Le Pays d'Ouche  01
dernière mise à jour de cette page : 29.01.2016
La nouvelle adresse de notre site :  http://pagesperso-orange.fr/lagodiniere27/

Le Pays d'Ouche

 

La Ferrière sur Risle

 

Beaumont le Roger

 

Bernay

 

Conches en Ouche

 

Broglie

 

Brionne

 

Harcourt

 

Retour
Le Pays d'Ouche
Présentation : cliquez...

La Ferrière sur Risle : 
Avant toute présentation, il ne manque seulement qu'un médecin à la Ferrière sur Risle pour compléter le bonheur de vivre dans ce petit village.
En effet, le Maire, son conseil, les professionnels locaux de la santé avec le soutien des habitants recherchent LEUR médecin. Tout est prêt pour l'accueillir : Cabinet médical à loyer modéré, téléphone, fax, Adsl... Si vous êtes intéressé, écrivez à la mairie.

 

            La Ferrière-sur-Risle : "Un diamant dans un écrin de verdure..."  (citation de Jean-Jacques Hubert).

 

  Mairie : Tél : 02.32.30.71.00   -   02.32.37.85.39

    Secrétaire :
    Email : mairie.laferrieresurrisle@xanadoo.fr

    Secrétariat ouvert le MARDI DE 9h30 à 11 30h et JEUDI de 14h30 à 17h
    Maire : Joël RIOULT


Le site internet : http://laferrieresurrisle.com
voir aussi un site perso : http://
ferriererisle.free.fr
          
Marché : Dimanche matin -  Tous commerces.
Tous les troisième dimanche de chaque mois : Marché à la Brocante sous la Halle de la Ferrière sur Risle.
           ET... le 1er mai, la célébrissime Foire à la Tout.

En 2006 : La Ferrière sur Risle propose :
le Samedi 24 Juin de 10h à 18h et le dimanche 25 juin de 10h à 18h :
Les 1ères Floralies départementales. Concours entre 20 communes lauréates des villages fleuris et Marché de fleurs. En 2007, la seconde édition aura lieu à Saint Marcel.
le Samedi 1er Juillet de 14h à 19h et le dimanche 2 juillet de 10h à 18h30 :

Grand Marché aux Potiers

Pour ces deux manifestations renseignements  Tél 02.32.30.71.00 (Mairie)
   http://
ferriererisle.free.fr      www.toutterre.com 

 

            Superficie : 17,30 Ha - approximativement la même que le Stade de France...   242 Habitants - Altitude 165 m.
            Coincée entre deux collines, serrée de près par ses communes voisines et les pieds dans la Risle, La Ferrière-sur-Risle revendique avec justesse le titre de
plus petite commune de l'Eure de par sa superficie.
           
Eglise du XIIIè (vers 1205) et XIVè, remaniée. Magnifique contre retable Louis XIV. en chêne, aux sculptures dorées, dont la partie centrale figure une descente de croix due à un élève de Léonard de Vinci. Les statues : Vierge à l'enfant du XIVè, Sainte Anne en pierre polychrome du XVIè, et un remarquable Saint Michel haut de 2,10 m. La tour date du commencement du XVIIIè S. 

       Halles du XIVè, Longues de 35 m. A l'origine elles mesuraient 55 mètres. Mais suite à une délibération du conseil municipal en 1863, la partie ouest fut abattue sur une vingtaine de mètres. Pour justifier leur décision, les élus expliquèrent alors que la halle était trop grande et qu'elle obstruait la place du côté de l'ouest, empêchant la communication entre la route départementale et la rue principale.

 

        La Vieille Forge : Jadis, la Ferrière sur Risle était connue pour sa fabrication et pour le travail du fer (extraction dans tout le pays de Conches) ; ce sont les fonderies de Conches qui ont produit dès le début du XIè S. la flèche de la Cathédrale de Rouen. L'industrie du fer cessera à partir du XVIIIè S. en pays d'Ouche. Le fourneau de Ferrière sera un des derniers à y fonctionner (1838) et dix ans plus tard, la Révolution le fit fermer définitivement.

            Les anciennes tanneries : Les bâtiments présentant un intérêt sont sauvegardés et vont être réhabilités dans le cadre de "l'Espace culturel des tanneries". Opération pilotée par la Communauté de Communes de Conches, qui consistera à aménager la "grange" culturelle réservée aux expositions et diverses salles. La petite maison à l'entrée sera reconvertie en point d'informations touristiques. L'ancienne balance, les rails et le godet qui servait à transporter les peaux autrefois seront conservés et restaurés, le tout au milieu d'espaces verts qui viendront compléter l'ensemble selon les plans de l'architecte Jean-François Chiffard de Bernay. Réf: Pays d'Ouche magazine Février 2004.

La première Tranche de travaux est terminée, la salle d'exposition est opérationnelle et accueille se magnifiques expositions.

 

        Il existait une charité sous le patronage de Saint Georges, fondée le 23 avril 1484, (ou en 1488), dans l'église de la Ferrière, elle avait un blason portant : d'argent au mot caritas de gueules. Il y avait autrefois dans la forêt de Conches une léproserie de Saint Blaise dépendant de la Ferrière.
        Le Charpillon de 1868 fait mention : La Ferrière à donné naissance à Bréant, chimiste et métallurgiste distingué, Voir Ajou,
Jean Robert BREANT
et à François Savarre.

         De 1931 à 1953, le Comte Alfred Swieykowski séjourna à la Ferrière sur Risle. Il était passionné de peinture, et réalisa une partie de ses œuvres, notamment des tableaux sur le village et ses alentours. Une plaque est apposée sur la maison qu'il occupa, rue de Pont-Audemer.

Une exposition consacrée à cet artiste se tient du 23 avril au 30 octobre 2011 au Musée Fournaise, Île des Impressionnistes, 78 Chatou, Tél : 01.34.80.63.22.

  www.musee-fournaise.com - musee.fornaise@mairie-chatou.fr      

 

Histoire : depuis le Moyen-Age jusqu'à la fin de la période Révolutionnaire.
        L'histoire de La Ferrière commence avec les premiers documents écrits et c'est semble-t-il au XIè S. qu'il est fait mention pour la première fois de cette localité sous le nom de FERRARIA en raison des gisements de fer qui y étaient déjà exploités. - (d'après Le Prevost en 1864) -

        Pendant tout le Moyen Age, et jusqu'à la Révolution, l'histoire de la Ferrière est liée à celle de Conches dont elle dépend. Elle a subit de nombreux sièges et a été soumise aux mêmes dominations, depuis les seigneurs de Tosny jusqu'aux ducs de Bouillon.


       D'après Charpillon, vers 1069, Raoul de Tosny et Godehilde sa mère donnèrent à l'abbaye de Conches l'église et la dîme de leurs revenus de la Ferrière, ce même Raoul de Tosny et sa femme Isabelle donnèrent en 1085, « le pânage en forêt de Conches, une forge sise à la Ferrière sur Risle... etc »

 

      Une tradition locale veut qu'il ait existé, sur les hauteurs qui dominent le bourg actuel, une agglomération importante que l'on appelait les Hautes Villes, avec un château fort dont la construction pourrait se situer vers le milieu du XIè S. et qui protégeait en même temps les forges et les habitants.

 

     Au XIIè S. la Ferrière était désignée sous le nom de Novæ Ferrariœ, sans doute en raison de la création récente de ses forges.

 

     Vers 1190, Roger IV de Tosny fit don à l'église Saint Mauxe d'Acquigny, de dix sous de rente à prélever sur les étaux ou sur la prévosté de la Ferrière (Cartulaire d'Artois n° 180 cité par le Dr Sémalaigne). Parmi les témoins figure « Guillaume, moine de la Ferrière ».

 

     En 1209, Robert de Courtenay, seigneur de Conches, fit le don au Bec de : une forge et une masure situées à la Ferrière.

 

      Vers le XIIè S. La Ferrière a connu une prospérité particulière et la situation matérielle des habitants de la Ferrière commençait à s'améliorer. Le roi Philippe-Auguste leur accorda en 1205 une Charte Communale, c'est à dire un acte leur concédant des privilèges et des droits.
      D'après Le Prévost, c'est à cette époque que le le bourg et les forges se fixèrent dans la vallée, et c'est à cette époque que l'on construisit l'église actuelle. Il est question au XIIè S. des « Moulins de Ferrière » qui existaient déjà depuis longtemps. Le 3 août 1248, Pierre de Courtenay, Chevalier seigneur de Conches, donne à Robin de Saint Lubin son écuyer, trente acres de terre dans la forêt de Conches avec la droit héréditaire de chauffage, de pâturage et de mouture à ses moulins de Ferrière... (1er Cartulaire d'Artois.177).
     Au XIVè S. il existait une famille « de La Ferrière ». On a retrouvé les noms de Jean, Yvon, Guillaume et Robert de La Ferrière

     Au cours des XIV et XVè S. la Ferrière aura probablement subit la même agitation que le domaine de Conches, tant sous Robert d'Artois que sous Jean le Bon et Charles le Mauvais. Vers 1430, la Ferrière était le siège d'une Sergenterie, (fraction de Vicomté), dépendant de Conches. Cette Sergenterie comprenait dix-sept villages : La Ferrière, Champignolles, La Houssaye, La Vacherie, Le Plessis-Mayel, Tilleul Dame Agnès, Romilly, Collandres, Bougy, Quincarnon, Villers en Ouche, Notre Dame Desprez, Saint Aubin des Haies, La Rousse, Louversey, Gregueuseville, Chamflour.

 

     Les confréries dites de Charité sont spéciales à la Normandie. Elles ont été instituées au Moyen-Age dans les diocèses de Rouen, Lisieux, de Seez (Sées) et d'Evreux. Dissoutes à la révolution, elles se sont réorganisées et un grand nombre d'entres elles a fonctionné très longtemps.

     La Charité de La Ferrière sur Risle a été fondée le 23 avril 1484.


     Au XVè S., il y avait déjà à la Ferrière un notaire ou clerc juré placé sous l'autorité du Tabellionage de Conches. Le 2 juin 1528, l'abbé Félix de Courteuvre fut présenté à la cure de la Ferrière par Fançois 1er lui-même. Le 4 septembre 1559, Henri II présentait l'abbé Mathieu Desfriches. Le 5 avril 1572, l'abbé Leblanc était proposé par le prince François, duc d'Alençon et d'Evreux ; et le 16 avril 1587, Henri III, roi de France proposait comme curé l'abbé Pierre de la Noé. Par présentation à la cure il faut entendre la proposition à l'évêque par un seigneur ou même par un roi, d'affecter à une paroisse du diocèse tel ou tel curé qu'ils avaient choisi.
     1591 est l'année à laquelle remontent les archives conservées à la Mairie de La Ferrière.

 

     Le XVIIè S. fut un siècle très religieux et déjà cette modeste église Saint Georges était relativement confortable. Elle était pourvue de grandes orgues et de vitraux. Dès 1615, le traitement de l'organiste figure au budget paroissial, on relève le traitement du souffleur et le solde des réparations aux tuyaux des orgues.
     Les tuyaux étaient au nombre de : 615 tuyaux en plomb et 74 tuyaux en étain. Les orgues de la Ferrière sont restées dans l'église jusqu'au 18 Nivose, an II, date à laquelle une délibération du Corps Municipal décide que ; en raison du vol de tuyaux de l'orgue, et pour éviter que l'ensemble soit pillé ; l'orgue et les tuyaux restants seront démontés et déposés chez le citoyen Marie Etienne François Védie, marchand, épicier. Ce monumental et précieux instrument fut si bien à l'abri, qu'il ne réintégra plus jamais sa destination car il depuis, il n'en est plus fait mention de son usage à l'église.
     De nombreux travaux ont eu lieu dans les années 1600, ne serait-ce que le clocher qui a été reconstruit trois fois en moins de quarante ans : en 1632, en 1646-48, et en 1671. Le cimetière était à l'époque autour de l'église où il est resté jusqu'en 1864.

 

     Au XVIIè S., toute l'activité du bourg était orientée autour de son fourneau, dont la date de construction est inconnue. Il a été édifié par les soins des seigneurs de Conches et exploité à leur compte. L'exploitation des forges entraîna l'installation à La Ferrière de nombreux artisans de fer, forgerons, taillandiers, etc... A cette époque le commerce local est prospère et en dehors des professions usuelles telles que celles de boulangern épicier, etc... il y a celles de chapelier, blanchisseur, cirier, chandelier, boutonnier,cordier, cloutier, horloger, appareilleur de bâtiments, tourneur en bois, tanneur, fabricant de bas, marchand de chevaux, hôtellier, (hôtel du Croissant, hôtel de la Croix-Blanche), cardeur de laine, teillier c'est-à-dire teilleur de lin. Tous étaient regroupés en corporations et célébraient chaque année leur saint patron.
     Vers 1730, le sieur Jacques Fourquemin exerçait la profession de « faiseur de broches à rouet » ainsi que ses deux fils Nicolas et Bernard.
     Avant la Révolution et depuis fort longtemps, la corporation des menuisiers de La Ferrière était célèbre dans toute la région. Les meubles, bahuts, armoires, etc... fabriqués à La Ferrière étaient réputés dans toute la Normandie. Il a dû certainement exister à la Ferrière une corporation de Huchiers, peut-être une école ? Les marchés de La Ferrière étaient importants. Il se tenait quatre foires annuelles très réputées : la foire saint Sébastien le 20 janvier, la foire saint Georges le 23 avril, la foire saint Jacques et saint Christophe le 25 juillet, et la foire des morts le 2 novembre. En 1927, le Docteur G. Tellier indiquait que seule cette dernière foire était encore existante et que l'on y fixait le cours des pommes...


     Au point de vue administratif, La Ferrière relevait de la Généralité d'Alençon, et au point de vue judiciaire du Parlement de Rouen. On sait que la Normandie se divisait en trois généralités : Rouen, Caen et Alençon. Chacune d'elles était placée sous l'autorité d'un intendant. Chaque généralité se divisait elle-même en districts ou élections et à la tête de chaque élection était placé un subdélégué. Pour ce qui est de La Ferrière, le premier échelon de la hiérarchie administrative était l'élection de Conches, qui possédait « les juridictions de baillage royal, de Vicomté, d'Election, d'eaux et Forêts, de Grenier à sel. Elle avait une direction et une recette générale des aydes (impôts sur les boissons), une recette particulière des impositions, un entrepôt à tabac... Elle possédait encore seize juges, dont six au baillage et dix au siège d'exception, treize avocats plaidants et consultants, six procureurs... ».
     En 1765, l'Election de Conches était encore divisée en Sergenteries. La Sergenterie de la Ferrière comprenait 14 paroisses et 908 feux, (Revoir vers 1430) le bourg lui-même comptait 164 feux. En 1790, le nombre d'habitants s'élevait à plus de 500. La Ferrière sera chef lieu de Canton après la révolution.

     En 1769, Charles Mahaut est Avocat en Parlement, Notaire royal au Bourg de La Ferrière sur Risle et ses Paroisses, Le 15 juillet 1769, il doit régler un différent entre le sieur Louis David, Régisseur du Fourneau de Moulin Chapel, paroisse de la Houssaye ET Izaye Sénéchal, journalier demeurant en la Paroisse du Long Essart.

 

La Ferrière-sur-Risle pendant la Révolution :

     1789 : En 1789, dans toute la Normandie, la misère est à son comble. Les gens du peuple sont écrasés sous le poids des impôts : taille,corvée,gabelle,aydes, droits féodaux, etc... Il est probable que La Ferrière n'a pas échappé à cette situation.
     1790 : Le 3 février 1790, la nouvelle municipalité est constituée. Le sieur Pierre Guillaume Morard, maître chirurgien est élu Maire. Cinq autres membres ont été élus : Jean Dubost, Louis Dessaux, François Lesage, Augustin Mauduit et Nicolas Foubert ; puis le Procureur de la commune en la personne du sieur Dorbec, curé de ce lieu. Enfin seront élus pour compléter le Conseil de la Commune, douze notables.
     Le 17 avril 1790, le Maire convoque les officiers municipaux mais le Procureur de la commune est absent. Il s'agit du sieur Dorbec, curé de la Ferrière depuis 1788. Ce prêtre prêta le serment à la Constitution Civile du Clergé. Élu procureur en 1790, il fut obligé d'abandonner sa fonction au mois de juillet 1790.Le sieur Jean Pelcoq, notaire du lieu  occupera cette fonction.  Un des premiers actes de la municipalité fut de percevoir la Contribution volontaire de 1790.


     Depuis le début de l'année 1790, à la suite du décret du 22 décembre 1789, divisant la France en 83 départements, eux-mêmes divisés en districts, La Ferrière était devenue chef-lieu de canton du district de Verneuil, département de l'Eure. Six communes voisines faisaient partie du canton de La Ferrière : Sébécourt, Sainte-Marthe, Champignolles, Le Fidelaire, Quincarnon et Collandres.
    Le conseil municipal tenait ses séances dans une salle aménagée au premier étage des Halles, dans la partie ouest, démolie en 1865. C'est là que se tenait l'audience de la Justice de Paix.

 

     1791 : Au début de l'année, le duc de Bouillon fait don aux habitants, des halles de la Ferrière, dont il était jusqu'alors propriétaire. Le 17 mars, on procède à l'installation du Juge de Paix. Le 18 juin, la commune reçoit la somme de 286 livres 4 sols 6 deniers pour la création à la Ferrière d'un Atelier de Charité. Le 14 juillet, une messe solennelle est dite par Me Nicolas Presson, vicaire de ce lieu, sur un autel de la Patrie dressé au bout des halles du côté du levant.
     Le 9 octobre, la Constitution est lue, publiée et affichée dans tous les carrefours du bourg. Tout semble calme mais ce n'est qu'un calme trompeur... et bien des incidents eurent lieu durant l'année suivante. Le rôle des officiers municipaux est très chargé, mais l'autorité municipale a bien du mal avec le peuple qui se rebelle et manifeste son mécontentement. En cette période de troubles, régnait un climat de méfiance et de suspicion.


     1792 : Depuis l'application de la nouvelle constitution, le rôle des officiers municipaux est très chargé et particulièrement délicat. Il avait à régler de nombreux incidents locaux. Il en était ainsi dans toute la France. La principale cause de dissensions entre les habitants était la question religieuse.
     Par un décret du 27 novembre 1790, l'Assemblée Constituante avait obligé les prêtres à prêter le serment civique de fidélité à la Nation, à la Loi, au Roi et à la constitution civile du clergé. Ceux qui prêtèrent serment furent appelés constitutionnels ou assermentés ; ceux qui refusèrent devinrent les anticonstitutionnels, insermentés ou non conformistes. Ces derniers seront destitués et expulsés. Les religieuses devaient également prêter serment.
     La Garde Nationale du Canton de La Ferrière comprenait 881 citoyens actifs, divisés en 14 compagnies. Le commandant du bataillon de La Ferrière était le sieur Lucien Cerizier.
     Jusqu'à la fin de l'année 1792, les registres de baptêmes, mariages et décès sont restés au presbytère. Le 14 décembre le curé Dorbec est requis de remettre à la mairie toutes les archives dont il a le dépôt et remontant à 1591.

     1793 : La disette ne fait que s'accentuer à cause de l'accaparement du blé qui demeure dans les granges, se cache et atteint un prix exorbitant. En septembre, la municipalité décide de procéder au recensement de tous les grains mais la situation ne fait que s'aggraver. Il est très difficile d'avoir du pain et ce manque sera la cause de biens des différents entre les habitants de la commune, tantôt avec les paysans qui détiennent le grain, tantôt avec les boulangers qui décident de cuire ou ne pas cuire le pain. Le conseil municipal reçoit les doléances et essaye de calmer tout ce petit monde ; sans compter les habitants du Fidelaire qui viennent également porter réclamation ou manifester. La situation est telle que la municipalité prend le parti de députer deux citoyens près de la Commission des Subsistances à Paris. Enfin le 11 ventôse, cette commission accorde 100 quintaux de blé pour être répartis dans las sept communes du canton. Le 30 frimaire : formation d'un Comité de Salut Public et de surveillance pour la commune de la Ferrière.

     En 1794, le 1er Messidor, an II, le jeune avocat François Savarre, né à la Ferrière fut guillotiné à la barrière du Trône à Paris où il résidait.
     En l'an II, se produisit une véritable disette sur la chandelle, les bouchers s'étant mis à pratiquer le stockage des suifs. Il en était de même pour toutes les denrées et il était courant que les cultivateurs ou autres citoyens qui allaient vendre au marché de la Ferrière se fassent attaquer et voler leurs marchandises, blé, farine... cela allait durer plus de deux ans.
     En l'an IV, la région de la Ferrière fut le siège de nombreux brigandages et la municipalité dont le Maire est le citoyen Mauduit décide de demander l'affectation d'au moins quatre gendarmes à La Ferrière pour veiller à la sûreté du canton.
     Le 4 thermidor de l'an IV, le citoyen Pierre Gaumont domicilié à La Ferrière demande à exercer les fonctions du culte catholique, ce qui lui sera accordé.
     En l'an V, il fut question de réunir le Canton de La Ferrière à celui de Conches, mais la municipalité a fait valoir l'importance commerciale de La Ferrière et le vœu des communes de Saint-Aubin, Ajou et Mancelles qui désirent être rattachées à La Ferrière... Au début de l'An VI, la commune du Fidelaire demande a être le siège du chef-lieu de canton et il en résultat un froid entre les deux communes, mais elles se sont réconciliées le jour de la Fête de l'Agriculture célébrée au Fidelaire.

 

     Depuis l'an II, l'usine du Fourneau, dirigée par les citoyens Roy et Cie, fabriquait des boulets pour l'armée. Les années suivantes on y adjoignit un atelier de préparation des bois pour la marine. Un arrêté de l'Administration Centrale d'Evreux, en date du 17 floréal an VII, décide qu'un certain nombre de conscrits mobilisés, employés dans ces ateliers seront considérés comme en service militaire et resteront à l'usine.

 

1802 :  Germain Fossey est Le Notaire Public résidant au Bourg de la Ferrière-sur-Rille.
1827-1834 :  Prosper Alexandre Guérin est Le Notaire Royal résidant au Bourg de la Ferrière sur Rille

1854 : Thomas Charles Bardel

1855 : Michel Lefevre
1896 : Le Notaire est Me Tragin.
1907 : Me Fernand Denize est le Notaire

1909 : Le Notaire est Me Blavette


Les Fêtes républicaines
    Depuis l'An IV, la situation s'améliore peu à peu et les habitants de La Ferrière reprennent leurs occupations paisibles. Le peuple célèbrera avec enthousiasme les fêtes républicaines.
     Le 1er pluviose an IV, fête commémorative de la mort de louis XVI.
     Le 20 pluviose an IV, la municipalité et la garde Nationale de La Ferrière se rendent en cortège « tambour battant et drapeaux déployés » à Champignolles pour assister à la plantation de l'arbre de la liberté;
     Le 2 ventôse, le même cortège se rend à Sébécourt, pour y planter également un arbre de la liberté
     Le 20 messidor, même cérémonie au Fidelaire.
     Le 10 prairial an IV, célébration à La Ferrière de la Fête de la Victoire.
     Le 2 pluviose an V, on célébre de nouveau la juste punition du dernier Roy des Français.
     En l'an VI, on réorganise les Fêtes Décadaires.
     Le 2 pluviôse an VI, fête annuelle de l'anniversaire de la mort de Louis XVI.
     Le 30 ventôse an VI, Fête de la Souveraineté du Peuple. Les boutiques et ateliers seront fermés.
     Le 10 prairial, Fête de la Reconnaissance.
     Le 10 floréal, Fête des époux.
     Le 9 thermidor, Fête de la Vieillesse.
     Le 10 germinal an VII, Fête de la Jeunesse.

 

     Les confréries dites de Charité sont spéciales à la Normandie. Elles ont été instituées au Moyen-Age dans les diocèses de Rouen, Lisieux, de Seez (Sées) et d'Evreux. Dissoutes à la Révolution, elles se sont réorganisées et un grand nombre d'entres elles ont fonctionné très longtemps.
     La Charité de La Ferrière sur Risle a été fondée le 23 avril 1484.
     Les frères de charité se réunissaient solennellement trois fois par an : à la fête saint Georges, le jour de la Nativité de la Vierge, et le premier dimanche de l'année.
     Un siècle plus tard, vers 1588, la confrérie de La Ferrière a été réorganisée une première fois par ordre de Mgr de Péricard évêque d'Evreux. La confrérie était servie par treize frères : l'Echevin, le Prévost, le premier et le deuxième Torcher (Porteur de Torche), et neuf autres frères servants.
    A cette époque (après 1588), les treize emplois de frères servant étaient tenus par : Aubin Vallée, échevin ; Edouard Blondel, prévost ; Robert Boulanger, premier torcher ; noble homme Seigneur messire Charles de Pommereuil, deuxième torcher ; Guillaume Pattey, François Castel, Louis Picard, Jacques Régnier, Jean Avoinne, Pierre Beauvallet, Michel Rougeulle, Jacques Mériel et Simon Lefrançois, chevallier de l'ordre du roi.


    La Charité était entretenue matériellement par le produit des inhumations, par des dons, des rentes et des amendes infligées à ses membres en cas de manquement à leurs obligations. Cette confrérie disposait d'une maison où étaient déposés les meubles, écritures et accessoires. En outre des frères servants, elle était pourvue d'un Crieur.
   
    La Charité de La Ferrière fonctionna sans interruption jusqu'à la Révolution.
    Le 18 août 1792 paraît la loi relative à la suppression des congrégations séculières et des confréries. Ce n'est qu'un an plus tard que la municipalité convoque à la maison commune les frères de la Charité pour les mettre en demeure de dissoudre leur société. Ils remettront les clefs des immeubles et des armoires où étaient enfermés les titres, papiers, etc...
    Le 21 octobre 1793, on procède à l'inventaire de tous les biens appartenant à la Charité, et le 14 frimaire, le tout, argenterie, ornements, accessoires ... est remis à la Municipalité pour être envoyé à Verneuil. La confrérie avait cessé provisoirement d'exister.
    Le 19 juin 1808, La Charité de La Ferrière fut réorganisée solennellement sous l'autorité de l'évêque d'Evreux, conformément au règlement édicté par ce prélat. Le nom des frères était en 1808 : Marie-François Védie, Pierre Dominique Angot, Bernard Villain, Guillaume Hervieu, François Buhot, Louis Bouville, Georges Glaçon, Thomas Pelvillain, Jacques Guillaume Couronné, Jean Putel, Germain Fossey, Louis Primois, Pierre Alexandre Védie.


    La charité de La Ferrière cessa définitivement de fonctionner en 1879 après quatre cent ans d'existence.

 

Vu sur internet :
La Ferrière-sur-Risle - vue photo satellite
Voir La Ferrière-sur-Risle par photo satellite sur Zorgloob city.
city.zorgloob.com/?ville=9933& lib=LA%20FERRIERE%20SUR%20RISLE - 8k

Album photos  de Risle Gospel
ferrier.jpg (31461 octets). Messe de mariage à La Ferrière sur Risle. Concert de
Beaumont le 7 mai 2004. Finale du concert de Beaumont ...
rislegospel.free.fr/album.htm - 13k

Du moyen âge au 18ème siècle
La paroisse appartient alors à la sergenterie de la Ferrière sur Risle.
Quelques années plus tard, dans les comptes du Trésor, on trouve la mention « néant ...
www.champignolles.org/Histoire_et_genealogie/ Du_moyen_age_au_18eme_siecle.htm - 23k

Aux alentours
Le site de Conches en Ouche; La commune du Fidelaire; La Ferrière sur Risle;
Château de Saint Aubin sur Risle, surtout pour la section histoire ...
www.champignolles.org/Visiter_ Champignolles/Aux_alentours.htm - 24k

 

Suite :

 

Le Canton de Beaumesnil : Visite guidée et Histoire : cliquez...

Retour :  Autour de La Godinière : cliquez...

 

Consultez le Calendrier des manifestations

 

Écrivez nous pour donner votre impression et votre suggestion, merci.
Pour nous écrire : cliquez

Ma messagerie est protégée par Avast

 

Retour  Les Produits  ou   Accueil   ou   Plan  du  site
ou  page  précédente

 

Les Livres de la Bibliothèque : Cliquez ici
Sources : Beaumesnil notre Canton 1997, documents CDT 27
et diverses publications touristiques sur les lieux cités.
Pays d'Ouche magazine - Communauté de Communes de Conches
Les Années 1900 à Beaumont-le-Roger - Editions Page de Garde
Dictionnaire de l'Eure Charpillon-Caresme1868 - Editions Page de Garde

Conception et Réalisation : René Lesur