20 juin comme l’espérait Charles. Le retour de la dernière permission date du 10  novembre 1915)

2 juillet 1916 : Rentré de Permission, retrouvé ma Compagnie à Courcelles aux Bois ( Courcelles en Barrois ?), revenue des tranchées dans la nuit, couché à ce pays

 

 

 

 

Le JMO du 17è Régiment d'Infanterie Territoriale de Bernay

sur ce lien :  Journal de Marche et des Opérations intégral du 18 juin 1916 au 31 déc 1916

http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/jmo/img-viewer/26_N_776_007/viewer.html

18 juin 1916 : Sans changement

21 juin : Le Régiment est mis à la disposition de la 2è Armée, embarque par Chemin de fer et va cantonner à Neuville-sur-Orne.

24 juin : Le Rgt est mis à disposition des groupements Regret et Dugny, est embarqué en automobile pour Moulin-Brûlé, La Citadelle et Verdun et stationne sur les points assignés.

27 juin : 1er Bat : travaux en 1è et 2è lignes, 2è Bat : Ravitaillement en vivres et munitions des unités en ligne

28 juin : 2è Bat : se porte dans le tunnel de Tavannes et Ravin du Champ de Tir, pendant les opérations, des victimes

6 juillet : Le 2è Bat cantonne à Handauville et mis à la disposition du Génie et se porte aux Carrières Marceau le 15 juillet.

23 juin : Après un bombardement de plusieurs centaines de milliers d'obus à gaz, les Allemands s'emparent de Thiaumont, de Fleury, quelques éléments avancés atteignent Froideterre mais seront stoppés par les contre-attaques françaises. Verdun est sauvée pour les Français.

1er-10 juillet : Début de la grande offensive de la Somme en liaison avec les Anglais, ce sont 13 divisions britanniques et 6 divisions françaises qui attaquent sur un front de 40 km. Le lendemain, la seconde position allemande est prise. grâce à l'entrées des premiers chars d'assaut, la VIè armée française sous les ordres de Fayolle et de Foch pousse jusqu'aux abords de Péronne, soit une avance de 10 kilomètres.

 

Fin Juin 1916
Aller à 1914 - 1915 - Début 1916 - Juillet 1916- 1917 - 1918 - Fin correspondance - haut de page

 

2 - De Juillet 1916 ( début du carnet) à la fin des évènements

La suite du récit se trouve sur la page suivante : cliquez

 

Note : il n'est pas dans mon intention de reporter ici le protocole d'instruction, mais simplement quelques passages qui me semblent intéressants pour la précision de l'instruction et la curiosité des détails : Renseignements numériques, équipement du tireur, etc...

Le Fusil Mitrailleur Modèle 1915, dit Chauchat

Le fusil mitrailleur modèle 1915 est une arme automatique utilisant la force de recul. Il se classe parmi les armes de cette catégorie coulissant par long recul de canon. L'arme permet le tir coup par coup ou tir intermittent et le tir automatique en tir de mitrailleuse.

Renseignements numériques : Poids de l'arme sans étui : 8,750 Kg, avec étui : 9 kg

Chargeur vide : 0.900     Havresac vide 1.050     Musette à cartouches vide : 0.630

Poche à chargeur vide : 0.370  Chargeur contenant 20 cartouches : 0.850   Havresac 12 chargeurs : 18.050 kg

Musette à cartouches 4 trousses : 8.530 kg   Poche à chargeur 2 chargeurs : 1.980 kg

Cartouchière Pistolet :

1 Pistolet et 3 chargeurs approvisionnés : 1.915 kg  Trousse à accessoires garnie : 0.900

 

du Titre IV : Équipement et armement des Fusiliers :

1° Tireur : a) Équipement : L'équipement du tireur permet le transport de 320 cartouches (16 chargeurs de 20 cartouches). Il comporte deux poches pouvant recevoir chacune 2 chargeurs et un havresac pour le transport de 12 chargeurs.

 

à suivre...

 

plus : http://armesfrancaises.free.fr/FM%20Chauchat.html 

 

 Autres Liens utiles : cliquez

Les Secteurs Postaux

http://cartesfm1418.pagesperso-orange.fr/obliterations/secteurpostal/SP.htm

 

http://vestiges.1914.1918.free.fr/Accueil.htm

http://www.chtimiste.com/

Pages 14-18  De nombreuses rubriques pour vous permettre de retracer
les principales campagnes effectuées par un combattant de 1914-1918. 

===============================================================

 Le clairon de Déroulède

Paul Déroulède (1846-1914) incarna le nationalisme revanchard qui saisit la France au lendemain
de la défaite de 1870. En 1875, il publia un premier recueil de poèmes et chansons,
intitulé Les Chants du Soldat; c'est là que l'on trouve le fameux Clairon.

 

Chanson créée par Amiati, à l'Eldorado, vers 1873 (l'enregistrement à la SACEM date de 1875).

Paroles de Paul Déroulède mises en musique par Émile André

 

Une interprétation de cette célèbre chanson par Henri Weber
 - 1908 - Gramophone Aiguille n° 3-32906 matrice n° 6549h - Édition Joubert

se trouve sur le site

http://dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/paroles/clairon_le.htm

Cliquez sur ce lien qui ouvre une autre fenêtre,

puis sur le bouton vert du lecteur intégré, vous pourrez suivre les paroles originales,
Relancer la chanson et revenir sur cette page pour
 suivre les paroles du chant de Ménilgal

 

Le site    http://dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/ ...

 

Propose une page concernant AMIATI...

http://dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/fiches_bio/amiati/amiati.htm

et nous pouvons lire : "  Son plus grand succès ne fut pas d'eux. Il vint avec "Le Clairon" de Paul Déroulède qu'elle créa à la fin de 1873 ou même en 1874 - certains parlent même de 1878 ! -. (Son enregistrement à la SACEM, musique d'Émile André, date de 1875.)   "

et une page consacrée à Henri Weber :

http://dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/fiches_bio/weber_henri/weber_henri.htm

et parmi les quelques titres proposés : Le Clairon !!! Miracle, je croyais l'avoir perdu, J'avais eu beaucoup de mal pour le trouver...  Internet a fait un miracle... Mais BRAVO aux Webmesters de ce site !!!

 

Il n'y a plus qu'à cliquer sur le titre : Le Clairon :

http://dutempsdescerisesauxfeuillesmortes.net/paroles/clairon_le.htm

Cliquez sur ce lien qui ouvre une autre fenêtre,

puis sur le bouton vert du lecteur intégré, vous pourrez suivre les paroles originales,
Relancer la chanson et revenir sur cette page pour
 suivre les paroles du chant de Ménilgal

 

1 - L'air est pur, la route est large
Le clairon sonne la charge
Les zouaves vont chantant
Et la haut sur la colline,
Dans la forêt qui domine,
Le Prussien les attend.
Variante : "On les guette, on les attends."
 
2- Le clairon est un vieux brave
Et lorsque la lutte est grave,
C'est un rude compagnon;
Il a vu mainte bataille
Et porte plus d'une entaille,
Depuis les pieds jusqu'au front

 
3 - C'est lui qui guide la fête,
Jamais sa fière trompette
N'eut un accent plus vainqueur,
Et de son souffle de flamme,
L'espérance vient à l'âme,
Le courage monte au coeur.

 
4 - On grimpe, on court, on arrive,
Et la fusillade est vive
Et les Prussiens sont adroits;

Variante : "Et les autres sont adroits."

Quand enfin le cri se jette:
"En marche! A la baïonette!"
Et l'on entre sous le bois.
 
5 - A la première décharge,
Le clairon sonnant la charge
Tombe frappé sans recours;
Mais, par un effort suprême,
Menant le combat quand même,
Le clairon sonne toujours.
 
6 - Et cependant le sang coule,
Mais sa main qui le refoule,
Suspend un instant la mort,
Et de sa note affolée,
Précipitant la mêlée,
Le vieux clairon sonne encor.
 
7 - Il est là, couché sur l'herbe,
Dédaignant, blessé superbe,
Tout espoir et tout secours;
Et sur sa lèvre sanglante,
Gardant sa trompette ardente,
Il sonne, il sonne toujours.
 
8 - Puis dans la forêt pressée,
Voyant la charge lancée
Et les zouaves bondir,
Alors le clairon s'arrête,
Sa dernière tâche est faite:
Il achève de mourir.
 

(Les couplets en italique sont habituellement coupés dans les versions enregistrées.)

 

 

Retour à Mesnil Gal

Le thème musical du "Clairon" a inspiré l'introduction
de la chanson "La guerre de 14-18" créée par Georges Brassens en 1962.

 

La suite du récit se trouve sur la page suivante : cliquez

 

 Aller à 1914 - 1915 - 1916 - Fin Juin 1916 - Juillet 1916- 1917 - 1918 - Fin correspondance - haut de page

===============================================================

Retour à la page : Histoire de la Ferme de La Godinière

 

Retour  Les Produits  ou   Accueil   ou   Plan  du  site
ou  page  précédente

 

Écrivez nous pour donner votre impression et votre suggestion, merci.

Pour nous écrire : cliquez

Ma messagerie est protégée par Avast

Conception et Réalisation : René Lesur